© Frank Hecker

Cet article fait partie du dossier

L’union fait la vie

L’entraide, quand plantes et animaux s’échangent des services

D’innombrables plantes peu douées pour les voyages pratiquent l’entraide pour se reproduire et disséminer leur graines.

D’innombrables plantes peu douées pour les voyages pratiquent l’entraide pour se reproduire et disséminer leur graines.

Comment rejoindre un partenaire et s’ouvrir à de nouveaux horizons quand on est enraciné par nature ? En fidélisant des compagnons mobiles avec des récompenses. Les plantes à fleurs embauchent même des transporteurs hyperspécialisés : les butineurs.

Quand le chèvrefeuille des bois, arbrisseau aux pousses volubiles, déploie ses fleurs blanches en été, nul ne peut l’ignorer. Elles embaument l’air d’un parfum suave, surtout au crépuscule et de nuit. Pour les insectes, cet effluve annonce une ressource alimentaire sucrée : du nectar. Mais chez le chèvrefeuille, ce sirop attractif se situe au plus profond d’une interminable corolle en forme de tube. Autant dire que très peu de candidats ont une langue assez bien pendue pour le lécher. Difficulté supplémentaire, la fleur n’offre pas de plate-forme où atterrir pour progresser vers la manne.

Moro sphinx et chèvrefeuille - Entraide, plantes et animaux s'échangent des services
© Eric Ferry / Biosphoto

Qu’à cela ne tienne, des papillons de nuit de la famille des sphinx sont capables d’effectuer un vol stationnaire comme des colibris tout en déployant une longue trompe. Parmi ce club très noctambule, le moro-sphinx (> ci-dessous) s’observe souvent car il est le seul à butiner en plein jour. La dépense énergétique d’une telle opération est énorme, mais le jeu en vaut la chandelle. Pour le chèvrefeuille également, l’investissement pour produire le nectar est élevé, mais avec un immense bénéfice : il voit son pollen acheminé rapidement et avec sûreté à la bonne adresse.

Groupées à l’aisselle des feuilles, ses fleurs hébergent les deux sexes tout en évitant les fécondations croisées. Car les étamines mâles et le stigmate femelle dépassent de la corolle de manière décalée dans le temps pour caresser le front du papillon de passage. Ainsi, les étamines s’ouvrent et libèrent le pollen avant que le stigmate ne soit mûr.

Mais le chèvrefeuille n’est pas à l’abri de brigands qui consomment le pollen, ou lui dérobent du nectar, sans rendre de service. Les bourdons attirés par la blancheur des fleurs pratiquent un larcin de l’extérieur et en plein jour. De leurs mandibules puissantes, ils percent la base de la fleur et s’abreuvent de nectar avec leur langue courte. C’est bien moins fatiguant qu’un vol stationnaire dont ils sont, par ailleurs, incapables.

Chèvrefeuille - Entraide, plantes et animaux s'échangent des services
© Frank Hecker

140 millions

C’est l’âge des premières plantes à fleurs qui ont rapidement collaboré avec des animaux pour leur pollinisation. En produisant un nectar attractif, elles s’assurent que le pollen n’est pas détourné de ses fonctions. Ici un chèvrefeuille des bois.

Sans faire de vagues

La pollinisation par des coursiers animaux s’observe aussi en mer. L’algue rouge gracilaire, que l’on trouve sur les côtes de la Manche, ne confie pas ses gamètes aux clapots de l’eau. Elle bénéficie du service des idotées, petits crustacés longs de 2 cm qui broutent les diatomées proliférant à sa surface. En se frottant à l’algue, ces bestioles embarquent sur leur carapace les gamètes mâles de la plante… et les transportent jusqu’aux organes femelles. L’algue augmente ainsi son succès reproductif et pousse mieux grâce à l’élimination des diatomées. Et les crustacés ont un habitat riche en nourriture où se cacher.

Collembole - Entraide, plantes et animaux s'échangent des services
© CNRS / THOMAS Wilfried

Auto-stop gourmand

Le gui vit aux dépens d’un arbre hôte dont il prélève la sève brute. Cela ne l’empêche pas d’entretenir des relations d’entraide avec certains oiseaux. En hiver, il leur offre une ressource alimentaire. Et eux assurent sa dispersion. La grive draine digère la pulpe des baies, puis rejette dans ses fientes un chapelet de graines dans une substance collante. La fauvette à tête noire au fin gosier cueille une baie puis en déchire la peau. Elle retire la graine et la colle sur le rameau avant d’avaler le reste du fruit. Le gui conquiert ainsi de nouvelles branches avec la fauvette, ou des arbres plus lointains grâce à la grive.

Grive draine et gui - Entraide, plantes et animaux s'échangent des services
© Gary K. Smith / Naturepl.fr

Pas folle la guêpe

Le blastophage rend un immense service au figuier… A moins que ce ne soit le contraire. Cette minuscule guêpe, dont les larves se développent uniquement à l’intérieur de la figue, assure en effet la pollinisation de l’arbre. C’est une liaison d’entraide obligatoire où chacun a besoin de l’autre pour achever son cycle de vie. Le processus est complexe et passe par deux types de figuier et de figue qui n’arrivent pas à maturité au même moment. Il est même si finement ajusté que chacune des 750 espèces de figuiers à travers le monde possède sa guêpe pollinisatrice attitrée.

Blastophage et figue - Entraide, plantes et animaux s'échangent des services
© Bertrand Schatz

Cet article fait partie du dossier

L’union fait la vie

Couverture de La Salamandre n°275

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 275  Avril - Mai, article initialement paru sous le titre "Se donner des ailes"
Catégorie

Sciences

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Agir pour la nature au jardin

24.00 €

Le grand livre de la nature

69.00 €

Les plantes sauvages

49.00 €

Agenda de la nature au jardin 2024

6.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur