Les joueurs de violon dans la nature
© Benvie / NPL (photomontage Jean-Luc Wisard)

Cet article fait partie du dossier

L’orchestre des animaux

Les violons sont d’accord

Il y a ceux qui vibrent de plaisir et d'autres qui se frottent l'aile ou la cuisse. Mille bestioles ont une seule idée en tête : charmer l'oreille d'une voisine avec leur violon.

Auteur

Jean-Philippe Paul



Il y a ceux qui vibrent de plaisir et d'autres qui se frottent l'aile ou la cuisse. Mille bestioles ont une seule idée en tête : charmer l'oreille d'une voisine avec leur violon.

Faire vibrer un bout de son corps comme une corde de guitare, voilà une bonne idée pour faire swinguer l'orchestre animal. Chez le moustique, le fameux et agaçant bzzzz n'est au départ qu'une conséquence fortuite de sa locomotion. Mais vu que madame vrombit de façon plus grave que monsieur, c'est bien pratique pour organiser les rencontres.
Chez la petite mouche du vinaigre, la drosophile, on a constaté que des bourdonnements pulsés sont essentiels dans la recherche du partenaire. Chaque espèce joue sa partition. 35 millisecondes entre deux pulsations chez l'une, 41 et 56 millisecondes chez deux proches cousines… Chez les hyménoptères aussi, la communication sonore se limite souvent aux vibrations des ailes. Comme la célèbre et très élaborée danse frétillante des abeilles qui permet aux ouvrières de retour à la ruche d'indiquer la direction, la distance et même la qualité de la nourriture qu'elles ont trouvée.
Les champions du violon sont évidemment les orthoptères. Ils frottent une sorte de peigne rugueux ou strié contre un archet rigide. Grillons et sauterelles ont équipé leurs élytres et jouent à aile contre aile. Archet à droite chez les sauterelles, à gauche chez les grillons. Une membrane à la base de l'aile entre en vibration et amplifie le son. Les criquets utilisent aussi leurs pattes et varient les plaisirs selon les espèces (> encadré).
Enfin, le saviez-vous ? Certains papillons de nuit stridulent eux aussi, et de façon pour le moins originale et inavouable : ils frottent une écaille de leurs parties génitales contre leur abdomen. Ce sexe ultrasonore perturberait les sonars des chauves-souris prédatrices. On aura tout entendu...

Pour en savoir plus sur le chant du grillon, consultez nos articles Gros plan sur le chant du grillon expliquant les détails techniques de ce violon sur pattes, Le grillon est un gaucher sur stradivarius (tout est dans le titre) et La chorale des orthoptères sur ses cousins les sauterelles et criquets et sur les cigales.

Frotter

Chez les criquets, on varie les plaisirs. Si les petits tétrix sont muets, la plupart des autres font figure de virtuoses acrobates. Certains frottent leur postfémur par va-et-vient contre le fémur. Les oedipodes bougent aussi leur postfémur, mais pour gratter une nervure dentée de l'élytre. Et les miramelles se distinguent par leurs grincements de mandibules et leurs mouvements de pattes silencieux. Que l'orchestre de la prairie est riche !

Les joueurs de violon dans la nature
Langouste rouge / © Alexis Rosenfeld / Bios

Staccato des mers

Et si la langouste rouge avait inventé le violon ? Des antennes pour archet, des stries sous les yeux en guise de cordes : musique maestro ! Cette partition stridente à 20 000 Hz est censée faire fuir les prédateurs.

Les joueurs de violon dans la nature
Callidie sanguine / © Alfred Schauhuber / Bios

Pizzicato du bois

On la surprend parfois dans la maison l'hiver, s'échappant du panier de bois de chauffage. La callidie sanguine est un petit coléoptère xylophage inoffensif pour les charpentes. Son appareil stridulatoire se situe entre la tête et le thorax. Pour s'exprimer, elle doit osciller de la tête.

Les joueurs de violon dans la nature
Grillon d’Italie / © Christian Roesti

Concerto des buissons

On l'aperçoit rarement et pourtant le grillon d'Italie fait la magie sonore des nuits d'été. En tournant sur lui-même et en variant la position de ses élytres relevés, le mâle prudent émet un chant très difficile à localiser pour ses prédateurs.

Les joueurs de violon dans la nature
Bécassine des marais en vol sonore / © Markus Varesvuo / Bios

Tremolo des airs

Durant ses vols de parade, la bécassine des marais se laisse tomber du ciel avec les plumes externes de sa queue écartées. Ces rectrices vibrent au passage de l'air et produisent ce qu'on appelle un chevrotement.

Les joueurs de violon dans la nature
Criquet / © Benvie / NPL

Vibrato des montagnes

Le chant puissant du criquet bariolé accompagne le randonneur estival en montagne. C'est une strophe unique d'environ 1,5 à 4 secondes ré ré tchchchchch ré qui se répète 4 fois par minute à intervalles irréguliers.

Pour ravir les oreilles curieuses

Dégustez les séquences audio proposées par Boris Jollivet !

Cet article fait partie du dossier

L’orchestre des animaux

Couverture de La Salamandre n°227

Cet article est extrait de la Salamandre

n° 227  Avril - Mai 2015
Catégorie

Biodiversité

Ces produits pourraient vous intéresser

Zéro déchet à la manière d’un lombric

19.00 €

Histoires d’images : L’odyssée du renard

29.00 €

Le guide nature Traces et indices

17.00 €

Le lac aux oiseaux

49.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique