Grands murins Ocourt, canton du Jura (Suisse), le 21 mai 2016 à 21 h 09. / © Yves Bilat

Des chauves-souris photographiées de nuit en infrarouge

Au crépuscule, le bal des grands murins s’ouvre dans le clocher d’une église séculaire. Le Neuchâtelois Yves Bilat photographie ces chauves-souris avec un procédé bien à lui.

Au crépuscule, le bal des grands murins s’ouvre dans le clocher d’une église séculaire. Le Neuchâtelois Yves Bilat photographie ces chauves-souris avec un procédé bien à lui.

Ocourt, dans le Jura suisse. Telle une ombre, j’entre dans l’église de ce hameau logé sur les rives du Doubs, non loin de Saint-Ursanne. Une colonie de quelques centaines de femelles de grands murins se rassemble dans le clocher tous les printemps pour mettre bas.

Des Grands rhinolophes photographiées de nuit en infrarouge
Grand rhinolophe / © Yves Bilat

Je connais bien ce gîte pour l’avoir visité à plusieurs reprises afin d’installer des protections pour l’horloge et les cloches contre les déjections des chauves-souris. Et surtout pour nettoyer les dizaines de kilos de ce guano qu’elles produisent chaque année. Depuis, je rêve d’immortaliser ces bêtes virevoltant parmi les énormes dames de bronze. Aujourd’hui, c’est peut-être le grand soir. Photographe passionné de chiroptères, je me suis lancé il y a plus de dix ans le défi d’immortaliser ces animaux fascinants en vol dans leur milieu naturel. J’ai tâtonné plusieurs années avant d’obtenir de bons résultats. La période propice pour ce type de prises de vue est courte dans le Haut-Jura et souvent réduite aux soirées d’été les plus chaudes, lorsque les chauves-souris viennent boire sur les étangs.

Grand rhinolophe photographié de nuit en infrarouge
Grand rhinolophe / © Yves Bilat

Mes premières tentatives sur des couloirs de vol à l’intérieur des villages se sont maintes fois soldées par un échec. Mais je n’envisageais pas, pour une évidente question de dérangement, de me rendre dans les colonies avec des flashs en lumière blanche. Dès lors, comment m’y prendre pour immortaliser les grands murins de la paroisse d’Ocourt ?

Des chauves-souris photographiées de nuit en infrarouge
Grand murin / © Yves Bilat

Photographe invisible

Maîtresses de la discrétion, les chauves-souris ne sont actives que de nuit et volent silencieusement comme des fantômes. Pour les photographier de manière éthique, il faut respecter quelques règles. Yves Bilat déclenche au flash en lumière visible uniquement sur leur terrain de chasse ou sur une voie de transit, jamais dans leurs gîtes. Il limite ses prises de vue à un maximum de trois séances par site et par an, toujours en accord avec les responsables des associations de protection des chiroptères. D’après ce photographe consciencieux, le travail en lumière infrarouge est incontestablement le choix le plus prudent pour minimiser les dérangements.

Des chauves-souris photographiées de nuit en infrarouge
Grands murins / © Yves Bilat

Un jour, j’ai eu l’idée d’installer des filtres infrarouges sur mes flashs pour les rendre invisibles aux yeux de mes protégées. Grâce à cet éclairage, des prises de vue sans risques devenaient possibles dans ces décors insolites de vieilles pierres.

Dans l’église d’Ocourt, les grands murins occupent la flèche du clocher. Pour aller chasser, ils descendent dans la tour par des ouvertures situées aux quatre coins du plancher, puis passent sous les deux grosses sonnailles et sortent par les abat-sons. En plein été, alors que la température atteint 50 °C sous la pointe en ardoise, les femelles et leurs jeunes fuient la chaleur en descendant à l’étage en dessous. Ils s’agglutinent alors parfois à moins d’un mètre des cloches, totalement insensibles au déluge sonore de l’angélus qui s’abat sur eux trois fois par jour !

Ce soir, il fait plutôt frais et les grands murins se tiennent encore dans la flèche. J’installe mon matériel en espérant les photographier à leur retour, au petit matin. La nuit tombée, à ma grande surprise, les chauves-souris ne sortent pas directement, mais tournoient et virevoltent pendant plus d’une demi-heure autour des cloches. Mes nombreuses images révèlent enfin le discret ballet aérien qui se joue soir après soir loin de nos regards.

Amoureux des vieilles charpentes

Chauve-souris cavernicole, le grand murin passe l’hiver en grands essaims pouvant totaliser plusieurs milliers d’individus dans des grottes, des forts, des bunkers et d’autres cavités naturelles ou artificielles. A la sortie de l’hibernation, mâles et femelles se séparent. Les premiers estivent le plus souvent en solitaire, les secondes se réunissent par centaines dans des combles de château, d’église ou d’autres bâtiments pour mettre au monde leur unique petit. Les cris aigus mais audibles et l’odeur qui émanent de ces colonies de reproduction se remarquent même à l’extérieur. Tendez l’oreille et ouvrez vos narines !

Des chauves-souris photographiées de nuit en infrarouge

Yves Bilat

Ecologue de formation, Yves Bilat pratique la photographie naturaliste depuis l’âge de 15 ans. Ce Neuchâtelois œuvre comme artisan décorateur dans le bâtiment. Le respect de l’environnement est à la base de son travail, que ce soit en rénovation ou en photographie. En 2018, sa passion pour les chauves-­souris le conduit à publier le beau livre Ballet nocturne (coédition Rossolis/La Girafe).

Article initialement publié dans la revue Salamandre sous le titre "Les danseuses de l’angélus"

Couverture de La Salamandre n°258

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 258  Juin - Juillet 2020, article initialement paru sous le titre "Les danseuses de l’angélus"
Catégorie

Photos

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Chasseur d’orages

39.00 €

Le lièvre invisible

34.00 €

La leçon du brin d’herbe

19.00 €

L’Univers sous mes pieds

19.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur