Grenouille rousse / © Cyril Ruoso

Cet article fait partie du dossier

Le silence des grenouilles

Le printemps des grenouilles en forêt

La grenouille symbolise la vie qui se renouvelle et même la résurrection. Un miracle qui se produit dès février.

La grenouille symbolise la vie qui se renouvelle et même la résurrection. Un miracle qui se produit dès février.

Avec les jours qui s'allongent, c’est bientôt l’heure du réveil. Mais la transition entre l'hiver et le printemps est toujours une valse hésitante. Beau soleil de février… et puis du froid et de la neige derrière. Thermomètre qui remonte, mais temps désespérément sec. Pour qu'un petit peuple secret et luisant se réveille, il faut à la fois du tiède, au minimum 4°C en soirée… et de l’humidité. Quand ces deux conditions sont remplies, crapauds, grenouilles et tritons peuvent revenir à la vie.

Ce soir, il fait doux, il pleuvine dans la forêt, là où les arbres et la litière ont protégé des plus grands froids tant de petits animaux. Les premiers à se réveiller sont des grenouilles extrêmement précoces. Pendant des mois, elles ont résisté au gel cachées dans une galerie de rongeur, sous un tas de feuilles ou une racine. Surgies de terre comme par enchantement, grenouilles rousses ou grenouilles agiles sautillent toutes dans la même direction, quitte à franchir sans hésiter des surfaces encore enneigées. Ces deux espèces très proches sont des terriennes pure souche qui mènent toute l’année une vie secrète et solitaire au fond des bois. Mais auparavant, elles se rendent toutes à un important rendez-vous.

Leur stratégie ? Se réveiller au plus vite, rejoindre dare-dare un point d’eau, dans 80% des cas celui où elles sont nées, pour occuper le terrain les premières. Puis festoyer brièvement toutes ensemble. Leur espoir ? Qu’une énorme concentration d’œufs puis de têtards protège des prédateurs quelques-uns de leurs descendants. Telle est la mission des grenouilles agiles et des grenouilles rousses au seuil du printemps, une mission devenue parfois presque impossible.

La plus colorée

Renaissance d'une grenouille en forêt - La Salamandre Grenouille rousse forêt
Grenouille rousse / © Cyril Ruoso

Toute terreuse au réveil, la grenouille rousse mue peu de temps plus tard en révélant un habit de noce souvent éclatant et en même temps remarquablement discret dans la litière. Elle peut être d'un beau jaune, rose, rousse, rouge ou brune, parfois tachée de noir en montagne. C’est l'amphibien européen aux couleurs les plus variées.

La plus précoce

Renaissance d'une grenouille en forêt - La Salamandre Grenouille agile forêt
Grenouille agile / © Erwan Balança/Biosphoto

Reconnaissable à son long museau, à ses très longues pattes postérieures et à son tympan presque aussi grand que l’œil, la grenouille agile est l’amphibien le plus précoce. A basse altitude, la migration peut commencer en janvier… quitte à s’interrompre en cas de retour du froid. Cette espèce très forestière a besoin de plans d'eau plutôt chauds dans ou à proximité immédiate des bois.

Renaissance d'une grenouille en forêt - La Salamandre Grenouille ou crapaud face à face
Grenouille ou crapaud ? / © Fotolia

Grenouille ou crapaud ?

  • Evidemment, l’une n’est pas la femelle de l’autre ! Les différentes espèces de crapauds ont une silhouette massive avec une peau mate couverte de verrues et de pustules. Ils marchent et sont terrestres.

  • Les grenouilles ont une silhouette fine, une tête triangulaire et de longues pattes postérieures qui leur permettent de sauter. Les plus connues sont franchement aquatiques (les vertes), mais il existe aussi cinq espèces terrestres et forestières (les brunes).

La grenouille qui dégèle vivante, une vidéo incroyable à regarder sans tarder !

Grenouilles et crapauds ont d'autres cousins. Découvrez-les dans le Miniguide n°83 de La Salamandre : Reconnaître les amphibiens.

Retrouvez tous les articles du dossier : Le silence des grenouilles.

Article initialement publié dans la revue Salamandre sous le titre "Renaissance en forêt"

Cet article fait partie du dossier

Le silence des grenouilles

Couverture de La Salamandre n°238

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 238  Février - Mars 2017, article initialement paru sous le titre "Renaissance en forêt"
Catégorie

Photos

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Chasseur d’orages

39.00 €

Le lièvre invisible

34.00 €

La leçon du brin d’herbe

19.00 €

L’Univers sous mes pieds

19.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur