© image composite : fond marin de Mathieu Foulquié / paysage d'Antoni Agelet / Biosphoto

Cet article fait partie du dossier

Planète algue

Posidonies et zostères, des plantes à fleurs dans l’eau salée

Certaines plantes à fleurs comme les posidonies sont finalement retournés dans l’océan il y a 60 millions d'années.

Certaines plantes à fleurs comme les posidonies sont finalement retournés dans l’océan il y a 60 millions d'années.

Trois dauphins à la proue du navire ! Ce cadeau inespéré nous rappelle que certains mammifères terrestres sont retournés à la mer. Et que, histoire de bien s’y plaire, ils ont réinventé certains traits anatomiques de leurs ancêtres poissons. Ce qui est vrai pour les animaux l’est aussi pour les plantes. Après avoir pris du temps pour conquérir les terres émergées, beaucoup de végétaux ont en effet réinvesti les milieux aquatiques. D’abord juste les pieds dans l’eau, puis comme les nénuphars en gardant la tête en l’air et les insectes comme pollinisateurs. Enfin certains, entièrement submergés, ont commencé à fleurir sous l’eau, déléguant aux courants la dispersion de leur pollen comme de leurs fruits. Ces transfuges sont peu nombreux, sans doute parce que sous l’eau, depuis le temps, la place était déjà bien prise.

La vedette de ces grandes herbes marines, c’est la posidonie de Méditerranée. Cette espèce qui appartient bel et bien aux plantes à fleurs forme d’immenses peuplements. Certes, elle ne couvre que 3 % de la surface de la Grande Bleue, mais c'est elle qui en constitue l’écosystème majeur. Les herbiers de posidonies fournissent le gîte et le couvert à d’innombrables organismes et assurent une protection essentielle contre l’érosion des côtes. Sans insectes à séduire, plus besoin de couleurs ni de parfums. Ce végétal fleurit discrètement en automne les années où l’eau est assez chaude. Ses fruits flottants appelés olives de mer se détachent au printemps suivant. En se décomposant, ils libèrent une graine unique qui coule et peut-être, avec beaucoup de chance, qui prendra racine sur le fond.

Dans l’eau, les posidonies ont réappris à absorber les nutriments par les feuilles. Le dense treillis formé par leurs rhizomes ligneux stabilise les pentes sableuses. Des espaces entre leurs cellules permettent des échanges gazeux entre feuilles, tiges et racines… Que de belles adaptations ! Dommage qu’elles régressent pour de multiples raisons au fur et à mesure que se développent les activités humaines.

Ceintures vertes

Posidonies et zostères, quand des plantes à fleurs retournent dans l'océan
© Mathieu Foulquié

Contrairement aux posidonies qui n’existent qu’en Méditerranée et au sud de l’Australie, les zostères fleurissent dans la plupart des mers du monde… quoique leurs fleurs verdâtres soient réduites au strict minimum. Ces plantes aquatiques forment également des herbiers très riches en biodiversité. On en trouve aussi bien dans la Grande Bleue que sur le littoral atlantique. En grec, zostère veut dire ceinture, allusion à la forme de ses longues feuilles.

Comme une forêt

Les herbiers de posidonies sont colonisés à tous les étages par d’autres plantes et par de nombreux animaux. C’est une pouponnière pour plein de poissons. L’un des habitants les plus visibles de ces forêts qui s’étendent de 1 à 40 m de profondeur est la saupe, un herbivore rayé qui se déplace en bancs placides.

80 000 à 200 000 ans

C’est l’âge estimé d’un gigantesque individu de posidonie découvert en 2006 grâce à des marqueurs génétiques. Avec son réseau de racines, ce plant colonial s’étend sur plus de 8 km entre les îles d’Ibiza et de Formentera dans les Baléares. Ce serait l’un des plus grands êtres vivants connus.

Article initialement publié dans la revue Salamandre sous le titre "Et plouf dans l’eau !"

Cet article fait partie du dossier

Planète algue

Couverture de La Salamandre n°260

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 260  Octobre-Novembre 2020
Catégorie

Sciences

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Chasseur d’orages

39.00 €

Le lièvre invisible

34.00 €

La leçon du brin d’herbe

19.00 €

L’Univers sous mes pieds

19.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur