Zygène commune (Zygaena filipendulae) / © BRIAN BEVAN / Alamy

Cet article fait partie du dossier

Les papillons de la nuit

Les zygènes et autres papillons de nuit qui volent de jour

350 papillons dits de nuit ont une activité diurne. Florilège de quelques originaux à la montre totalement déréglée.

350 papillons dits de nuit ont une activité diurne. Florilège de quelques originaux à la montre totalement déréglée.

Chez le bombyx du chêne ou la hachette, les vols de jour concernent uniquement les mâles en quête urgente d’une femelle. Pour d’autres comme l’écaille chinée ou la bordure jaune, la vie au soleil est plutôt la règle.

Hachette (Aglia tau) / © Frank Hecker Pyrauste pourprée (Pyrausta purpuralis) / © Frank Hecker Doublure jaune (Euclidia glyphica) / © Frank Hecker Versicolore (Endromis versicolora) / © Frank Hecker Bombyx du chêne ou 
minime à bandes jaunes (Lasiocampa quercus) / © Frank Hecker Ecaille chinée (Euplagia quadripunctaria) / © Frank Hecker
Julien Ryelandt Biologiste au Conservatoire botanique national de Franche-Comté - Observatoire régional des invertébrés. Auteur de la clé d’identification des zygènes de Bourgogne-Franche-Comté.
Julien Ryelandt Biologiste au Conservatoire botanique national de Franche-Comté - Observatoire régional des invertébrés. Auteur de la clé d’identification des zygènes de Bourgogne-Franche-Comté. > bit.ly/zygenesBFC

Julien Ryelandt, les zygènes sont des papillons de nuit qui volent de jour, c’est bien cela ?

En effet, elles sont presque uniquement actives de jour, mais sont bel et bien classées parmi le groupe des papillons de nuit. Notamment en raison de la forme de leurs antennes et de la position de leurs ailes au repos. Ce sont des insectes vivement colorés et peu farouches. Alors, pour échapper aux prédateurs, les zygènes synthétisent et accumulent des toxines à partir des plantes-hôtes de leurs chenilles : les fabacées, c’est-à-dire la grande famille des légumineuses, dont font partie les trèfles ou les vesces par exemple.

Zygènes du sainfoin (Zygaena carniolica)
Zygène du sainfoin (Zygaena carniolica) / © Frank Hecker

Où vivent ces papillons ?

Généralement dans des milieux secs et bien ensoleillés comme les pelouses et prairies maigres. Certaines préfèrent des habitats plus frais comme les lisières forestières, et quelques-unes se rencontrent en marge des tourbières ou sur les rives des cours d’eau.

Peut-on voir des zygènes dans son jardin ?

Leurs chenilles sont inféodées à des plantes-hôtes bien particulières. Plus les exigences écologiques de la plante sont fortes, plus l’insecte qui en dépend sera rare, et ses populations fragiles. De plus, les zygènes adultes se nourrissent et ont besoin de fleurs nectarifères. On les observe d’ailleurs souvent sur des corolles roses ou violettes comme l’origan, les knauties, les vesces, les chardons, les eupatoires… A moins de réunir tout ce petit monde dans son jardin, il est assez peu probable d’en voir à la maison.

Combien de zygènes différentes peut-on observer ?

Leur diversité est directement liée à la disponibilité en habitats et aux conditions climatiques. En France, on recense 41 espèces de zygènes : 27 rouges et 14 vertes contre respectivement 17 et 12 en Suisse. Ces chiffres varient un peu selon les auteurs, qui retiennent parfois des sous-espèces.

On dirait qu’elles se ressemblent toutes…

Un œil attentif remarquera rapidement des différences dans l’ornementation des ailes, leurs couleurs ou encore le nombre et la disposition des taches. J’ai utilisé ces critères pour réaliser une clé d’identification dans l’est de la France qui peut servir au-delà.

Les zygènes sont-elles menacées ?

Oui, comme beaucoup de papillons. Les zygènes n’échappent pas à la règle, qu’il s’agisse des espèces occupant des milieux secs ou humides. Ces habitats sont notamment menacés par certaines pratiques agricoles et pastorales comme la fauche précoce ou le surpâturage. Les zygènes sont essentiellement divisées en deux groupes : les zygéninés rouges, comme la zygène du sainfoin ou la zygène commune, et les procridinés verts comme la turquoise des cistes ou le procris de la vigne.

Découvrez ici la clé de détermination des zygènes de Bourgogne-Franche-Comté.

Turquoise des cistes (Adscita mannii) / © Lśniak Szmaragdek Procris de la vigne (Theresimima ampellophaga) / © Daniel Morel

Cet article fait partie du dossier

Les papillons de la nuit

Couverture de La Salamandre n°258

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 258  Juin - Juillet 2020
Catégorie

Photos

Tags

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Carnet d’un peintre naturaliste confiné

12.90 €

Le guide nature Les petites bêtes, 2ème édition

17.00 €

Vers la beauté, toujours!

19.00 €

Le guide nature A la montagne

17.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur