© Jean-PhiliPpe Delobelle

Cet article fait partie du dossier

L’union fait la vie

Symbiose, quand des organismes s’associent pour se nourrir

Certains êtres vivants collaborent tellement bien qu'ils ne peuvent plus se nourrir l'un sans l'autre. C'est la symbiose.

Certains êtres vivants collaborent tellement bien qu'ils ne peuvent plus se nourrir l'un sans l'autre. C'est la symbiose.

Se nourrir est une des activités fondamentales du vivant : il y a tous ceux qui se ruent sur leurs voisins et créent des réseaux alimentaires gouvernés par la prédation. Mais, surprise ! D’autres préfèrent nouer des alliances parfois très intimes pour se procurer des éléments nutritifs aussi inaccessibles qu’indispensables. Et plus si entente… Une de ces associations s’expose partout sous nos yeux, souvent sur des substrats hostiles à toute autre forme de vie, rochers, murs ou écorces. Ce sont les lichens, constitués de deux partenaires que l’on peut cultiver séparément et réassocier intimement : un champignon et une algue verte. Avec parfois un troisième larron, une cyanobactérie qui remplace ou qui est hébergée par l’algue. Cette dernière reçoit de l’eau et des sels minéraux du champignon alors qu’elle se trouve en milieu terrestre, tandis qu’elle alimente son partenaire en matière organique issue de la photosynthèse. Une telle coopération durable s’appelle une symbiose. Au-delà d’un simple échange alimentaire, ce mariage produit une structure qui protège les deux partenaires sans ressembler morphologiquement ni à l’un, ni à l’autre. Ainsi, les lichens prennent des formes de feuille, de croûte, de filament ou de mini-buisson. Ensemble, champignon et algue élaborent des substances qu’ils ne produisent pas l’un sans l’autre et qui peuvent notamment repousser certains brouteurs.

De telles alliances sont apparues plusieurs fois au cours de l’évolution. Les lichens n’ont donc pas d’unique ancêtre commun. Ils sont cependant tous capables de faire perdurer leur association au fil des générations, soit par bouturage embarquant les deux conjoints, soit par dispersion des spores du champignon. Dans ce cas, ces spores doivent s’unir rapidement à une algue après avoir germé… sous peine de mort.

Souvent idéalisée comme un modèle de relation équilibrée, la symbiose lichénique n’évolue pas toujours dans l’harmonie. Et les couples ne sont pas exclusifs. Une espèce fongique peut s’accorder avec différentes algues selon les conditions climatiques. Il arrive même qu’un champignon vole l’algue d’un autre lichen ou s’installe dans un couple établi, exploitant l’un des partenaires, ou les deux, comme un parasite.

90 %

Part des filaments de champignon dans la composition d’un lichen. Ses innombrables associés unicellulaires, algues vertes et/ou cyanobactéries, constituent le reste.

Emprunt ver

Il n’est pas rare de voir sur l’estran sableux de l’océan des traînées verdâtres. On pourrait croire à une pollution, mais il s’agit de colonies de vers plats. Dans leur jeune âge, ils absorbent des algues microscopiques qui leur donnent une couleur verte. Les algues finissent par faire partie intégrante du ver adulte qu’elles nourrissent par photosynthèse. Le ver de Roscoff perd même sa bouche et son tube digestif devenus inutiles. En retour, il prend soin de ses protégées en les exposant de façon optimale à la lumière. Il leur céderait même des nitrates et des phosphates issus de son métabolisme.

Ver de Roscoff - Symbiose, quand des organismes s'associent pour se nourrir
© Olivier Dugornay / Ifremer

Acolytes des scolytes

On trouve parfois sous l’écorce des arbres des galeries creusées par les larves de petits coléoptères. Ces scolytes collaborent avec des champignons spécialisés dans l’attaque de la matière ligneuse. Ces décomposeurs ramollissent le bois, tandis que les insectes disséminent leurs spores. Certains scolytes vont encore plus loin en cultivant des champignons dans leurs galeries pour s’en nourrir, parfois en aménageant pour eux un terreau de bois broyé enrichi de leurs déjections.

Il mange sa flore

Le cerf collabore avec une quantité invraisemblable de bactéries qui dégradent dans sa panse les fibres végétales fraîchement avalées. A l’abri de l’air, ce petit monde fermente, produit de la chaleur, des acides gras… Puis, notre plus grand ruminant sauvage régurgite la bouillie obtenue et la mâchouille avec sa salive, avant de la ravaler. Alors commence la vraie digestion. Une partie seulement des bactéries et de leurs prédateurs unicellulaires sont dégradés, livrant au système digestif du cerf leurs éléments nutritifs, protéines et vitamines. Un échange de bons procédés.

Cerf - Symbiose, quand des organismes s'associent pour se nourrir
© Dominique Delfino / Biosphoto

Découvrez d'autres exemples de symbioses dans notre article.

Cet article fait partie du dossier

L’union fait la vie

Couverture de La Salamandre n°275

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 275  Avril - Mai, article initialement paru sous le titre "Mieux manger"
Catégorie

Sciences

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Agir pour la nature au jardin

24.00 €

Le grand livre de la nature

69.00 €

Les plantes sauvages

49.00 €

Agenda de la nature au jardin 2024

6.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur