© David Tippling

Cet article fait partie du dossier

Les papillons de la nuit

L’engoulevent, un oiseau friand de papillons de nuit

Il n’y a pas que les chauves-souris qui se régalent des papillons de nuit. Dans les régions les plus sèches rôde un redoutable chasseur aux grands yeux : l’engoulevent d’Europe.

Il n’y a pas que les chauves-souris qui se régalent des papillons de nuit. Dans les régions les plus sèches rôde un redoutable chasseur aux grands yeux : l’engoulevent d’Europe.

Imaginez un martinet et un petit hibou dans un chapeau noir. Un coup de baguette magique et hop ! il en sort un drôle d’hybride. C’est peut-être un tel tour qui a donné vie à l’engoulevent. Du premier, il possède une immense bouche dissimulée par un minuscule bec. Du second, il arbore le plumage mimétique et la vision nocturne.

Au crépuscule, l’engoulevent passe le plus clair de son temps à survoler son terrain de chasse. Objectif : gober de la noctuelle et autres papillons de nuit. Pour cela, rien de tel qu’une acuité visuelle exceptionnelle et un paysage suffisamment ouvert. Forêt claire de chênes ou de pins, lisière, lande, garrigue ou prairie fleurie, telles sont ses terres de prédilection. Avec une envergure honorable de 50 à 60 cm et des ailes fines, l’oiseau papillonne, glisse au-dessus de la canopée ou zigzague entre les troncs. C’est un véritable spécialiste du menu lépidoptères. Une étude en Valais a montré que 81 à 93 % de sa nourriture est constituée de papillons de nuit. Voilà qui en fait un allié incontestable dans la lutte naturelle contre la processionnaire du pin ou la pyrale du buis par exemple.

L'engoulevent, un oiseau friand de papillons de nuit
Couple d’engoulevents d’Europe dont le mâle se reconnaît au spot blanc à la pointe de l’aile / © Nature Photographers Ltd / Alamy

Pour une efficacité garantie, Caprimulgus europaeus chasse avant qu’il ne fasse vraiment nuit et profite du clair de lune. L’oiseau calerait même sa reproduction sur le calendrier de l’astre de la nuit afin que le nourrissage de ses jeunes tombe au moment de la pleine lune.

Eblouissant !

En Suisse, l’engoulevent a disparu du Bas-Valais entre 1989 et 2002 malgré des habitats restés favorables ou des opérations de restauration. Des études sur les sites encore occupés du Haut-Valais ont montré une quantité de lumière nocturne deux à neuf fois moins importante. Doté d’yeux démesurés pour chasser à vue au crépuscule, l’engoulevent est ébloui par les émissions lumineuses en provenance de la plaine, ce qui l’empêche de se nourrir efficacement. Cette pollution perturbe aussi les papillons de nuit, sa principale nourriture.

Quand il ne chasse pas, l’engoulevent lance un étrange chant de mobylette, posé ou en vol. C’est souvent le seul indice de sa présence. Et en journée ? Ce mystérieux volatile reste prostré sur une branche ou au sol, yeux fermés, confiant dans son plumage mimétique. Une vraie vie de papillon de nuit.

L'engoulevent, un oiseau friand de papillons de nuit
© Nature Photographers Ltd / Alamy

Feu de joie

L’engoulevent d’Europe a démontré son affection pour les habitats rocailleux ouverts après l’immense incendie de Loèche (Valais) en 2003. Avant le passage des flammes, le versant ne comptait qu’un seul couple. Dès les années suivantes, jusqu’à huit territoires d’engoulevents ont été recensés.

Nuits silencieuses

Suivant la diminution dramatique des populations d’insectes, et notamment de ses proies favorites les papillons nocturnes, l’engoulevent d’Europe est en déclin en Europe. En Suisse, l’espèce a abandonné le Jura et le Plateau, se confinant essentiellement au Valais et au Tessin. Le pays n’abrite plus que 40 à 50 couples. En France, l’importante population estimée à 40 000 couples est considérée comme stable.

L'engoulevent, un oiseau friand de papillons de nuit
© Nature Photographers Ltd / Alamy

Article initialement publié dans la revue Salamandre sous le titre "Quand surgit l’oiseau glouton"

Cet article fait partie du dossier

Les papillons de la nuit

Couverture de La Salamandre n°258

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 258  Juin - Juillet 2020
Catégorie

Photos

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Carnet d’un peintre naturaliste confiné

12.90 €

Le guide nature Les petites bêtes, 2ème édition

17.00 €

Vers la beauté, toujours!

19.00 €

Le guide nature A la montagne

17.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur