© Monikasurzin - stock.adobe.com

Cet article fait partie du dossier

La nuit du hibou grand-duc

Le hibou grand-duc, chasseur nocturne

Impressionnant ces hiboux grands-ducs ! Les griffes les plus dangereuses de la nuit n’épargnent pas grand-monde. De l’insecte à la buse en passant par le hérisson, tout fait ventre pour Bubo le boss.

Impressionnant ces hiboux grands-ducs ! Les griffes les plus dangereuses de la nuit n’épargnent pas grand-monde. De l’insecte à la buse en passant par le hérisson, tout fait ventre pour Bubo le boss.

Les hiboux grands-ducs chassent à l'affût

Une série de chants s’interrompt soudainement. C’est l’envol ! La silhouette du géant se détache sur le crépuscule dégradé. Deux ailes immenses, arrondies et tenues en cloche, se laissent glisser le long de la crête.

La tête et la queue sont peu saillantes et s’effacent quasiment quand l’oiseau est de trois quarts dos. Tremblez, oiseaux en tout genre et mammifères de tous poils… le plus redoutable des chasseurs part chercher pitance !

Dans le secret total de la nuit, rares sont les témoins des rapts du grand-duc, généralement effectués à l’affût. En revanche, les abondants restes de repas autour de l’aire et les pelotes de réjection longues de 15 cm trahissent son efficacité ainsi que son éclectisme.

Hiboux grands-ducs
Uhu (Bubo bubo), Weibchen am Rupfplatz mit erbeutetem Wanderfalken (Falco peregrinus) in den Fängen, Biosphärengebiet Schwäbische Alb, Baden-Württemberg, Deutschland, Europa / © imageBROKER/Bernd Zoller

Peu de régimes alimentaires animaux ont été autant décrits et des centaines d’études à travers l’Europe démontrent les deux faces de la gourmandise des hiboux grands-ducs.

Tantôt une ultraspécialisation, tantôt un large opportunisme

  • Dans le sud de l’Europe, c’est le lapin de garenne qui garnit le plus souvent le menu principal du grand hibou.
  • Dans le centre et le sud-est du continent, le hérisson joue un rôle clé.
  • À proximité de décharges ou en ville, le rat surmulot peut représenter 90 % des proies tandis que sur la côte norvégienne, le campagnol amphibie atteint localement 96 % des captures.
  • Quand le paysage ne permet pas au rapace de se spécialiser sur une proie abondante ou facile à capturer, celui-ci jette son dévolu sur presque tout ce qui bouge : rongeurs, lagomorphes – lapins et lièvres – et oiseaux de taille moyenne comme les ­corvidés ou les gallinacés – perdrix, ­faisans, poules domestiques.
  • Il peut même pratiquer la pêche aux poissons ou aux grenouilles, voire virer charognard !

Un chasseur hors-pair

Equipé de pattes ultrapuissantes de la taille d’une main, le superprédateur est aussi la terreur d’autres chasseurs.

Buses, autours, faucons, chouettes, mustélidés ou goupils succombent régulièrement sous les serres du maître.

Une étude qui a porté sur près de 48 000 proies révèle le top 3 suivant parmi les petits carnivores : ­belette, renard et hermine.

Et côté rapaces, la chouette hulotte arrive en tête des victimes. Qu’est-ce qui pousse ce chasseur hors pair à capturer de telles bêtes, naturellement plus rares et plus délicates à surprendre ? Le hasard des rencontres, probablement… Mais parfois, il s’agit ­aussi d’une pure et simple élimination de la concurrence ou du danger que ces autres prédateurs représentent pour ses œufs ou ses poussins.

Quand la survie de la descendance est en jeu, pas de pitié !

Hiboux grands-ducs - Ralf Seelert - stock.adobe.com
© Ralf Seelert - stock.adobe.com

Le saviez-vous ?

  • 350 g

Ration quotidienne de nourriture carnée nécessaire pour un grand-duc adulte. Soit environ 1,5 kg par jour pour une famille de deux adultes et deux jeunes.

  • Sauve qui peut

Le retour du superprédateur dans certains habitats desquels il avait disparu redistribue les cartes. Dans plusieurs régions rupestres de France, le faucon pèlerin a vu ses effectifs ou sa fécondité diminuer à l’arrivée du hibou. Dans certaines forêts allemandes, un phénomène semblable a été observé avec l’autour des palombes. Comme si un nouvel équilibre entre prédateurs se redessinait après quelques décennies de disparition du nocturne.

  • Les atouts du hibou

Le hibou grand-duc doit l’efficacité de sa chasse à ses sens : une ouïe très fine qui localise les proies grâce à la position asymétrique des orifices auditifs et une vue très efficace la nuit grâce à une rétine dominée par des cellules en bâtonnets. En plus de cela, la technique de l’affût depuis des points dominants en milieu ouvert lui offre accès à une très grande variété de proies.

Hiboux grands-ducs
Eagle owl {Bubo bubo} close up of eye, controlled conditions, from Europe / © Stephen Dalton / NaturePL

Cet article fait partie du dossier

La nuit du hibou grand-duc

Couverture de La Salamandre n°280

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 280  Février - Mars 2024, article initialement paru sous le titre "La nuit du grand-duc"
Catégorie

Nature d’ici

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Le grand livre de la nature

69.00 €

Les plantes sauvages

49.00 €

Agenda de la nature au jardin 2024

6.00 €

ALPES 2e édition

42.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur