© Régis Cavignaux / Biosphoto

Cet article fait partie du dossier

Mes beaux sapins

Les cadeaux (méconnus) du sapin à la nature

Voyez-vous les surprises au pied du sapin ? Et dans ses fruits, parmi ses aiguilles… ? Approchez, il y en aura pour tout le monde.

Voyez-vous les surprises au pied du sapin ? Et dans ses fruits, parmi ses aiguilles… ? Approchez, il y en aura pour tout le monde.

Le romantique

© Lelde / stock.adobe.com

Des paillettes dorées dans l’air ? Un cadeau qui a tout pour plaire ! Entre mi-avril et mi-juin, dès qu’ils atteignent 30 à 40 printemps, les sapins produisent un grand nombre de petits cônes spéciaux au niveau des branches inférieures. Leurs délicates écailles jaunes portent des sacs qui libèrent dans le vent des nuées de pollen. Les minuscules grains se dispersent généralement dans un rayon d’une trentaine de mètres, mais une partie est emportée par les courants ascendants sur des dizaines de kilomètres. Suspendue dans les airs, cette fine poussière jaune se dépose parfois le matin en une pluie dite soufrée. Les arbres du voisinage captent au passage la semence de leurs cônes femelles tendus à bout de branches vers la cime (> photo ci-contre). Leurs écailles rouge carmin, d’abord ouvertes, se referment lentement après la rencontre. C’est à ce moment-là que, chez l’épicéa, les cônes s’inclinent vers le bas. Dans ce cocon nuptial, la magie de la vie opère. Le pollen n’ayant pas pu arriver à destination n’est pas perdu : il fait le festin de nombreux micro-organismes.

≤ 160 kg de pollen produit par 1 ha d’épicéa

Le gourmand

Le gras, c’est la vie ? Oh oui, répondraient les amateurs de graines d’épicéa. Chaque gourmet a développé sa technique pour les extirper de leur cône blindé. L’écureuil fait tourner la pive entre ses mains à mesure qu’il ronge frénétiquement les écailles pour accéder à la récompense. Mulots et campagnols font de même, mais de manière bien plus minutieuse et patiente. Le pic épeiche coince les cônes dans un repli d’écorce pour les marteler. Le bec-croisé est quant à lui passé maître en la matière. L’oiseau coloré glisse ses mandibules asymétriques sous les écailles et les soulève par un mouvement de levier afin d’extraire son repas avec sa langue. Grâce à cette ressource alimentaire parfois abondante toute l’année, il peut nicher même au cœur de l’hiver !

Malgré tout ce carnage, le résineux tire son épingle du jeu. Certains animaux apportent leur butin dans des cachettes, qu’ils oublieront en partie. La graine voyageuse n’aura plus qu’à germer ! Et puis, une majorité des cônes s’en sortent indemnes et peuvent libérer leurs graines ailées dans le vent en écartant leurs écailles aux premiers jours secs de l’hiver.

≤ 190 cônes épluchés par un écureuil en une journée

L’éthique

© Thomas Marent / Minden Pictures / Biosphoto

Dans les souterrains forestiers se déroule un marché de commerce équitable digne d’une fable. La plupart des racines de résineux sont connectées à des champignons pour faire du troc (> p. 16). Les arbres offrent des sucres et vitamines élaborés dans leurs aiguilles. En contre-don, les champignons fournissent eau et sels minéraux. Ils forment aussi un manchon protecteur autour des racines contre les microbes pathogènes. Des centaines de partenaires fongiques différents ont été décrits chez le sapin et l’épicéa. Solidaires dans l’adversité, ils sont particulièrement nombreux dans les terrains pauvres, où leurs longs filaments démultiplient la surface de prospection des racines pour les ressources. Cette relation symbiotique, appelée mycorhize, est vitale pour les arbres. Et... on en profite aussi. Sous les sapins poussent des champignons parmi les plus estimés : cèpe de bordeaux, chanterelles, morilles, coulemelle…

90 % des extrémités racinaires sont connectées à des champignons chez l’épicéa

L’inespéré

© David Greyo

L’hiver venu, les feuillus sont tout nus. Et l’herbe rabougrie. Heureu­sement, pour de nombreux herbivores, il y a les résineux et leurs aiguilles éternelles. Tendres et vitaminées chez le sapin blanc, elles font de lui l’essence la plus broutée par les cervidés à la saison froide. Parfois, les arbres tendent leurs aiguilles, et c’est tout le rameau qui part sous la dent des cerfs, chevreuils, chamois ou lièvres... Perché dans les frondaisons, le grand tétras se nourrit à plus de 90 % d’aiguilles de conifères, sapin blanc en tête. Vous voulez votre part ? Prélevés avec parcimonie, les bourgeons et jeunes pousses sont réputés pour apaiser la toux et les rhumatismes en infusion, sirop, bonbon ou cataplasme. Si les remèdes de druide ne sont pas votre truc, essayez alors de fermenter les pousses en bière, comme s’y adonnaient les moines cisterciens, ou de les faire macérer en liqueur, la sapinette.

© Christian Fosserat

≈ 15 mio d’aiguilles sur un épicéa de 40 m de haut

Le complet

© Christian Fosserat

Dans un sapin, tout sert bien ! Le toit d’aiguilles offre un refuge aux animaux contre les intempéries ou les regards. Les paquets de neige qui glissent régulièrement des frondaisons cassent la continuité des couches neigeuses et freinent ainsi le départ des avalanches. À une autre échelle, chaque pli entre les aiguilles peut abriter de petits invertébrés… qui feront le bonheur de certains passereaux inféodés aux résineux, tels le roitelet huppé ou la mésange noire. Les troncs sont quant à eux le terrain de chantier du pic épeiche ou du pic tridactyle pour y forer leurs cavités... qui seront utilisées par la chouette chevêchette. N’oublions pas l’écorce, support d’innombrables mousses et lichens. Enfin, le tapis d’aiguilles qui peine à se décomposer au sol est le matériau de construction favori des fourmis des bois pour ériger leurs gigantesques dômes.

© Philippe Stalins / stock.adobe.com

60 espèces de lichens sur les épicéas

© Stoelwinder / Biosphoto

≤ 30 t d’aiguilles dans 1 ha de sapinière

Le parfumé

Voici un présent qui, l’air de rien, permet de se sentir bien. Le parfum boisé et résineux typique des forêts de conifères. Une odeur qui provient de composés volatils, principalement des monoterpènes, produits par de petites glandes logées dans le feuillage, le bois ou l’écorce. Ces molécules ont pour mission de rendre l’arbre moins appétissant pour les brouteurs. Si aiguilles et rameaux se font malgré tout croquer, les substances sont libérées dans l’air. Tels des messagers, elles alertent les voisins qui renforceront alors leur arsenal aromatique. Puis, flottant au-dessus des cimes, ces volutes stimulent la formation des nuages, car ils forment des supports autour desquels la vapeur d’eau condense. Selon de nombreuses études, ils semblent aussi influencer le bien-être des promeneurs de plusieurs manières : diminution de la fréquence cardiaque et du stress, renforcement du système immunitaire, ouverture des voies respiratoires et effet anti-inflammatoire.

240 composés dans l’huile essentielle des aiguilles d’épicéa

L’œuvre d’art

© Henri Koskinen / Alamy

Aux concerts de Noël, la mélodie de l’épicéa donne des ailes... Eh oui, cette essence fournit les meilleurs bois de résonance des instruments à cordes, dont les célèbres violons Stradivarius. Les sapins en général sont aussi très recherchés par l’aviation, la menuiserie ou encore l’industrie de la pâte à papier pour leurs fibres claires et tendres, qui leur confèrent à la fois élasticité et résistance. Cette précieuse matière, les arbres n’ont pas intérêt à la partager, car elle leur coûte cher. En plus des humains, une myriade d’organismes l’apprécient. Les champignons décomposeurs en tête. Mais les plus redoutables sont les scolytes, de petits coléoptères qui forent des galeries sous l’écorce. Par exemple, le scolyte curvidenté chez Abies et le bostryche typographe chez Picea. Les sculptures creusées par les larves et les femelles se reconnaissent à leur forme de gros millepattes. Environ 200 scolytes doivent attaquer simultanément un épicéa sain pour parvenir à déjouer ses défenses. Si l’arbre est affaibli, ou en manque d’eau (> pp. 38-39), il ne peut plus produire de résine et la voie est libre pour les insectes. Leurs forages interrompent l’écoulement de la sève, parfois fatalement.

170 espèces de coléoptères dans une pessière riche en bois mort

© Tomasz Klejdysz / Alamy

800 espèces de champignons décomposeurs de bois chez l’épicéa

La friandise

Comme idée de cadeau, les douceurs nature restent une valeur sûre. Abies et Picea fournissent par exemple une matière première sucrée aux abeilles mellifères pour l’élaboration du fameux miel de sapin, foncé et aromatique. Mais ces arbres ne produisent pas de fleurs. Sans nectar à offrir, comment est-ce possible ? Grâce à des fournisseurs intermédiaires, pardi ! De gourmands pucerons ou des cochenilles qui percent les aiguilles ou l’écorce avec leur rostre. Ces insectes aspirent ensuite avidement la sève et produisent des déjections sucrées sous forme de miellat. C’est lui que les abeilles récoltent, en lieu et place de l’habituel nectar. Une fois dans la ruche, les ouvrières se régurgitent la pâte sucrée de bouche en bouche afin de la transformer progressivement par action enzymatique. Crottes et vomi, voilà les ingrédients de base du miel de sapin. Bon appétit !

© Anders Albrecht

jusqu’à 200 000 générations de pucerons se succèdent en une saison sur un sapin

Le médicinal

© Thomas Males / Alamy

Foi de fourmi des bois, la poix a des vertus médicinales. Les ouvrières récoltent la résine en découpant de petites boulettes de quelques millimètres à partir des écoulements solidifiés sur les troncs. Elles les rapportent dans la fourmilière et les dispersent. Les émanations de ces billes aromatiques permettent aux adultes et aux larves de mieux résister aux maladies fongiques et bactériennes. Cette substance était également utilisée par nos ancêtres depuis des générations pour ses propriétés antiseptiques et expectorantes. Récoltée sur l’épicéa, on la nommait poix de bourgogne. Recueillie à partir des ampoules de résine du sapin blanc, c’était la térébenthine de Strasbourg. Au siècle dernier, ces résines ont servi de base à toute une industrie chimique pour réaliser des cosmétiques, produits d’entretien, adhésifs et autres peintures, avant de perdre du terrain face aux dérivés du pétrole. Aujourd’hui, l’industrie pharmaceutique fait encore usage de la précieuse matière.

Cet article fait partie du dossier

Mes beaux sapins

Couverture de La Salamandre n°279

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 279  Décembre 2023 - Janvier 2024, article initialement paru sous le titre "Les vrais cadeaux"
Catégorie

Photos

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Le grand livre de la nature

69.00 €

Les plantes sauvages

49.00 €

Agenda de la nature au jardin 2024

6.00 €

ALPES 2e édition

42.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur