Orobanche, une étrangleuse dans l’ombre

#Histoiresdimages, c'est un rendez-vous photo nature de la Salamandre. Chaque semaine, le photographe naturaliste Alessandro Staehli nous partage une rencontre sauvage entre crêtes et rives. Aujourd’hui, rencontre avec une fleur pas comme les autres: l'orobanche du lierre.

#Histoiresdimages, c'est un rendez-vous photo nature de la Salamandre. Chaque semaine, le photographe naturaliste Alessandro Staehli nous partage une rencontre sauvage entre crêtes et rives. Aujourd’hui, rencontre avec une fleur pas comme les autres: l'orobanche du lierre.

© Alessandro Staehli - www.indionature.com

Elle fleurit comme si de rien n’était. Jaune pâle, presque blanchâtre, et avec un beau stigmate doré, elle ne passe pourtant pas inaperçue dans le sous-bois verdoyant. Une trentaine de pieds de cette plante mystérieuse poussent tout au long du chemin forestier, telles des bougies célébrant secrètement son secret malicieux. Satanée orobanche ! Je m’agenouille sur le tapis de lierre devant une de ses tiges hautes d’une vingtaine de centimètre. Son aspect en dit déjà long : une plante dépourvue de vert, c’est bizarre. Et, fait étonnant, elle ne traîne que là où il y a du lierre… Doublement suspect !

Il y a bien anguille sous roche. Le drame qui fait rougir ses semblables et qui trahit l’essence même d’être « plante » se déroule sous quelques centimètres de terre. Loin des regards, dès sa germination, l’astucieuse orobanche développe une sorte de renflement autour des racines de son hôte. Ce « tubercule » contient l’haustorium, l’organe de strangulation qui se fixe, se serre et envahit les vaisseaux conducteurs du lierre dans le but de lui soustraire le jus de la vie : eau, sucres et autres sels minéraux. Nul besoin de faire la photosynthèse pour tout produire soi-même quand on peut se servir directement chez le voisin…

En Europe, les orobanches comptent une centaine d’espèces. Certaines sont devenues célèbres car elles provoquent d’importants dégâts aux cultures. Il reste que ces élégantes étrangleuses de l’ombre figurent parmi les plantes les plus extravagantes et intrigantes de notre flore.

A propos du photographe...

Né au Tessin (Suisse), Alessandro Staehli est biologiste et photographe naturaliste. Depuis 2011, il travaille à la Salamandre où il est responsable de projet édition. Grand passionné de nature et d'images, il coordonne notamment la collection de beaux livres photo Histoires d'images. Chaque semaine il partage un cliché de saison, ses coulisses et son histoire dans le rendez-vous nature #histoiresdimages ici, sur salamandre.org, et sur notre compte instagram! Découvrez le travail de l'artiste sur son site internet www.indionature.com

Catégorie

#histoiresdimages

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

ALPES

39.00 €

Il était une fois la nuit

39.00 €

Agenda de la nature au jardin 2022

12.00 €

Le grand livre de la nature

69.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur