© Marcello Pettineo

Cet article fait partie du dossier

Mille et une guêpes

Certaines guêpes pondent leurs œufs dans des pucerons

Inertes, déformés et décolorés, les pucerons succombent les uns après les autres. Quand de minuscules guêpes font le ménage.

Inertes, déformés et décolorés, les pucerons succombent les uns après les autres. Quand de minuscules guêpes font le ménage.

Sur un balcon en pleine ville, quelques bacs à fleurs font office de mini-potagers. Un haricot s’est égaré de son tuteur et ses vrilles ont atteint la gouttière. Sur sa tige grimpante, une belle colonie de pucerons du pois est installée. Verts, les minuscules suceurs de sève se confondent parfaitement avec la plante légumière. Enfin presque, car quelques individus jaunâtres et gonflés se font remarquer. A bien y regarder, ils sont immobiles et contiennent une petite tache noirâtre.

Si nous étions dans un film, la musique d’ambiance basculerait à cet instant précis en staccato fort et dissonant. Car la peau d’un puceron se fend et deux antennes noires en surgissent. Puis, une tête tout entière et un corps noir de… guêpe !

Certaines guêpes pondent leurs œufs dans des pucerons
© Marcello Pettineo

Aphidius ervi est l’une des milliers de guêpes minuscules spécialisées dans l’endoparasitisme, c’est-à-dire dont les progénitures se développent à l’intérieur du corps de leur victime. Sa larve dévore lentement le puceron avant de se transformer en chrysalide, protégée par la peau de son hôte. Une fois adulte, la guêpe laisse derrière elle la carcasse vide. Pas de panique, du haut de ses 2 mm, la minuscule guêpe ne représente un danger que pour ses cibles attitrées.

Certaines guêpes pondent leurs œufs dans des pucerons
© Marcello Pettineo

Mais les pucerons n’ont pas dit leur dernier mot ! Pour déjouer ces redoutables parasites, certains ont recours à des fourmis gardes du corps. D’autres ont acquis une certaine immunité. S’ils survivent à une première attaque, leurs descendants seront comme vaccinés. De leur côté, les guêpes tentent en permanence de déjouer ces stratégies défensives. Elles développent des molécules chimiques qui empêchent les attaques de fourmis ou contrecarrent l’immunité des pucerons… Une course aux armements apparemment sans fin.

Poupées russes

Certaines guêpes pondent leurs œufs dans des pucerons
© Marcello Pettineo

C’est l’histoire d’une plante qui, dévorée par une chenille, diffuse des signaux chimiques pour attirer la guêpe parasite de son bourreau. Et ça marche, l’hyménoptère paralyse la gloutonne végétarienne. Seulement voilà, il arrive que le message soit aussi capté par une guêpe hyperparasitoïde, c’est-à-dire qui va pondre dans la larve de la guêpe qui se trouve déjà dans la chenille… vous suivez ?

Auxiliaires officiels

Certaines guêpes pondent leurs œufs dans des pucerons
© Hans Smid

Les guêpes parasitoïdes sont utilisées comme auxiliaires contre les insectes qui s’en prennent aux cultures. C’est le cas de Trichogramma contre la chenille de piéride du chou. Des entreprises élèvent ces prédateurs en laboratoire pour les vendre aux agriculteurs. Heureuse alternative aux pesticides, cette lutte biologique pose hélas problème quand elle aboutit à l’introduction d’insectes exotiques.

Galleuses

Galle du rosier
© Alex Hyde

Les larves des guêpes cynips sont végétariennes. La plante qui héberge l’une d’entre elles continue mystérieusement à produire du tissu là où elle est dévorée. Jusqu’à former un excès de matière végétale appelée galle. A l’intérieur de sa chambre privée, la larve jouit de tout le confort possible : nourriture et protection contre la plupart des prédateurs. Une fois mature, elle se transforme en chrysalide avant d’émerger sous forme de guêpe adulte. Parmi les galles les plus faciles à observer, celle du cynips du rosier provoque chez les églantiers des pompons très caractéristiques.

Découvrez en vidéo la ponte des guêpes parasitoïdes dans le corps des pucerons (jusqu’à 2’45).

Cet article fait partie du dossier

Mille et une guêpes

Couverture de La Salamandre n°265

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 265  Août-septembre 2021, article initialement paru sous le titre "Le bal des momies"
Catégorie

Sciences

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Un tour de roue

19.00 €

Le faucon de l’espoir

34.00 €

La forêt hyperconnectée

19.90 €

Histoires surnaturelles. Alliances, ruses et stratagèmes entre plantes et insectes

39.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur