Une photo extraordinaire qui réunit le vrai castor à gauche et son cousin le ragondin que l'on prend parfois à tort pour un castor. / © Fabien Bruggmann

Cet article fait partie du dossier

Le castor entre deux mondes

Castor ou pas ?

Un peu semblables, mais quand même bien différents... Quelques clés pour distinguer le castor, le ragondin et le rat musqué.

Auteur

Julien Perrot



Un peu semblables, mais quand même bien différents... Quelques clés pour distinguer le castor, le ragondin et le rat musqué.

Quand l'homme se couche, le castor se lève. Mais faudrait-il parcourir le lointain Canada pour avoir une chance d'apercevoir ce noctambule? Non! Bien qu'il ait failli disparaître aussi bien d'Amérique que d'Europe, le castor vit aujourd'hui tout près de nous. Il s'installe même de plus en plus près des cultures et des zones résidentielles, parfois jusqu'au cœur des villes comme à Lyon ou Genève.

Plutôt carpe ou tanche?

Au Moyen Age, ses mœurs amphibies et son étrange queue plate l'ont fait associer aux carpes ou aux tanches. Pourtant ses dents prodigieuses, capables de couper le bois le plus dur, indiquent très clairement son appartenance à l'ordre des rongeurs. Au milieu des rats et autres campagnols, le castor tient une place à part. Il y a d'abord sa taille imposante, puis sa reproduction. Il ne fait que deux, trois, voire quatre petits par an qu'il protège et éduque pendant deux années entières. Des jeunes qu'il initie à une large palette de métiers: plongeur, bûcheron, jardinier, ingénieur, charpentier, terrassier, maçon. L'étendue de ses exploits fascine. La finesse de certains de ses gestes est troublante. Il travaille, construit, vit en famille et se tient parfois debout comme nous.

Ces similitudes avec l'espèce humaine rendent le castor immensément populaire. D'ailleurs, il nous accompagne depuis la nuit des temps comme en témoignent des centaines de noms de villes, de villages ou de rivières dérivés de «bièvre», son ancienne appellation.

Chargement

Castor

Ragondin (introduit)

Rat musqué (introduit)

Castor / © Fabien Bruggman

Le vrai...

A gauche, un vrai castor reconnaissable à sa grande taille, à sa queue plate et à son pelage brun uniforme. Les yeux, les narines et les oreilles de ce nageur d'élite sont positionnés tout en haut de la tête. Cela lui permet d'avancer à fleur d'eau en toute discrétion comme le ferait un hippopotame de poche. Son odorat est 100 fois plus sensible que le nôtre, son ouïe excellente, mais sa vue est en revanche plutôt moyenne.

Reconnaître le ragondin, cousin du castor.

...et le faux

A droite du castor apparaît sur cette extraordinaire photo son cousin ragondin. Introduit en Europe au XIXe siècle, ce rongeur originaire d'Amérique du Sud est doté d'une queue fine. Il a la tête plus grise, les joues fauves et les moustaches blanches. Il est aussi deux à trois fois moins lourd que son cousin. Seuls des hivers rigoureux limitent son expansion. En France, il est établi dans 70 départements. En Suisse, il n'a été observé qu'à quelques reprises.

Aller plus loin

La minute nature ép. 1 : L'éléphant ou le castor?

Cet article fait partie du dossier

Le castor entre deux mondes

Couverture de La Salamandre n°211

Cet article est extrait de la Salamandre

n° 211  Août - Septembre 2012
Catégorie

Photos

Ces produits pourraient vous intéresser

Zéro déchet à la manière d’un lombric

19.00 €

Histoires d’images : L’odyssée du renard

29.00 €

Le guide nature Traces et indices

17.00 €

Le lac aux oiseaux

49.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique