Tête de poisson-lune infestée de crustacés parasites
La tête de ce poisson-lune est infestée de crustacés copépodes Pennella filosa. Ces parasites consomment le sang et les tissus de leur hôte. / © Cyril Girard, editions-mediterraneus.fr

Cet article fait partie du dossier

Objectif poisson-lune

Les poissons satellites qui accompagnent le poisson-lune

Véritable hôtel-restaurant pour une myriade de bestioles marines, le poisson-lune ne voyage jamais seul.

Auteur

Jean-Philippe Paul



Véritable hôtel-restaurant pour une myriade de bestioles marines, le poisson-lune ne voyage jamais seul.

La peau de Mola mola et son mucus grouillent littéralement de parasites. Plus de la moitié – des dizaines d’espèces – appartiendraient au groupe des vers plats. Ils s’incrustent aussi dans les entrailles du poisson-lune comme les intestins, le foie, les branchies, la bouche et le tissu conjonctif. Dans cette horde de squatteurs, il y a des crustacés copépodes, isopodes, cirripèdes et branchioures. Des vers nématodes, des protozoaires et même des acanthocéphales à tête épineuse. Excusez du peu ! Les fortes charges parasitaires observées chez ce grand nageur viendraient de son alimentation. Méduses et consœurs seraient en effet des hôtes intermédiaires pour de nombreux parasites au stade larvaire. Et en se régalant, Mola s’infecte.
Les chercheurs voient dans ces minuscules profiteurs des indicateurs de la diversité des proies qui leur sont généralement associés. La baguette magique des analyses moléculaires révèle parfois l’origine géographique des parasites, donc les voyages du poisson-lune.

Poisson-lune offrant sa peau au soleil et aux goélands leucophées qui la nettoient des parasites.
Poisson-lune offrant sa peau au soleil et aux goélands leucophées qui la nettoient des parasites. / © Cyril Girard, editions-mediterraneus.fr

Heureusement, celui-ci ne se laisse pas faire. Ses plongées à grande profondeur, parfois jusqu’à plus de 400 m, seraient une façon de se débarrasser d’une partie des indésirables. Pour les mêmes raisons, il se dore la pilule à la surface, comme un lézard. Poissons et même oiseaux se régalent alors d’un menu gluant offert sur un plateau. Quand les grands Mola viennent du large et s’approchent des côtes, ce serait pour profiter de stations de nettoyage où vivent les poissons aspirateurs. C’est un peu comme entre l’oiseau pique-boeuf des savanes et l’éléphant : un échange de bons services.

Poisson-lune qui se fait nettoyer des parasites par des labridés
© Cyril Girard, editions-mediterraneus.fr

Record : Top pouilleux

Plus de 54 espèces de 40 genres d’organismes parasites ont été recensées sur Mola mola par le National Marine Fisheries Service américain.

Poissons-service

Labres, sars, girelles… Autant de poissons des eaux côtières susceptibles de soulager les poissons-lunes de leurs parasites.

Article initialement publié dans la revue Salamandre sous le titre "Satellites et compagnie"

Cet article fait partie du dossier

Objectif poisson-lune

Couverture de La Salamandre n°247

Cet article est extrait de la Salamandre

n° 247  août - septembre 2018
Catégorie

Dessins Nature

Ces produits pourraient vous intéresser

Le guide nature Les petites bêtes

17.00 €

Tous dehors ! en bord de mer

19.00 €

La nature en question – L’univers infini des planètes… et des étoiles

12.90 €

Le comportement des oiseaux d’Europe

49.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique