© Federico Gemma

Cet article fait partie du dossier

Intense hermine

L’hermine adapte son régime à la région où elle vit

Les campagnols ont beau être son péché mignon, l’hermine adapte son régime aux spécialités locales. Tour d'horizon du Canada à la Nouvelle-Zélande.

Les campagnols ont beau être son péché mignon, l’hermine adapte son régime aux spécialités locales. Tour d'horizon du Canada à la Nouvelle-Zélande.

Suisse, Belgique et France

© Federico Gemma

Dodus à souhait, faciles à trouver et à traquer dans leurs galeries, presque incapables de se défendre… les campagnols sont de loin le plat préféré de presque toutes les hermines du monde. Celles qui peuplent nos régions ne font pas exception. Mais attention car il y a campagnol et campagnol et, à l’heure de passer à table, mâles et femelles ont chacun leur préférence.

Pour monsieur, rien ne vaut un bon campagnol fouisseur, le plus gros de tous. Avec ses 100 à 200 g, un seul suffit pour plusieurs repas et ses larges galeries offrent un passage facile. Grâce à sa taille fine, madame se faufile facilement dans des tunnels plus étroits. Ainsi, elle peut varier son alimentation avec des espèces plus petites comme le campagnol des champs, six fois plus léger que son gros cousin.
Pour alimenter son métabolisme hyperactif, l’hermine engloutit des quantités phénoménales de nourriture. Oui mais voilà, un ventre trop gonflé empêcherait le fin mustélidé de se faufiler à travers les galeries de ses proies ou dans un abri contre les prédateurs. Pour éviter ce souci, l’estomac de la prédatrice ne peut contenir qu’une dizaine de grammes de viande à la fois… ce qu’elle compense en prenant cinq à dix repas par jour !

Canada - Apéro musaraigne ou festin d’écureuil ?

© Federico Gemma

Les campagnols sont rares dans les forêts du Nouveau-Brunswick, à l’est du Canada. Les hermines locales se rabattent donc sur les musaraignes et les écureuils. Les premières sont légion mais minuscules. Les seconds sont bien plus difficiles à attraper, mais permettent quelques bons repas en une seule prise.

Royaume-Unis - Gros gibier

© Federico Gemma

Plus grandes que leurs cousines continentales, les hermines anglaises sont de ferventes amatrices de lapins. Mais ceux-ci peuvent peser huit fois plus que les gourmandes et sont capables de se défendre vigoureusement. Pour venir à bout de telles proies, les ambitieuses prédatrices les épuisent par une longue poursuite avant de leur sauter sur le dos et de se cramponner à leur nuque.

Pologne - Cuisses de grenouilles

© Federico Gemma

S’il le faut, l’hermine n’a pas peur de se jeter à l’eau. Marais, tourbières et rivières sont légion dans l’est et le nord de l’Europe, et les hermines s’y installent volontiers. En Pologne, ces opportunistes complètent leur menu en s’attaquant aux grenouilles.

Russie - Poisson surgelé

© Federico Gemma

Les hivers sont rudes dans l’oblast de Magadan, à l’est de la Russie. Quand le froid est extrême, la chasse aux rongeurs peut demander trop d’énergie pour être rentable. Les hermines locales se rabattent alors sur les plats surgelés. Dans le cours asséché des rivières temporaires, elles vont chercher les cadavres de poissons pris au piège par le retrait des eaux et conservés par le froid.

Nouvelle-Zélande - Kiwi ou weta

Au XIXe siècle, les hermines ont été introduites en Nouvelle-Zélande. Or, ces îles n’abritaient aucun rongeur autochtone. En revanche, le pays regorgeait d’oiseaux et d’insectes incapables de voler, comme les kiwis ou les wetas, grandes sauterelles nocturnes. Une aubaine que les mustélidés expatriés mirent aussitôt à profit. Aujourd’hui, les hermines néo-zélandaises sont les seules au monde à ne pas dépendre des rongeurs.

Italie - Corbeille de fruits

© Federico Gemma

Durant l’été, les hermines des Alpes italiennes adoptent un régime moins carné que d’habitude en gobant quantité de fruits sauvages. Baies de genévrier et airelles des marais sont leurs préférés. Des proies moins nourrissantes qu’un rongeur bien dodu, mais bien plus faciles à attraper. Elles sont surtout convoitées par les mâles qui, à cette saison, préfèrent consacrer leur temps à la recherche de femelles.

Cet article fait partie du dossier

Intense hermine

Couverture de La Salamandre n°273

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 273  Décembre 2022 - janvier 2023, article initialement paru sous le titre "Menu à la carte"
Catégorie

Sciences

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Un tour de roue

19.00 €

La forêt hyperconnectée

19.90 €

Histoires surnaturelles. Alliances, ruses et stratagèmes entre plantes et insectes

39.00 €

Le grand livre de la nature

69.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur