© Marcello Pettineo

Bec-croisé des sapins, le perroquet de nos montagnes

Plumes exotiques, mandibules croisées, poussins en plein hiver…Comment le bec-croisé des sapins trouve-t-il à manger pour sa nichée ?

Plumes exotiques, mandibules croisées, poussins en plein hiver…Comment le bec-croisé des sapins trouve-t-il à manger pour sa nichée ?

Bec-croisé des sapins, le perroquet de nos montagnes - Animal bizarre
© Marcello Pettineo

Il neige sur la forêt de montagne. Les deux becs-croisés ne passent pas inaperçus dans cette ambiance immaculée. Le mâle au plumage brique et la femelle vert-jaune s’activent parmi les branches d’épicéa, faisant valser les flocons. On dirait des perroquets avec leurs couleurs vives et cette façon de s’accrocher tête en bas sur les rameaux. Droites à la naissance, les mandibules ne se croisent qu’un mois plus tard pour donner à l’oiseau une ­allure unique. Ce bec, il l’insère fermé entre les écailles d’un cône puis l’ouvre par effet de levier pour les écarter et en extraire la graine avec sa langue. Cela fait de lui, avec les écureuils et les pics, l’un des rares animaux capables de se nourrir des graines de résineux lorsque les cônes sont encore fermés.

S’il n’est pas posé en évidence sur la cime d’un conifère, vous l’observerez peut-être au sol en train d’ingérer des grains de sable ou de petits cailloux. Stockés dans son gosier, ils facilitent le broyage des graines et fournissent le calcaire nécessaire au développement de la coquille des œufs. En hiver, le bec-croisé peut profiter du salage des routes d’altitude pour faire le plein de sels minéraux. Sur les murs de bâtiments, il grignote aussi du salpêtre, qui servirait à débarrasser son bec de la résine. Les graines dont il se nourrit sont riches en huile et donnent soif, il boit donc régulièrement pour se désaltérer et peut manger de la neige. Car le bec-croisé des sapins ne craint pas le froid. Sédentaire, il est capable de nicher toute l’année, avec un pic de reproduction entre décembre et mai. Pratique, les cônes d’épicéas pendent et sont donc accessibles même si les arbres sont couverts de neige ! Les individus de Scandinavie ou de Sibérie migrent, l’intensité de leur exode dépend de la fructification des épicéas.

Bec-croisé des sapins, le perroquet de nos montagnes - Animal bizarre
© Marcello Pettineo

Au sud du continent, on observe une spécialisation sur différents conifères. La taille et la structure du bec varient d’une population à l’autre selon les arbres nourriciers. Même les cris diffèrent entre les bandes de becs-croisés qui se focalisent sur l’épicéa et ceux qui s’alimentent sur le pin sylvestre, d’Alep ou à crochets. Chez ces oiseaux, les accents ne sont donc pas régionaux, mais liés à l’alimentation. Les ornithologues expérimentés peuvent ainsi connaître le régime d’un oiseau juste en l’entendant chanter !

Bec-croisé des sapins, le perroquet de nos montagnes - Animal bizarre
© Marcello Pettineo

90 000

Nombre de graines d’épicéas nécessaires pour nourrir une couvée jusqu’à son envol. Elles sont transformées en bouillie par les adultes pour être facilement assimilées par les poussins.

3

Maximum de couvées annuelles pour le bec-croisé. C’est l’abondance de la nourriture disponible qui détermine le nombre de nichées. La plupart du temps, c’est une ou deux.

54 %

Proportion de becs-croisés gauchers, avec la mandibule supérieure croisée à gauche.

Pas de prise de bec

Dans les Galápagos, Charles Darwin a étudié la manière dont le bec des oiseaux s’adapte en fonction de la ressource alimentaire. Ainsi, une quinzaine d’espèces de thraupidés, appelés pinsons de Darwin, cohabitent sur des îles de l’archipel sans entrer en concurrence grâce à une grande diversité de taille et de forme des becs. Les mandibules les plus fines atteignent la chair des cactus, tandis que les plus robustes cassent des graines. Un célèbre exemple de sélection naturelle.

Croisés malgré eux

Chez certains oiseaux, une mystérieuse malformation provoque un développement chaotique des mandibules qui s’allongent et se croisent. Le trouble de la kératine aviaire complique le nourrissage, le lissage des plumes ou la construction du nid. Frappant notamment les mésanges, il peut conduire à la mort. Le phénomène, qui s’amplifie en Amérique du Nord, pourrait être provoqué par un virus.

Mésange au bec malformé
© Rachel M. Richardson

Apprenez-en plus sur le bec-croisé et d'autres volatiles dans notre livre de référence Le comportement des oiseaux d'Europe.

Un ouvrage unique et le plus complet à ce jour, pour tous les amoureux des oiseaux. 576 pages pour découvrir les techniques de vol, les stratégies de chasse, les parades nuptiales et autres comportements de 427 espèces. Magnifiquement illustré avec plus de 1800 dessins.

Couverture de La Salamandre n°274

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 274  Février - Mars 2023, article initialement paru sous le titre "Perroquet des cimes"
Catégorie

Dessins Nature

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Un tour de roue

19.00 €

La forêt hyperconnectée

19.90 €

Histoires surnaturelles. Alliances, ruses et stratagèmes entre plantes et insectes

39.00 €

Le grand livre de la nature

69.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur