© ULRICH DOERING / ALAMY

Haut-Jura, pour un équilibre entre fréquentation et quiétude dans la nature

Vaste écrin de forêts, le Haut-Jura est de plus en plus convoité pour les activités de plein air. Rendez-vous près du col de la Faucille, où la cohabitation entre tourisme et biodiversité pose question.

Vaste écrin de forêts, le Haut-Jura est de plus en plus convoité pour les activités de plein air. Rendez-vous près du col de la Faucille, où la cohabitation entre tourisme et biodiversité pose question.

Avec Guillaume Cadier de la Réserve naturelle de la Haute Chaîne du Jura.

En arrivant depuis le nord par la route de Mijoux, le passage de la Faucille est d’emblée salué par le mont Blanc, juste en enfilade. Entre le sommet de l’Europe et le col jurassien à peine enneigé, Genève et la pointe du Léman dorment dans la brume de fin d’automne. Une troupe de becs-croisés des sapins passe en trombe en ponctuant son vol de tiup tiup tiup… Haranguent-ils la chenille d’automobiles qui montent chercher le soleil et le grand air ? Les véhicules portent encore des vélos tout-terrain, mais la saison du ski et de la raquette arrive à grands pas. « Pour la faune des forêts d’altitude, les moments de quiétude sont de plus en plus rares », s’inquiète Guillaume Cadier, adjoint au conservateur de la Réserve naturelle nationale de la Haute Chaîne du Jura.

Sports et loisirs hivernaux dans le secteur du Petit Montrond. / © ULRICH DOERING / ALAMY

Moyenne montagne

La neige n’est présente qu’au-delà de 1 200 m d’altitude. Les remontées mécaniques sont encore fermées mais des centaines de promeneurs et cyclistes sont venus profiter des grands espaces et du panorama. Petit Montrond, Grand Montrond, Colomby de Gex et Crêt de la Neige – point culminant du Jura à 1 720 m – s’enchaînent du nord-est vers le sud-ouest. Les deux premiers sont hors du périmètre de la Réserve naturelle mais leur ascension permet de belles vues sur l’espace protégé.

Aigle royal / © Olivier Born

Des petits passereaux jaune et vert sont tapis dans les graviers d’un talus dépourvu de neige. « Les venturons montagnards sont bien présents ici », souligne Guillaume Cadier. Si l’on demande à ce naturaliste professionnel quels sont les joyaux qu’il tente de protéger au quotidien, il lève les yeux d’un air pensif. « Le grand tétras, par exemple, est une espèce phare des boisements alentour. » Il s’abstiendrait presque de citer la gélinotte des bois, la chevêchette d’Europe, l’aigle royal ou encore le lynx, parmi les autres ambassadeurs de ces montagnes. L’homme en uniforme redoute de plus en plus d’attirer l’attention sur la riche biodiversité des lieux. La notoriété de la nature jurassienne pourrait bientôt devenir son talon d’Achille…

Grande fréquentation

Venturon montagnard / © Nathan Horrenberger

Les espaces naturels ne sont pas infinis et, depuis la crise du Covid, le tourisme de proximité s’est accru. Malgré ses 11 000 ha, la quatrième plus grande réserve naturelle de France métropolitaine est sous pression. « Mes collègues et moi sommes

témoins de la diversification des activités de plein air : VTT à assistance électrique, bivouac avec feu, randonnée nocturne, trottinette tout-terrain, trail, drone, géocaching… », Guillaume Cadier interrompt sa liste non exhaustive, stoppé net par le cri d’un cassenoix moucheté au sommet d’un conifère.

© STOCK.ADOBE.COM

Parmi l’engouement pour le outdoor, les loisirs naturalistes ne sont pas en reste. Des espèces comme le rarissime pic tridactyle ou le loup, fraîchement installé, attisent une curiosité bien intentionnée mais néanmoins à risque. « Les pièges photo prolifèrent, avec des dérives dans des zones où il est pourtant interdit de pénétrer », relève celui qui assure aussi un rôle de police.

Petites solutions

Chamois / © Olivier Born

Pas question d’empêcher l’accès à tous les lieux remarquables, ce n’est pas l’esprit des réserves ni celui du parc naturel régional du Haut-Jura. Mais pour Guillaume, si l’intérêt pour la nature est une bonne chose, il ne faudrait pas que cela se résume à de la consommation. « J’aimerais que chacun se questionne sur son impact et se responsabilise avant d’aller dans la nature. La communication, les panneaux, Internet… il y a suffisamment de sources d’information pour ne pas ignorer les enjeux et les règles », insiste le gestionnaire. Faudrait-il plus d’aires protégées ? « Oui, à condition qu’il y ait des moyens humains suffisants et durables pour assurer leur pérennité », répond l’adjoint au conservateur.

Heureusement, lorsque certaines pratiques sont bien encadrées et canalisées, elles demeurent compatibles avec la biodiversité. Même le ski nordique, dont certaines pistes traversent des zones de quiétude de la faune sauvage. Alors, concrètement, en cette belle journée, comment profiter de la nature sans lui causer du tort ? S’abstenir de pénétrer en pleine forêt, accepter la compagnie d’autres curieux sur des circuits aménagés, apercevoir ou imaginer un animal sans forcément chercher à l’approcher… Allez, en route pour le Grand Montrond !

Couverture de La Salamandre n°273

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 273  Décembre 2022 - janvier 2023, article initialement paru sous le titre "Evasion avec modération"
Catégorie

Récit des balades

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Un tour de roue

19.00 €

La forêt hyperconnectée

19.90 €

Histoires surnaturelles. Alliances, ruses et stratagèmes entre plantes et insectes

39.00 €

Le grand livre de la nature

69.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur