Céline Rochet suit la réintroduction des cistudes
Céline Rochet / © Hélène Tobler

Cet article fait partie du dossier

Cistude, dans la peau d’une tortue

Le suivi des cistudes réintroduites en Suisse

Bottes Waders, large chapeau, lunettes de soleil et gilet vert aux initiales de la Direction générale de la nature et de l’agriculture du Canton de Genève… la biologiste Céline Rochet est en train de contrôler les nasses qui permettent de suivre les cistudes réintroduites depuis 6 ans dans les marais des bois de Jussy.

Auteur

Julien Perrot



Bottes Waders, large chapeau, lunettes de soleil et gilet vert aux initiales de la Direction générale de la nature et de l’agriculture du Canton de Genève… la biologiste Céline Rochet est en train de contrôler les nasses qui permettent de suivre les cistudes réintroduites depuis 6 ans dans les marais des bois de Jussy.

Céline Rochet, que sont devenues vos 22 protégées ?

Pour limiter la mortalité, nous n’avons relâché que des individus suffisamment âgés pour que leur carapace résiste aux prédateurs. Au début, nous avons suivis par télémétrie les cistudes pour étudier leurs déplacements. Puis nous avons mis en place un suivi avec des nasses pour vérifier leur croissance et contrôler qu’ils sont toujours en bonne santé. A ce jour, sans compter les nouveaux jeunes individus qui viennent d’être relâchés le 30 juin, la population théorique se monte à 21. Il n’y a que la femelle Sérafine dont nous ayons complètement perdu la trace.

Ah, bon ? Vous leur avez donné des prénoms ?

Le jour des lâchers de 2010 et 2011, des élèves de l’école du village tout proche de Gy ont baptisé chacune des cistudes. Minus, Basile, Chipie ou Max, c’est quand même plus sympa qu’un matricule officiel qui va de 1000 à 1022. La mascotte du projet, c’est Alfred, un beau mâle qui a maintenant 11 ans et qu’on recapture chaque année.

Y a-t-il une cistude dans ce filet? / © Hélène Tobler

Vont-elles bientôt se reproduire ?

C’est la grande question ! Les deux premières années, les cistudes sont restées dans les deux étangs de Pré-Bordon et des Rappes où nous les avons relâchées. Maintenant, elles se dispersent de plus en plus, ce qui rend leur suivi plus aléatoire. J’ai bon espoir qu’elles se reproduisent. Le succès de ce projet permettrait à terme de fournir les premières cistudes sauvages de Suisse susceptibles d’alimenter d’autres projets de réintroduction.

Pour en savoir plus

Chronique du retour des cistudes en Suisse.

Article initialement publié dans la revue Salamandre sous le titre "Mais où est passée Sérafine ?"

Cet article fait partie du dossier

Cistude, dans la peau d’une tortue

Couverture de La Salamandre n°235

Cet article est extrait de la Salamandre

n° 235  août - septembre 2016
Catégorie

Photos

Ces produits pourraient vous intéresser

Le guide nature Les petites bêtes

17.00 €

Tous dehors ! en bord de mer

19.00 €

La nature en question – L’univers infini des planètes… et des étoiles

12.90 €

Le comportement des oiseaux d’Europe

49.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique