© Willy Guillet (JNE)

Neuf kilomètres de haies pour protéger les cultures

Dans le Jura, l’agriculteur huilier Emmanuel Ogier fait le pari courageux de la biodiversité pour réguler un insecte ravageur du colza.

Dans le Jura, l’agriculteur huilier Emmanuel Ogier fait le pari courageux de la biodiversité pour réguler un insecte ravageur du colza.

« Ce n’est plus possible de cultiver du colza depuis l’arrivée en force de la grosse altise », évoque pensif Emmanuel Ogier. Le quinquagénaire, installé en polyculture-élevage bio dans la basse vallée de la Loue, précise que ce coléoptère s’est développé massivement dans le Jura l’an dernier. Le ravageur, devenu résistant aux insecticides, pond sur le colza dont se nourrissent ses larves. Avant l’invasion, l’agriculteur bio tolérait les dégâts modérés de cet insecte. « Mais en 2021, tout a été détruit et je n’avais aucun moyen de lutte immédiat», déplore-t-il.

Mais Emmanuel Ogier ne baisse pas les bras. Il veut réussir à produire son huile de colza… et il n’en est pas à son premier défi. Après avoir subi de manière collatérale une série de crises agricoles liées à la mondialisation et même un incendie dévastateur, il a toujours retroussé ses manches et cherché des solutions. Passage en bio, culture de cameline, vente à la ferme, recherche du lien social entre producteur et consommateurs… l’homme et ses proches collaborateurs ne manquent pas de convictions.

J’ai tout de suite senti que cela faisait du bien à la nature.

Neuf kilomètres de haies pour protéger les cultures
Grâce à Emmanuel Ogier, la biodiversité revient dans les champs cultivés de la vallée de la Loue (Jura). Et si le règne ravageur de la grosse altise touchait bientôt à sa fin ? / © Nigel Cattlin / Alamy

« J’ai découvert qu’un des régulateurs naturels de l’altise du colza n’est autre qu’une minuscule guêpe parasitoïde qui pond dans les larves du coléoptère. » Emmanuel conclut qu’il faut rééquilibrer les écosystèmes dans ses 175 ha de cultures, afin de faire revenir toute une biodiversité de fleurs et d’insectes, dont la fameuse guêpe du genre Tersilochus. « J’ai décidé de planter 9 km de haies en six ans, soit 1,5 km de linéaire par année », expose fièrement le producteur d’huile. Cerisier de Sainte-Lucie et cornouiller mâle font partie des 18 espèces locales choisies en partenariat avec l’association Jura Nature Environnement. Et ce n’est pas tout, l’agriculteur quadrille ses parcelles tous les 50 m avec de larges bandes fleuries, foisonnantes de bleuets, achillées et autres marguerites. « L’abondance de ces jachères est élevée car les micro-guêpes qui y trouveront refuge évoluent dans un rayon d’à peine 25 m. » Et puis, fini la monoculture : entre chaque allée, une culture différente !

Neuf kilomètres de haies pour protéger les cultures
© Emmanuel Ogier

Dès ce printemps, une multitude de papillons, bourdons et coccinelles ont répondu présent. « J’ai tout de suite senti que cela faisait du bien à la nature », s’émeut l’agriculteur. Bien sûr, il faudra quelques années pour confirmer que la diversité revenue dans le paysage stoppe l’œuvre destructrice de la grosse altise. En attendant, la plaine fleurit et retrouve arbustes, lièvres et bruants. Les agriculteurs du voisinage observent sans mot dire. Emmanuel Ogier a dû se démarquer pour expérimenter en éclaireur, avec sa volonté solide de proposer une huile de colza locale, bio et de haute qualité.

Le regard porté sur la vallée jaunie par la sécheresse historique de l’été, le paysan plein de ressources prépare son adaptation à un autre défi majeur : le dérèglement climatique…

Neuf kilomètres de haies pour protéger les cultures
© Jean-Philippe Paul
Couverture de La Salamandre n°272

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 272  Octobre - novembre 2022, article initialement paru sous le titre "Neuf kilomètres de haies… et d’espoir !"
Catégorie

Écologie

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Un tour de roue

19.00 €

Le faucon de l’espoir

34.00 €

La forêt hyperconnectée

19.90 €

Histoires surnaturelles. Alliances, ruses et stratagèmes entre plantes et insectes

39.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur