Haie champêtre / © Benoît Renevey

Cet article fait partie du dossier

Un jardin au fil des saisons

Planter une haie

Votre horticulteur-paysagiste et vos voisins ne jurent que par les thuyas et les laurels ? Optez pour une haie champêtre. Ses couleurs changeantes et sa générosité vous raviront au fil des saisons.

Votre horticulteur-paysagiste et vos voisins ne jurent que par les thuyas et les laurels ? Optez pour une haie champêtre. Ses couleurs changeantes et sa générosité vous raviront au fil des saisons.

L’intérêt d’une haie champêtre est inestimable ! Pour vous, elle est source de vie et de couleurs. Pour les insectes et les oiseaux, c’est une manne inépuisable de nourriture, d’abris et de cachettes. Fini les traitements chimiques : les arbustes indigènes sont adaptés à notre climat et résistent très bien aux maladies et aux ravageurs occasionnels. Vous craignez qu’on ne voie à travers ? C’est seulement le cas en hiver, quand il n’y a franchement plus grand monde dehors.

Moineau domestique
Moineau domestique / © Benoît Renevey

Les arbustes

Viorne, prunellier, sureau, cornouiller, nerprun : le choix est vaste . Une quinzaine d’arbustes sauvages conviennent parfaitement à la haie. Tout dépend de la place à disposition, de vos goûts ou de l’usage que vous aimeriez en faire : sirop de sureau, gelée de prunelles, vannerie de cornouillers, perches de noisetier pour les haricots. Quelle que soit votre sélection, elle sera bonne pour la nature car chaque espèce satisfait la gourmandise d’une kyrielle d’animaux sauvages. Vous trouverez facilement des jeunes plants dans les pépinières forestières ou vous pouvez aussi les prélever dans la nature, là où leur croissance est de toute façon compromise (bords de chemin, gravières...).

La saison

La période de plantation s’étale d’octobre à mars. Mieux vaut toutefois planter en automne, car les arbustes auront le temps de mieux s’enraciner avant la montée de la sève et le débourrage de printemps.

L’entretien

La haie poussera fort au bout de 3 ou 4 ans. Il faudra contenir sa vigueur par une taille sévère, de préférence en fin d’hiver, quand tous les fruits auront été consommés par les oiseaux. Consultez les règlements communaux pour connaître les hauteurs autorisées.

Pour en savoir plus

  • «Les arbustes indigènes de nos zones d’habitation», 1995, Notice Pro Natura, ASPO, 36 p.
  • «Favoriser la nature et les oiseaux près de chez soi», 2005, ASPO, 23 p.
  • «La cuisine sauvage des haies et des talus», A.-J. et B. Bertrand, éd. de Terran, 120 p.
  • «Découvrez les fruits sauvages», E. Varlet, éd. Sang de la Terre, 183 p.
  • Le site lamaisonnature / le jardin naturel / la haie

Découvrir et planter les arbustes les plus favorables à la biodiversité avec le Miniguide n°50 : Les stars de la haie de La Salamandre.

Retrouvez tous les articles du dossier: L'autre jardin

Cet article fait partie du dossier

Un jardin au fil des saisons

Couverture de La Salamandre n°190

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 190  Février - Mars 2009
Catégorie

Jardin

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Carnet d’un peintre naturaliste confiné

12.90 €

Le guide nature Les petites bêtes, 2ème édition

17.00 €

Vers la beauté, toujours!

19.00 €

Le guide nature Les oiseaux

17.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur