© imageBROKER / Alamy

Cet article fait partie du dossier

Raies, les ailes de la mer

Raies-guitares et poissons-scies, aussi étonnants que menacés

Pas vraiment plats, prolongés d’un museau interminable et déguisés en requins, les raies-guitares et les poissons-scies bousculent les codes.

Pas vraiment plats, prolongés d’un museau interminable et déguisés en requins, les raies-guitares et les poissons-scies bousculent les codes.

Avec son aileron saillant et une grande nageoire caudale au bout de la queue pour se propulser… la raie-guitare peut passer pour un squale au premier coup d’œil ! Une ressemblance vieille d’au moins 100 millions d’années. En effet, un fossile retrouvé au Liban montre que la bête n’a pas changé d’allure depuis le Crétacé.

Ressembler à un requin sans en être un présente surtout des inconvénients par les temps qui courent. Les raies-guitares figurent parmi les poissons les plus menacés au monde du fait qu’elles vivent une sorte de double peine. D’un côté, leur aileron attirant la convoitise est commercialisé sur le marché asiatique comme ceux des vrais requins. De l’autre, ces poissons se noient dans la méconnaissance généralisée qui les entoure, rendant difficile toute action de sensibilisation et tout traçage de leur pêche.

Pourtant ces raies rhino, comme elles sont parfois appelées, ne demandent qu’à flâner paisiblement sur les fonds sableux peu profonds des baies et des estuaires. Dans ces habitats, elles cherchent leur nourriture avec leur museau ultrasensible. Bien que partagé par d’autres poissons, ce talent de fouineur est poussé à son paroxysme chez les raies-guitares. Pourquoi ? Grâce à des organes d’électroréception répartis sur la peau de leur long museau (> dessin). Ces minuscules orifices sont reliés à des tubes qui permettent de percevoir champs magnétiques et gradients de température. Tout simplement imparable pour détecter les crustacés et les petits poissons dans l’obscurité.

Organes sensoriels sur la face inférieure de la raie-guitare, au niveau du museau (grossis artificiellement sur le dessin).

Chargement

Fentes branchiales

Bouche

Narine

Pores

Chargement

Ampoules de Lorenzini

Gelée électroconductrice

Faisceau de cellules électroconductrices

Scie à tout faire

Poisson-scie
© David Wachenfeld / Triggerfish Images

Proche parent des raies-guitares, le fameux poisson-scie arbore un rostre impressionnant hérissé de dents. Cet outil sert à la fois à détecter les proies, à les attaquer grâce à des mouvements rapides, mais aussi à les manipuler pour mieux les avaler. Aujourd’hui disparu des eaux méditerranéennes, il montre une fascinante convergence de forme avec son cousin tout aussi rare, le requin-scie.

Cet article fait partie du dossier

Raies, les ailes de la mer

Couverture de La Salamandre n°270

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 270  Juin - Juillet 2022, article initialement paru sous le titre "Mandoline et égoïne"
Catégorie

Sciences

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Un tour de roue

19.00 €

Le faucon de l’espoir

34.00 €

La forêt hyperconnectée

19.90 €

Histoires surnaturelles. Alliances, ruses et stratagèmes entre plantes et insectes

39.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur