© Marcello Pettineo

Cet article fait partie du dossier

Mille et une guêpes

Guêpe-coucou : des couleurs incroyables

Certaines guêpes minuscules ont des reflets à couper le souffle. Quand beauté rime avec squat sans scrupules. Découvrez les guêpes coucou.

Certaines guêpes minuscules ont des reflets à couper le souffle. Quand beauté rime avec squat sans scrupules. Découvrez les guêpes coucou.

Un insecte a réussi à entrer par une fenêtre ouverte et cherche vainement à ressortir par celle qui est fermée. Il virevolte à toute allure et se cogne plusieurs fois par seconde contre le verre infranchissable. Une cuirasse métallique, de gros yeux… Une mouche à merde ?

Halte-là ! Rangez la tapette, il y a erreur sur la personne. Cette bestiole à reflets irisés est en réalité une guêpe chryside, une pure merveille aux surnoms évocateurs : guêpe-bijou, mouche de feu, colibri des insectes, guêpe d’or… mais aussi guêpe-coucou pour ses mœurs très parasites. Allusion évidemment à l’oiseau fameux grand maître de tous les parasites respectables que comptent nos contrées.

Pour en revenir à son costume d’apparat extravagant, il est dû à de très fines lamelles de 5 μm d’épaisseur qui recouvrent la surface de son corps et décomposent la lumière de façon variable. Le résultat est tout bonnement stupéfiant : les couleurs rutilantes de cet insecte vont du rouge cuivré au bleu clair en passant par le violet, le rubis, le vert émeraude ou le jaune d’or. Ajoutez à cela de nombreuses ponctuations pour diversifier encore les effets visuels et le résultat ne peut être que l’œuvre d’un orfèvre.

Différenciez avec cette vidéo la guêpe-coucou de la mouche verte.

Façon cloporte

Guêpe coucou, des guêpes parasites aux couleurs incroyables
© André de Kesel / Image composite

L’aiguillon des chrysides est dépourvu de glande à venin. Pour se protéger autant que possible contre le dard virulent de certaines guêpes qu’il peut parasiter, l’insecte joyau se met en boule comme un cloporte. Une prouesse réalisable grâce à la forme concave de la partie inférieure de son abdomen.

Petit meurtre à l’hôtel

Guêpe coucou, des guêpes parasites aux couleurs incroyables
© Stéphane Vitzthum

Certaines chrysides s’observent sur les hôtels à insectes. En espionne accomplie, la femelle se glisse à l’intérieur de la loge dès qu’une abeille sauvage s’absente, puis elle y dépose son œuf. Ni vu ni connu ! Une guêpe éclora par la suite après avoir dévoré la larve de l’abeille propriétaire des lieux…

Kaléidoscope

Pourquoi ces couleurs métalliques chez les chrysides ? Un atout pour se camoufler ou au contraire alerter les prédateurs que leur corps est rigide et indigeste ? Mystère. En tout cas, les microstructures responsables de ces reflets joueraient un rôle dans la régulation de leur température.

Cet article fait partie du dossier

Mille et une guêpes

Couverture de La Salamandre n°265

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 265  Août-septembre 2021, article initialement paru sous le titre "Coucou les bijoux !"
Catégorie

Sciences

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Un tour de roue

19.00 €

Le faucon de l’espoir

34.00 €

La forêt hyperconnectée

19.90 €

Histoires surnaturelles. Alliances, ruses et stratagèmes entre plantes et insectes

39.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur