Résidents permanents et occasionnels de l'ortie - La Salamandre
Punaise, papillon, araignée, coléoptère,… L'ortie accueille une foule de petits animaux. / © Yann Lebris

Cet article fait partie du dossier

L’ortie, une vraie peste ?

Les résidents permanents et occasionnels de l’ortie

Tout est bon dans l’ortie. Du moins pour une foule d’habitants et de voisins qui s’y pressent. Présentations.

Auteur

Mireille Pittet



Tout est bon dans l’ortie. Du moins pour une foule d’habitants et de voisins qui s’y pressent. Présentations.

Résidents permanents et occasionnels de l'ortie - La Salamandre
Punaise de l'ortie / © Yann Lebris

La punaise de l’ortie est une suceuse de sève qui ne quitte pas sa forêt de piquants. Les punaises se nourrissent exclusivement de liquides végétaux ou animaux qu’elles aspirent avec leur rostre. Si certaines s’allient aux jardiniers pour détruire les pucerons, d’autres ont la mauvaise réputation d’affaiblir les cultures ou de transmettre des maladies.

Résidents permanents et occasionnels de l'ortie - La Salamandre
Psylle de l'ortie / © Yann Lebris

Les larves des psylles de l’ortie aspirent la sève de la plante, provoquant un enroulement du bord des feuilles. Ces insectes d’un peu plus de 3 mm enchaînent jusqu’à 4 générations par an ! Les qualités nutritives de l’ortie seraient-elles pour quelque chose dans cette folle vigueur ? Quoi qu’il en soit, les derniers adultes passent l’hiver sur les conifères.

Résidents permanents et occasionnels de l'ortie - La Salamandre
Papillon et chenille d'écaille chinée / © Yann Lebris

L’écaille chinée s’envole lorsqu’on tape des mains. Peu gourmande, la chenille de ce beau papillon se nourrit sur une vingtaine de plantes, dont l’ortie. Mais pour voir la vorace à l’œuvre, il faut attendre la nuit noire.

Résidents permanents et occasionnels de l'ortie - La Salamandre
Guêpe ichneumon / © Yann Lebris

Les ichneumons pondent dans divers invertébrés vivants. Ces guêpes font confiance à leur odorat pour repérer œufs, larves ou chrysalides, dans lesquels elles enfoncent leur tarière. Il n’est pas rare de voir voler l’ophion jaune aux abords des orties. Ce parasite vise spécialement les chenilles.

Résidents permanents et occasionnels de l'ortie - La Salamandre
Araignée Pisaura mirabilis / © Yann Lebris

Pisaura mirabilis trouve dans les massifs d’orties une quantité de proies variées. L’araignée se cantonne sur les plantes basses. Pour amadouer la femelle, le mâle lui offre une proie. Les jeunes se développent dans un cocon transporté sous le ventre de leur mère.

Résidents permanents et occasionnels de l'ortie - La Salamandre
Charançon apion de l'ortie / © Yann Lebris

L’apion de l’ortie mesure un peu plus de 2 mm au maximum. Les larves de ce charançon se développent dans des galles sur la tige, au niveau de l’insertion des feuilles.

Résidents permanents et occasionnels de l'ortie - La Salamandre
Puceron de l'ortie / © Yann Lebris

Les pucerons de l’ortie printaniers forment des colonies vert foncé et noires sur les tiges dont ils pompent la sève. En été, leur descendance se rabat sous les feuilles. Cette génération jaune pâle passe souvent inaperçue.

Résidents permanents et occasionnels de l'ortie - La Salamandre
Escargot des bois / © Yann Lebris

L’escargot des bois croque volontiers les premières pousses d’ortie au printemps. Son secret pour ne pas se piquer ? Il fabrique un mucus dense qui le protège des poils urticants.

Résidents permanents et occasionnels de l'ortie - La Salamandre
La cicadelle qui transmet la maladie du bois noir de l’ortie à la vigne ne se nourrit qu’occasionnellement sur les feuilles des ceps. / © Alberto Bressan

Cicadelle contagieuse

L’ortie, tout comme le liseron et d’autres plantes, contient parfois dans sa sève un être unicellulaire et microscopique. Ce phytoplasme est responsable du bois noir, une maladie qui peut affecter la vigne. C’est par l’intermédiaire d’une cicadelle suceuse de sève que l’organisme peut passer d’une plante à l’autre. Les feuilles des ceps touchés s’enroulent, deviennent jaunes ou rouges, et les grappes sèchent. Heureusement, cette maladie ne touche en général que quelques plants isolés. Le bois noir est apparu en France vers 1940, en Bourgogne et dans le Jura. Il est connu en Suisse depuis le début des années 1990.

Chacun à sa place

Les différents hôtes de l'ortie se répartissent sur différentes parties de la plante. Voyez plutôt.

Chargement

Punaise de l'ortie

Ecaille chinée

Psylle de l'ortie

Ichneumon

Araignée Pisaura mirabilis

Escargot des bois

Apion de l'ortie

Puceron de l'ortie

Maso, curieux ou un peu fou ? Voici sept commandements si, plutôt que les éviter, vous préférez vous faire bouffer par les moustiques.

Elle a du goût, de l'énergie et une belle santé. Découvrez l'ortie autrement avec notre article.

Retrouvez la totalité du dossier consacré à l’ortie : L’ortie, une vraie peste ?

Article initialement publié dans la revue Salamandre sous le titre "Résidents permanents et occasionnels"

Cet article fait partie du dossier

L’ortie, une vraie peste ?

Couverture de La Salamandre n°178

Cet article est extrait de la Salamandre

n° 178  Février - Mars 2007
Catégorie

Dessins Nature

Ces produits pourraient vous intéresser

Zéro déchet à la manière d’un lombric

19.00 €

Histoires d’images : L’odyssée du renard

29.00 €

Le guide nature Traces et indices

17.00 €

Le lac aux oiseaux

49.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique