Cet article fait partie du dossier

Les araignées, huit pattes, un monde !

18 araignées à voir tout au long de l’année

A chaque saison, on peut observer des araignées très variées aussi bien de par leur forme que leur comportement. La preuve en dessins.

A chaque saison, on peut observer des araignées très variées aussi bien de par leur forme que leur comportement. La preuve en dessins.

Tigrée d’automne…

Araignée Argiope frelon
© Marcello Pettineo

Nom Argiope frelon ou épeire fasciée

longueur mâle : 10-20 mm femelle : 5-9 mm

Mode de vie Tisse une toile signée d’un zigzag de soie épaisse (stabilimentum). S’accouple de juillet à août. Le mâle meurt peu après, parfois dévoré par sa partenaire. La femelle pond jusqu’à un millier d’œufs dans deux à trois cocons. Les jeunes se développent à l’intérieur en hiver. Ils en sortent en avril-mai.

Habitat Milieux ensoleillés et humides comme les Prés Maréchaux (aussi friches, prés, landes, pelouses). A cette saison, on observe les dernières femelles, immatures, cocons et toiles dans les hautes herbes.

… et aussi

Profitez des belles journées pour chercher les araignées dans votre jardin. La plupart des adultes ont disparu, mais vous pourriez encore observer une araignée à baldaquin (1), suspendue sous sa toile dans un buisson. Dans les herbes, découvrez la nouvelle génération d’épeires feuille de chêne (2). Dans la maison, vous pouvez compter toute l’année sur la tégénaire noire (3), la zygielle des fenêtres (4) ou le pholque (5).

Araignées à voir en automne
© Gaëtan du Chatenet

Planquée d’hiver…

Araignée - Drassode lapidicole
© Marcello Pettineo

Nom Drassode lapidicole

longueur mâle : 10-15 mm femelle : 7-13 mm

Mode de vie Chasse au sol durant la nuit. Attaque des proies parfois imposantes avec ses crochets venimeux. Se reproduit au printemps et en été. La femelle garde son cocon dans sa loge diurne. Les jeunes se dispersent à l’automne. Seuls les immatures passent l’hiver dans une retraite de soie, ensevelie sous la litière.

Habitat Milieux ouverts et ensoleillés, comme le talus près du château. A cette saison, on observe les immatures qui sortent chasser lors de redoux.

… et aussi

Vous verrez peu d’araignées se promener dans le voisinage. La plupart voient leur métabolisme ralentir à cause des basses températures et se terrent dans divers abris. Le mieux est de les laisser tranquilles. Mais, au moindre redoux, certaines sortent pour se nourrir. Ouvrez l’œil et vous verrez peut-être, dans votre cave, l’amaurobe féroce (1) au fond de sa toile entonnoir, des araignées-loups comme la pardose forestière (2) en pleine chasse parmi les feuilles du sous-bois ou de petites épeires des fissures (3) qui se remettent à tisser leur piège.

araignée à voir en hiver
© Gaëtan du Chatenet et Lorenzo Dotti

Cruelle printanière…

Araignée - Thomise variable
© Marcello Pettineo

Nom Thomise variable

longueur mâle : 8-11 mm femelle : 3-5 mm

Mode de vie Chasse à l’affût sur les fleurs et s’attaque aux butineurs. La femelle est capable de changer de couleur : du jaune au blanc, et inversement. Elle peut se parer de taches roses.

Habitat Sur les fleurs de milieux variés, à diverses hauteurs, comme dans la prairie de Charquemont. A cette saison, on observe les adultes chasser à l’affût et s’accoupler. En été, les jeunes peuvent se disperser par ballooning.

... et aussi

Il n’y a que l’embarras du choix ! Vous trouverez des araignées partout et pourrez les observer très facilement, car elles sont toutes de sortie. Dans les prés, soyez attentif pour dénicher la reine du camouflage micrommate émeraude (1) ou encore la pisaure admirable (2). Sur les murs de la maison, vous rencontrerez peut-être la saltique arlequin (3).

araignée à voir au printemps

Plongeuse estivale…

Araignée - Argyronète
© Marcello Pettineo

Nom Argyronète

longueur mâle : 9-13 mm femelle : 15-20 mm

Mode de vie Seule araignée au monde à vivre sous l’eau. S’installe dans une nappe de soie arrimée à la végétation qu’elle remplit d’air grâce aux bulles emprisonnées dans ses soies et qu’elle façonne en cloche de plongée. Remonte rarement à la surface. Nage pour chasser des larves d’insectes et autres invertébrés, plutôt la nuit.

Habitat Milieux aquatiques à faible courant, dotés d’une végétation bien développée et d’une eau non polluée, comme dans le marais du Varot. A cette saison, l’argyronète se reproduit, mais il est difficile de l’observer, car elle reste sous l’eau.

… et aussi

L’été, c’est la saison des araignées ! L’occasion ou jamais de passer votre jardin au peigne fin. L’épeire diadème (1) y installe souvent sa toile dans les herbes. L’agélène labyrinthique (2) préférera la tisser entre les graminées ou dans un buisson. A la tombée de la nuit, vous aurez peut-être la chance d’observer la dysdère safranée (3) chasser les cloportes dans votre cave.

araignée à voir en été
© Gaëtan du Chatenet

Cet article fait partie du dossier

Les araignées, huit pattes, un monde !

Couverture de La Salamandre n°272

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 272  Octobre - novembre 2022, article initialement paru sous le titre "XX araignées à au long de l’année"
Catégorie

Dessins Nature

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Un tour de roue

19.00 €

Le faucon de l’espoir

34.00 €

La forêt hyperconnectée

19.90 €

Histoires surnaturelles. Alliances, ruses et stratagèmes entre plantes et insectes

39.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur