© Marco Preziosi

Cet article fait partie du dossier

Martinet, l’oiseau qui ne s’arrête jamais

9 prouesses aériennes des martinets

Infatigables voiliers, les martinets collectionnent les records. Le point entre exploits confirmés et légendes ornithologiques avec les images de Jean-François Cornuet.

Infatigables voiliers, les martinets collectionnent les records. Le point entre exploits confirmés et légendes ornithologiques avec les images de Jean-François Cornuet.

Record sur record

Si le martinet à ventre blanc vole en continu pendant les six mois de sa migration aller-retour et de son hivernage, le record mondial du vol d’endurance est détenu par le martinet noir qui reste en l’air pendant dix mois sans pratiquement se poser. Les quelques brefs arrêts enregistrés ont surtout lieu la nuit en hiver et totalisent moins de 1 % du temps.

Compteur astronomique

Pendant sa vie, un martinet noir jurassien âgé de 21 ans aurait parcouru près de 4 millions de kilomètres. L’équivalent de cinq allers-retours Terre-Lune. Pour un oiseau de 40 g, c’est tout simplement phénoménal !

Piège instantané

Martinet noir en chasse
© Marco Preziosi, d’après les vidéos de J.-F. Cornuet

Croyez-vous que le martinet vole le bec ouvert ? Faux ! Il ne l’ouvre que pendant 0,03 seconde au moment d’une capture. Ces saisies peuvent s’enchaîner à une cadence élevée de trois proies en 0,5 seconde.

Détection d’erreurs

On lit souvent que le martinet noir évite de manger les guêpes à cause de leur dard venimeux, mais ne dédaigne pas les syrphes, ces mouches noir et jaune inoffensives qui leur ressemblent. Des prises de vue à haute vitesse montrent que parfois il se trompe. Mais si la proie capturée ne convient pas, elle est aussitôt recrachée. Du coup, il n’y a jamais de guêpe dans la balle d’insectes régurgitée au nid pour les poussins.

SOS Canadair

Martinet qui boit de l'eau en vol
© Marco Preziosi, d’après les vidéos de J.-F. Cornuet

Martinet à terre, plus rien à faire ? Un individu en bonne forme qui se retrouve au sol par accident peut repartir en prenant appui sur ses ailes s’il dispose d’un espace dégagé et à la végétation rase. Les crashs sur les plans d’eau sont plus dangereux. En venant boire en mode Canadair, l’oiseau peut mouiller son plumage et perdre le contrôle au risque d’une noyade.

Vitesse de pointe

Le martinet noir se déplace habituellement à 35 km/h. Mais, pendant ses rondes sonores territoriales, il a été flashé à 111,96 km/h. Un record pour un oiseau en vol battu ! Probablement va-t-il encore plus vite lors de ses descentes vertigineuses, mais aucune vitesse supérieure n’a été validée à ce jour.

Vol inversé

Martinet Vol Inverse
© Marco Preziosi, d’après les vidéos de J.-F. Cornuet

Au-dessus de sa colonie, le martinet communique par des cris et des postures particulières. Le vol en dièdre, ailes en V au-dessus du dos, semble signifier « Pousse-toi de là ! » ou « Viens faire un tour ! ». Le vol inversé suite à un demi-tonneau, le corps tourné vers le haut sauf la tête (> ci-dessus), est une figure de parade ou peut avoir une fonction dissuasive. Cela peut aboutir à des accrochages entre deux individus et à des chutes impressionnantes en feuille morte.

Repas à l’économie

En chasse par conditions favorables, le martinet ne pratique le vol battu que pendant 25 % du temps. Il capture ses proies essentiellement en vol plané, en changeant de vitesse et d’altitude à moindre coût grâce aux courants thermiques. Cette stratégie lui permet de rester en l’air presque sans effort et donc… de manger à bon compte.

Hygiène acrobatique

Martinet qui se toilette
© Marco Preziosi, d’après les vidéos de J.-F. Cornuet

Grâce à sa grande souplesse, le martinet utilise bec et pattes pour toiletter en plein vol les plumes de la tête, de la poitrine, du ventre ainsi que du dos. En se cambrant fortement, il atteint sa queue et lisse ses rectrices. Il se nettoie aussi en secouant l’ensemble de son corps ou en frottant ses ailes l’une sur l’autre.

Arrêts sur image

J.-F. Cornuet spécialiste du vol des martinets
Jean-François Cornuet Professeur de sciences à la retraite à Paris et naturaliste spécialisé sur le vol des martinets. / © Apolline Cornuet

Jean-François Cornuet, d’où vient votre intérêt pour le plus aérien de nos oiseaux ?

Les martinets me passionnent depuis ma jeunesse. Tout a commencé vers l’âge de 8 ou 9 ans, lorsque des voisins m’ont apporté un martinet noir retrouvé mort dans une cheminée. Voir ce fils du ciel dans l’impossibilité de voler m’a beaucoup touché. Quelques années plus tard, je réalisais mes premières photos de ces oiseaux en plein vol. C’était en 1970.

La technologie a beaucoup évolué depuis…

Tout à fait. J’ai suivi les progrès technologiques de la photographie pour améliorer mes prises de vue et mieux comprendre les exploits aériens des martinets. Il y a quatre ans, j’ai commencé à utiliser un boîtier capable de filmer à 180 images par seconde. Le rêve pour étudier la vie de Apus au-dessus des toits parisiens.

Qu’avez-vous découvert avec ces milliers de prises de vue à haute fréquence ?

Ces images m’ont permis de décrire en détail le toilettage en l’air, la capture des proies et les comportements sociaux. J’ai résumé mes observations dans deux articles scientifiques dans la revue Plume de naturalistes ainsi que dans plusieurs vidéos accessibles en ligne.

Poursuivez la lecture avec les deux articles de Jean-François Cornuet.

Retrouvez les autres vidéos de martinets à 180 images par seconde de Jean-François Cornuet

Cet article fait partie du dossier

Martinet, l’oiseau qui ne s’arrête jamais

Couverture de La Salamandre n°263

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 263  Avril - Mai 2021, article initialement paru sous le titre "Prouesses aériennes"
Catégorie

Dessins Nature

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Un tour de roue

19.00 €

La forêt hyperconnectée

19.90 €

Histoires surnaturelles. Alliances, ruses et stratagèmes entre plantes et insectes

39.00 €

Le grand livre de la nature

69.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur