© Federico Gemma

Cet article fait partie du dossier

Intense hermine

Comment l’hermine chasse-t-elle ?

Dans la prairie, un museau pointu surgit de l’herbe : l’hermine est en chasse. Découvrez la chasse dessinée en quatre étapes.

Dans la prairie, un museau pointu surgit de l’herbe : l’hermine est en chasse. Découvrez la chasse dessinée en quatre étapes.

Comment l'hermine chasse-t-elle ?
© Federico Gemma

Acte 1 Traque au radar

Le crépuscule approche alors qu’une silhouette souple bondit de-ci de-là dans la prairie. Dénicher un campagnol ici, c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin ! Si l’hermine veut manger rapidement, elle doit trouver une solution pour repérer les rongeurs sans avoir à retourner chaque brin d’herbe. Debout sur ses pattes arrière, la voilà qui tourne la tête en tous sens comme un périscope. Ou plutôt comme un radar, car à ce stade elle se sert surtout de ses oreilles. Son but : repérer les couinements que les rongeurs imprudents poussent régulièrement. Des cris si haut perchés qu’ils sont la plupart du temps inaudibles pour nous. Mais l’hermine a l’oreille fine, grâce à des cavités tympaniques spécialement élargies. Certes, les sons aigus portent moins loin que les graves, mais ils ont l’avantage d’être beaucoup plus faciles à localiser. Après quelques secondes d’écoute vigilante, l’affamé mustélidé capte un bruit prometteur, direction nord-est. Aussitôt, il reprend sa course, ventre à terre.

Acte 2 Pistage au flair

Comment l'hermine chasse-t-elle ?
© Federico Gemma

Les cris se sont tus, mais l’hermine est lancée. La truffe au ras du sol, elle avance à petites foulées nerveuses dans la lumière déclinante. Soudain, elle s’immobilise et renifle attentivement une touffe de fétuque. Bingo ! Elle vient de dénicher un des marquages odorants que les rongeurs utilisent pour communiquer entre eux. A l’intérieur de son museau pointu, des os fins enroulés en cornets canalisent l’air vers la muqueuse spécialisée dans la détection des odeurs. Bourrée de capteurs, celle-ci couvre les trois quarts de la cavité nasale, huit fois plus que chez l’humain. En une seule inspiration, la chasseresse apprend qu’elle est sur l’itinéraire emprunté il y a moins d’une heure par une femelle de campagnol des champs. Aiguillée par l’odeur alléchante, l’hermine se lance dans une traque effrénée, passant d’une marque olfactive à l’autre sans dévier d’une griffe de la piste du rongeur. L’étau se resserre...

Acte 3 Poursuite à vue

Comment l'hermine chasse-t-elle ?
© Federico Gemma

Soudain, l’hermine se fige. Un mouvement furtif derrière une feuille de rumex vient d’attirer son attention. Tendue comme une corde de violon, elle sonde l’obscurité de ses yeux perçants. Derrière ses rétines, une fine membrane nommée tapetum lucidum augmente sa sensibilité visuelle quand la lumière se fait rare. Grâce à ce dispositif – identique à celui qui rend les yeux des chats brillants – la guetteuse aperçoit immédiatement un second mouvement. A quelques pas, la femelle campagnol vient de surgir d’un terrier avant de se réfugier dans un autre. Ni une ni deux, la poursuivante plonge à son tour. Paniqué par le prédateur à ses trousses, le rongeur affolé fuit désespérément à travers les galeries. Sentant l’écart se resserrer, il tente le tout pour le tout en bondissant à la surface dans une fuite éperdue. Mais il est trop tard. La chasseresse le rattrape en quelques sauts foudroyants puis l’agrippe de ses pattes avant dans un roulé-boulé confus.

Acte 4 Meurtre au poinçon

Comment l'hermine chasse-t-elle ?
© Federico Gemma

Crac ! Les mâchoires de l’hermine se referment sur l’infortuné campagnol. Malgré la vitesse fulgurante de l’attaque, la prédatrice frappe avec une précision chirurgicale, en orientant sa morsure par rapport à la position des yeux et des oreilles de la victime. En une seconde, les canines hautes et basses se rejoignent en perforant l’arrière du crâne et la gorge. Après quelques soubresauts, la proie s’immobilise. Sur sa fourrure, seules quatre petites gouttes de sang témoignent de son trépas. Encore surexcitée par la course-poursuite, l’hermine secoue sa victime plusieurs fois avant de se calmer. A peine quelques secondes de répit et la voilà repartie en bondissant, portant son repas dans la gueule. Heureusement, elle dispose d’un cou à rallonge, sans quoi elle se prendrait vite les pattes dans son fardeau. Vive comme l’éclair, elle se glisse dans le trou le plus proche où elle dégustera son repas en sécurité.

Cet article fait partie du dossier

Intense hermine

Couverture de La Salamandre n°273

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 273  Décembre 2022 - janvier 2023, article initialement paru sous le titre "Safari en direct"
Catégorie

Dessins Nature

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Un tour de roue

19.00 €

La forêt hyperconnectée

19.90 €

Histoires surnaturelles. Alliances, ruses et stratagèmes entre plantes et insectes

39.00 €

Le grand livre de la nature

69.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur