© Alamy/ Stock Photo

Cet article fait partie du dossier

La nuit du hibou grand-duc

L’élevage des poussins chez les hiboux grands-ducs

Mystère ! Tandis que vautours et aigles élèvent prudemment un seul jeune, les hiboux grands-ducs assument leur fécondité avantageuse avec brio.

Mystère ! Tandis que vautours et aigles élèvent prudemment un seul jeune, les hiboux grands-ducs assument leur fécondité avantageuse avec brio.

L'habitat et la permanence de nourriture influent sur la ponte des hiboux grands-ducs

Le calendrier de ces hiboux n’est pas réglé comme une montre suisse. La ponte peut avoir lieu en plein hiver, ou plus tard… parfois même seulement en mai.

La région géographique influe beaucoup sur ce planning avec, sans surprise, une tendance à la précocité au sud et plus de patience en montagne et dans le nord.

Notons quand même l’intervention d’un autre paramètre essentiel : la permanence de nourriture. Si M. et Mme Bubo constatent trop d’aléas côté casse-croûte, la reproduction sera moins hâtive. En captivité ou dans des contextes de nourriture assurée – pullulation de rongeurs ou de lapins –, le berceau peut accueillir ses œufs dès le solstice d’hiver.

La taille de la ponte est quant à elle peu variable et donc moins dépendante du contexte alimentaire. Ce sont en moyenne deux à trois œufs qui sont déposés dans la cuvette du nid, beaucoup plus rarement quatre à six.

Une telle productivité est tout à fait remarquable pour un prédateur au sommet de la chaîne alimentaire. Le grand-duc doit ce superpouvoir à son éclectisme en matière de proies, un atout qui le met généralement à l’abri de la disette. Le caïnisme – quand un poussin tue son cadet pour survivre – n’existe d’ailleurs pas chez les aigles de la nuit.

Le mâle nourrit la famille mais ne reste pas à table

La femelle couve ensuite pendant un bon mois, ravitaillée par le mâle. Elle s’autorise quelques brèves sorties à proximité, généralement au crépuscule. La totale dépendance qu’elle montre vis-à-vis du mâle nourricier se poursuit encore jusqu’au début de l’élevage des jeunes.

S’agissant des opérations de dépeçage et de préparation des proies pour les poussins, c’est l’apanage de la mère. Le père semble ne jamais prendre part à ces rituels de table.

Hiboux grands-ducs
© Alamy/ Stock Photo

L'émancipation des poussins

Les poussins ont un regard jaune presque semblable à celui de leur cousin hibou des marais. Il leur faut du temps pour devenir des géants aux yeux d’ambre.

  • À l’âge de trois semaines, ces grosses boules de duvet sont capables de se tenir debout.
  • Au bout d’un mois, ils se promènent autour de l’aire.
  • Si le nid est au sol, ils vagabondent nettement à six semaines. S’ils sont nés dans une falaise, les jeunes grands-ducs devront s’entraîner à voler avant de partir, profitant alors de l’espace disponible sur la vire.
  • À l’âge de deux mois environ, c’est l’heure du grand saut vers leur destin de superprédateur
Hiboux grands-ducs - poussins
© Christian Fosserat

Le saviez-vous ?

  • Bavardages

Les jeunes hiboux grands-ducs donnent de la voix au nid. La nuit, pour quémander la nourriture à l’arrivée d’un adulte. Et également pour se signaler quand ils ont l’âge de vadrouiller loin du nid. Mais les poussins papotent aussi régulièrement à l’aube et au crépuscule, semble-t-il, dans un pur esprit de cohésion familiale.

  • Choix du roi

Et si les hiboux grands-ducs étaient capables de choisir le sexe de leurs enfants ? Puisqu’elle est en moyenne 30 % plus massive qu’un mâle, une femelle demande plus de nourriture et donc d’énergie aux parents. Les nidifications précoces – généralement motivées par d’abondantes ressources alimentaires – donnent naissance à davantage de duchesses. Inversement, plus de mâles voient le jour quand les grands-ducs nichent tard en saison.

  • 60 x 50

Dimensions en mm de l’œuf faiblement elliptique du hibou grand-duc. Blanc et plutôt lisse, il pèse 70 à 80 g, soit 30 % de moins que celui de l’aigle royal.

Cet article fait partie du dossier

La nuit du hibou grand-duc

Couverture de La Salamandre n°280

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 280  Février - Mars 2024, article initialement paru sous le titre "La nuit du grand-duc"
Catégorie

Nature d’ici

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Le grand livre de la nature

69.00 €

Les plantes sauvages

49.00 €

Agenda de la nature au jardin 2024

6.00 €

ALPES 2e édition

42.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur