© pixabay

Cet article fait partie du dossier

Les araignées, huit pattes, un monde !

10 idées reçues sur les araignées

Quatre personnes sur dix en ont peur. Au point de détaler parfois devant une simple photo. Et pourtant les araignées sont victimes d'idées reçues.

Quatre personnes sur dix en ont peur. Au point de détaler parfois devant une simple photo. Et pourtant les araignées sont victimes d'idées reçues.

Au secours, une mygale !

Les gigantesques mygales tropicales mises en scène dans les films, le folklore d’Halloween ou les parcs d’attractions cristallisent la panique autour de ce simple mot. Mais savez-vous qu’il existe non pas une, mais près de 3 500 espèces de mygales dans le monde, dont une centaine en Europe et une vingtaine dans nos régions ? La plupart ne mesurent qu’entre 1 et 2 cm et sont inoffensives.

Au chaud en hiver…

La tégénaire des maisons habite toute l’année avec nous et ne s’incruste pas l’automne pour hiberner sous notre lit. Elle est juste moins discrète, car c’est la saison des amours et les mâles déambulent à la recherche des femelles planquées dans un coin, sur leur toile. Pas la peine de tout calfeutrer donc…

Ça se gobe

Voilà une légende d’Internet qui a la vie longue. Pourtant, aucune araignée ne trouvera de proie à croquer ou de partenaire à séduire entre nos molaires ou au fond de notre gorge. Quant à l’arachnide suicidaire qui voudrait se faire avaler tout cru… Allons bon : on avale plus facilement des couleuvres que les bêtes à huit pattes !

Elles piquent la nuit !

Nous ne faisons pas partie du régime alimentaire des araignées ! Elles réservent leurs morsures à leurs proies et ne sont pas responsables de nos démangeaisons nocturnes, contrairement aux moustiques, punaises de lit ou autres acariens. Si l’une d’elles plante tout de même ses crochets dans la peau d’un bipède, ce n’est que par légitime défense. Et la majorité en est bien incapable, faute de crocs suffisamment longs.

Elles pondent sous la peau !

L’araignée dépose ses œufs enveloppés de mucus sur un support et les entoure de fils de soie. Elle ne dispose en aucun cas d’un appendice capable de perforer un autre organisme. D’autres, en revanche, comme certaines mouches tropicales, peuvent réellement s’immiscer sous l’épiderme humain.

Elles attaquent !

Bien sûr, les araignées ne sont pas des anges. Ce sont des prédatrices opiniâtres et voraces. Mais faut-il le répéter, nous ne sommes pas à leur menu. Elles sont solitaires et agressives surtout envers leurs victimes et entre elles, ce qui leur confère un comportement un poil acariâtre. Leurs postures vives et défensives peuvent alors être perçues comme hostiles.

Poussière d’enfer…

Le grenier et la cave seraient pires que des trains fantômes avec des araignées qui raffolent de la crasse ? Mais c’est pour leur tranquillité que les bestioles choisissent ces pièces à part, pas pour leur saleté.

Ça sert à rien…

Les araignées interviennent dans les milliards d’interactions entre êtres vivants qui peuplent notre planète et qui contribuent à l’équilibre de la biosphère. Chez nous, elles consommeraient jusqu’à 400 millions d’insectes par an et par hectare de prairie, dont six millions de mouches !
Et puis, elles sont les proies de nombreux prédateurs, dont les autres araignées elles-mêmes.

Beurk !

L’araignée n’est pas crade, elle est plutôt révélatrice de la saleté qui l’entoure. Sa toile comme ses fils de déplacement et les soies de son corps sont de véritables pièges à poussière et résidus. Mais elle s’en passerait bien et, comme un chat, elle passe beaucoup de temps à se nettoyer.

Baiser mortel

Oui, toutes les araignées ou presque sont venimeuses, mais pas de quoi psychoter ! Le venin ne tue que les insectes et les autres araignées. Parmi les 50 300 espèces connues au monde, seule une centaine sont potentiellement dangereuses pour nous. On enregistre dix décès par an, souvent liés à des surinfections. Sous nos latitudes, le risque est inexistant même s’il faut faire attention dans le sud à Loxosceles rufescens, dont le venin peut provoquer une nécrose tout à fait soignable.

Cet article fait partie du dossier

Les araignées, huit pattes, un monde !

Couverture de La Salamandre n°272

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 272  Octobre - novembre 2022, article initialement paru sous le titre "La vérité sur le fil"
Catégorie

Photos

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Un tour de roue

19.00 €

Le faucon de l’espoir

34.00 €

La forêt hyperconnectée

19.90 €

Histoires surnaturelles. Alliances, ruses et stratagèmes entre plantes et insectes

39.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur