©  Cathy Bernot

Cet article fait partie du dossier

Cueillettes gourmandes

L’ail des ours, star des plantes sauvages comestibles

Véritable célébrité des sous-bois, l'ail des ours sait se défendre. Ironie du sort, c’est son arme secrète qui la rend si attractive pour nous !

Véritable célébrité des sous-bois, l'ail des ours sait se défendre. Ironie du sort, c’est son arme secrète qui la rend si attractive pour nous !

Je mets ma feuille à couper que vous avez déjà entendu parler de moi. Parmi les plantes comestibles, je suis une célébrité et ça ne date pas d’hier ! Mes feuilles, mes fleurs et même mes bulbes figuraient au menu de vos ancêtres, à l’époque où ils vivaient de chasse et de cueillette. Aujourd’hui, vous cultivez presque tous vos aliments végétaux… Et pourtant, ma saveur inimitable continue de séduire de nombreux gourmands. Le paradoxe, c’est que ce goût qui fait mon succès est censé me protéger des appétits trop voraces !

Dès le mois de février, je suis une des premières plantes à émerger dans le sous-bois humide où j’ai pris racine. Or, après un long hiver de privation, tous les herbivores du coin ne demandent qu’à me grignoter en attendant d’avoir plus de choix. Que faire pour leur échapper ?

Pousser plus tard et me fondre dans la masse des autres végétaux ? Non, car j’ai besoin de lumière et les arbres qui me surplombent ont une fâcheuse tendance à l’accaparer. Pour ne pas péricliter dans leur ombre, je dois absolument sortir à toute vitesse, avant qu’ils ne développent leurs feuilles. Aux grands maux les grands remèdes : je me suis résolue à employer la lutte chimique.

Ainsi, je produis deux substances que je stocke séparément. Chacune de leur côté, elles ne servent pas à grand-chose. Mais quand un affamé me croque, elles se mélangent et forment un cocktail à la terrible odeur d’ail. Croyez-moi, ils sont plus d’un à rebrousser chemin face à cette bombe puante. Quant aux courageux que ce parfum ne rebute pas, ils risquent de finir avec un bon mal de ventre s’ils forcent un peu trop la dose.

D’ailleurs, ça vaut aussi pour vous. Si vous souhaitez me déguster, je veux bien vous céder quelques feuilles, mais allez-y doucement. En fin de compte, ce sera mieux pour vous comme pour moi !

Chargement

Feuilles simples, luisantes dessus, mates dessous

Long pétiole

Feuilles poussant en petites touffes, non groupées par deux

Fleurs blanches à six pétales, en ombelles dressées

Ne confondez pas l'ail des ours avec des plantes toxiques !

Retrouvez nos deux recettes à base d'ail des ours.

Cet article fait partie du dossier

Cueillettes gourmandes

Couverture de La Salamandre n°269

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 269  Avril - Mai 2022, article initialement paru sous le titre "L’ail des ours"
Catégorie

Photos

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Agenda de la nature au jardin 2023

12.00 €

Le guide nature Les oiseaux, 2e édition

19.90 €

Zéro déchet – Le guide inspiré de la nature

19.90 €

L’enquête sauvage, pourquoi et comment renouer avec le vivant ?

19.90 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur