6 idées reçues sur les vipères
Vipère aspic / © Yves Brunelli

Cet article fait partie du dossier

Vipère, la pacifique

6 idées reçues sur les vipères

La peur des serpents a donné naissance à de nombreux mythes. Démêlons le vrai du faux de 6 rumeurs sur les vipères.

Auteur

Jean-Philippe Paul



La peur des serpents a donné naissance à de nombreux mythes. Démêlons le vrai du faux de 6 rumeurs sur les vipères.

Rouge = danger ?

Contrairement à une croyance tenace, les vipères de couleur noire ou rouge ne sont pas plus dangereuses. Leur teinte vient de la pigmentation de cellules de la peau : les chromatophores. La concentration en mélanine ou en caroténoïdes détermine la couleur générale de la vipère. Comme le noir absorbe mieux la chaleur, on rencontre davantage d’individus sombres dans les endroits frais ou en altitude. Dans certaines vallées des Alpes, la proportion de vipères noires atteint 50 %.

Les yeux revolver

Au Moyen Age et parfois encore de nos jours, les serpents sont réputés pour hypnotiser leurs victimes, voire les tuer à distance. Cette croyance vient sûrement d’observations de proies agonisant loin du reptile, sans avoir assisté à la morsure préalable.

Nœuds de malheur

Tirer avec une arme à feu sur un peloton de serpents emmêlés entraîne le maléfice, selon une légende du début du XXe siècle. Les vipères ne font pourtant pas de nœuds mais s’entassent. Cela arrive sur les sites d’hivernage – hibernaculum – très prisés, parfois en compagnie d’autres serpents. Une scène d’accouplement engageant plusieurs mâles peut aussi donner cette impression de méli-mélo.

Eau-de-vie… ou de mort

Mystifiée et parfois considérée comme immortelle du fait de son insensibilité au venin de ses congénères, la vipère s’est vue attribuer de nombreuses vertus thérapeutiques miraculeuses. L’alcool de vipère par exemple, ou vipérine, était une eau-de-vie répandue en France comme en Suisse.

Gare au garrot

  • A faire en cas de morsure de vipère : appeler les secours, se rendre chez le médecin ou à l’hôpital le plus proche, rester allongé, se calmer, retirer ses bijoux…

  • A ne pas faire en cas de morsure de vipère : garrotter le membre, inciser, brûler ou uriner sur la plaie, aspirer avec la bouche, courir et tuer la vipère… En Suisse le dernier cas mortel remonte à 1961. En France, il y en aurait 3 par décennie.

Les lâchers par hélicoptère

Les écologistes auraient largué des vipères par caisses entières depuis le ciel. La rumeur, née dans les années 1970, a eu la vie longue. Il y a bien eu ici ou là des lâchers d’appâts antirabiques pour les renards et des alevinages de lacs de montagne par hélico… Peut-être que l’observation de groupes hivernaux de vipères ont surpris certains promeneurs et hop ! la croyance a colonisé l’Europe entière.

Découvrez 5 vérités sur les mythes autour des serpents.

Les boules de serpents existent-elles ? Pourquoi avons-nous peur des serpents ? Les réponses sont dans le livre de notre collection La nature en question : Le monde mystérieux des serpents.

Les serpents sont beaucoup plus inoffensifs que nous le pensons et ils ont une vie fascinante. Voici 50 questions ludiques pour en savoir plus sans avoir à avaler des couleuvres.

Cliquez-ici pour commander le livre.

Cet article fait partie du dossier

Vipère, la pacifique

Couverture de La Salamandre n°252

Cet article est extrait de la Salamandre

n° 252  Juin - Jullet 2019
Catégorie

Écologie

Ces produits pourraient vous intéresser

Zéro déchet à la manière d’un lombric

19.00 €

Histoires d’images : L’odyssée du renard

29.00 €

Le guide nature Traces et indices

17.00 €

Le lac aux oiseaux

49.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique