© Federico Gemma

Cet article fait partie du dossier

Intense hermine

Comment l’hermine fait-elle pour résister au froid ?

Atout pour la chasse, une fine silhouette est toutefois un sévère handicap en hiver. Pourtant, l'hermine s’adapte aux régions les plus froides du globe.

Atout pour la chasse, une fine silhouette est toutefois un sévère handicap en hiver. Pourtant, l'hermine s’adapte aux régions les plus froides du globe.

4 054 m

Altitude record à laquelle une hermine a été observée, dans la partie indienne de l’Himalaya. Cette région de hautes vallées, au climat froid et sec, est la zone la plus méridionale qu’occupe naturellement l’espèce dans le monde.

~ 40 jours/an

En Europe, si une région n’est pas enneigée au moins durant ce laps de temps, les hermines qui la peuplent ne changent pas de couleur en hiver. Devenir blanche là où la poudreuse est rare, cela reviendrait à être comme une balle de golf sur un green ! Vu les effets du dérèglement climatique, cette stratégie va sans doute se répandre dans les décennies à venir...

3x plus

Comparée à un rongeur de même poids, c’est la quantité d’énergie que le mustélidé hyperactif dépense juste pour conserver la chaleur de son corps. Eh oui, pour résister au froid, il vaut mieux être dodu comme un hamster que fin comme un ver ! Simple histoire de géométrie : plus un corps est rond, moins il a de surface de peau en contact avec l’air glacial par rapport à son volume. Hélas, augmenter son tour de taille n’est pas une option pour la chasseresse adepte des tunnels. Elle est donc condamnée à brûler du carburant à tire-larigot pour maintenir sa température.

40 °C

C’est la différence de température mesurée entre le dessus et le dessous de la couche de neige durant l’hiver 1970-1971 près de Fairbanks, en Alaska. Alors que le mercure affichait -50 °C en surface, il tournait autour d’un raisonnable -10 °C sous l’épais manteau blanc. L’hiver précédent, moins de 20 cm de poudreuse était tombés et la température au sol était descendue jusqu’à -30 °C. Dans les régions nordiques, l’hermine est donc absolument dépendante de cette couche isolante pour survivre au gel hivernal.

150

C’est le nombre record de lemmings accumulés dans une seule cache d’hermine, au Groenland. Lors de froids extrêmes, la chasse est plus difficile et moins efficace. Pour les carnivores du Grand Nord, il est donc vital d’attraper autant de proies que possible et de les stocker en prévision de périodes moins fastes.

-13 °C

Dès que la température extérieure descend en dessous de cette limite, l’hermine ne met plus le nez dehors. Quand la faim l’oblige à partir en chasse, elle reste bien planquée dans des galeries souterraines ou sous la neige, à l’abri du froid et des prédateurs affamés.

83° N

C’est la latitude à laquelle vivent les hermines les plus septentrionales au monde. Ces aventurières de l’extrême occupent la côte nord du Groenland, dernière terre émergée avant l’océan Arctique et la banquise. Là, elles peuvent passer plusieurs mois sans sortir de l’épaisse couche de neige ni rien manger d’autre que des lemmings, l’unique rongeur local.

75 %

Quelle que soit la température extérieure, quand l’hermine s’active, les trois quarts de l’énergie qu’elle dépense sont dissipés sous forme de chaleur. Quand le mercure est au plus bas, cela signifie qu’il lui suffit de s’agiter pour maintenir sa température. Et quand elle veut se reposer ? Facile : elle squatte le nid douillet et isolant d’une de ses victimes, parfois en le tapissant avec les poils de cette dernière.

-12,5 %

Chez l’hermine, c’est la réduction de diamètre qu’on observe à la base des poils entre l’été et l’hiver. Des poils plus fins quand il fait froid ? Vous avez bien lu ! Ainsi affinés vers le bas, ils se couchent plus facilement et laissent glisser le vent et la neige à leur surface sans atteindre la peau. Autre avantage, d’innombrables poils plus courts et fins – mais très isolants – poussent dans l’espace libéré par cet amincissement. K-way à l’extérieur, doudoune à l’intérieur, voilà la fée blanche parée.

Cet article fait partie du dossier

Intense hermine

Couverture de La Salamandre n°273

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 273  Décembre 2022 - janvier 2023, article initialement paru sous le titre "Résister au froid"
Catégorie

Dessins Nature

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Un tour de roue

19.00 €

La forêt hyperconnectée

19.90 €

Histoires surnaturelles. Alliances, ruses et stratagèmes entre plantes et insectes

39.00 €

Le grand livre de la nature

69.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur