Le mâle de petit paon de nuit (Saturnia pavonia) a des antennes bipectinées : un véritable filet capteur à phéromones femelles. / © Frank Hecker

Cet article fait partie du dossier

Les papillons de la nuit

Les papillons de nuits communiquent via les phéromones

Comment trouver l’âme sœur quand on ne vit que quelques heures ? Comment conclure dans un monde aussi obscur ? En portant d'irrésistibles, phéromones !

Comment trouver l’âme sœur quand on ne vit que quelques heures ? Comment conclure dans un monde aussi obscur ? En portant d'irrésistibles, phéromones !

Limités dans l’usage de la vue, les papillons de nuit sont passés maîtres dans l’art des **phéromones*. Le langage odorant** de ces insectes est une affaire de molécules alambiquées. Alcénols, alcanals, cétones, époxydes, esters… si l’on n’est pas savant fou ou étudiant en chimie, c’est du chinois. Chaque espèce a ses codes olfactifs très précis, souvent à base d’une combinaison de substances.

Dans les affaires amoureuses des bombyx et des noctuelles, l’usine essentielle dans la fabrication des effluves, c’est la base de l’abdomen de madame, à la limite des 7e et 8e segments ou entre les 8e et 9e. En phase d’appel, comprenez quand la femelle décide de se déclarer disponible pour qui veut bien d’elle, une simple élongation du corps permet à de discrets organes particuliers de libérer les senteurs dans l’air.

Par bouffées intermittentes, mais concentrées, les messages s’envolent au gré de la brise, destination un bel inconnu. Quand un don Juan en plein vol de prospection croise le fumet tant désiré, c’est l’euphorie. Accélération contre le vent pour remonter la piste. Zigzags serrés pour rester focalisé sur les odeurs les plus denses. Message perdu ? Le prétendant élargit sa trajectoire pour retrouver les mots doux vaporeux déviés par les obstacles ou les bourrasques. Le drame n’est que passager si monsieur flaire à nouveau l’affaire.

En guise de nez, le mâle possède des antennes larges, souvent pectinées et très riches en sensilles reliées à des neurones sensoriels. On compte 16 000 de ces microscopiques soies par antenne chez le bombyx du mûrier. Ce dispositif permet de détecter d’infimes doses de 200 molécules de phéromones par cm3 d’air, cela parfois à plusieurs kilomètres de la femelle ! De tels panaches, captés à une fréquence d’une dizaine par seconde, suffisent à déclencher la folle course du papillon amoureux.

Plus le mâle approche, plus la densité de messages est dense. Le futur élu peut alors déclencher lui-même des phéromones mâles pour indiquer sa présence, inhiber les mouvements de sa conquête ou l’inviter à se poser. Il approche en rampant pour un accouplement plutôt rapide et brouillon. Bien souvent, il n’y aura pas d’autres aventures pour ces partenaires d’un soir. Elle doit pondre au plus vite. Lui n’a plus qu’à mourir.

Petit paon de nuit femelle (Saturnia pavonia)
Petit paon de nuit femelle (Saturnia pavonia) / © aPapilio / Alamy

*Phéromone

nom f. Du grec pherein – transmettre – et hormân – exciter, stimuler. Se rapporte à un groupe de substances chimiques produites par un être vivant et dont l’action est infraspécifique, c’est-à-dire entre les individus d’une même espèce. On distingue les phéromones d’induction qui engendrent des changements physiologiques et les phéromones de déclenchement qui produisent une réaction de comportement. A la différence des hormones, les phéromones sont produites et sécrétées vers l’extérieur et ont pour vocation d’atteindre un destinataire.

Petit paon de nuit mâle (Saturnia pavonia)
Petit paon de nuit mâle (Saturnia pavonia) / © Frank Hecker

Molécules codées

Les phéromones ne servent pas uniquement à s’apparier. Plan de com’ des insectes résumé en cinq fonctions.

  • Agrégation : Produire une attraction entre les individus, par exemple autour d’une source de nourriture.
  • Détournement : Susciter un effet répulsif pour les congénères, protéger un lieu important comme un site de ponte.
  • Marquage : Indiquer une piste à suivre. Un phénomène bien connu chez les fourmis.
  • Défense : Avertir les membres d’une communauté d’une situation de stress ou de danger.
  • Sexualité : Attirer un partenaire de sexe opposé pour l’accouplement. C’est très majoritairement le rôle des femelles.
Cul-brun (Euproctis chrysorrhoea)
Cul-brun (Euproctis chrysorrhoea) / © Frank Hecker

En général, les mâles (ici un cul-brun) émergent en premier pour être prêts à l’arrivée des femelles. Pour cette raison, les demoiselles papillons ne sont jamais vierges très longtemps et s’observent difficilement dans la nature.

Trajet d'un bombyx mâle attiré par des phéromones
Trajet d'un bombyx mâle attiré par des phéromones

Trajet d’un mâle de bombyx disparate en direction d’une femelle. Le zigzag dense montre son parcours lorsqu’il capte les phéromones. Le reste du tracé représente son vol erratique quand il en perd la trace.

Cet article fait partie du dossier

Les papillons de la nuit

Couverture de La Salamandre n°258

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 258  Juin - Juillet 2020
Catégorie

Photos

Tags

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Le lac aux oiseaux

49.00 €

Eduquer ses enfants comme un renard

19.00 €

Marche avec les loups

29.00 €

Tu marches, il marche, vous marchez… moi, je cours

19.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur