Un renard qui trottine en solitaire dans un champ de neige. / © Fabrice Cahez

Cet article fait partie du dossier

Qui es-tu renard ?

Pas si solitaire que ça, le renard…

Le renard trotte toujours en solitaire à travers la campagne. Ce maraudeur a-t-il une vie sociale ? La Salamandre enquête.

Le renard trotte toujours en solitaire à travers la campagne. Ce maraudeur a-t-il une vie sociale ? La Salamandre enquête.

Le renard est un chasseur solitaire qui croise rarement ses semblables. Jusqu’au début des années 1980, on l’imaginait quasiment sans vie sociale. Erreur ! L’avènement des études par radio pistage puis par suivi satellitaire a permis un prodigieux saut en avant dans nos connaissances. Enfin, il était possible de suivre des animaux sauvages 24 heures sur 24 ! On s’est alors rendu compte que goupil entretient constamment ses liens sociaux en déposant des odeurs et en analysant celles des autres. Inutile par conséquent de multiplier des contacts visuels avec ses congénères. Quant à la structure du clan familial, elle s’adapte évidemment aux circonstances… comme presque tout le reste chez notre renard.
S’il y a peu à manger, le groupe se réduit à sa plus simple expression : un couple reproducteur qui défend son territoire et nourrit les renardeaux. Quand la situation le permet, la famille s’élargit à de plus vieux individus ou à des jeunes des années précédentes. Les membres d’un clan coopèrent étroitement selon une hiérarchie clairement établie. Et le groupe contrôle même les naissances. Une femelle dominante qui manque de nourriture produira tout naturellement moins d’ovules… et donc moins de jeunes.

Mars-Avril:
A la naissance, les renardeaux pèsent environ 100 grammes. Leur pelage court est de couleur gris-noir. Dans l’obscurité du terrier, leurs yeux s’ouvrent la deuxième semaine. Ils sont d’abord bleus. / © Fabrice Cahez Avril-Mai:
Au bout d’un mois, les renardeaux couleur chocolat font leurs premières sorties.  / © Fabrice Cahez Avril-Mai
Progressivement, Ils vont s’éloigner de plus en plus du terrier en élargissant leur terrain de jeu.  / © Fabrice Cahez Mi-mai:
les jeunes ont la coloration fauve des adultes. Ils pèsent environ deux kilos.  / © Fabrice Cahez Juin:
Les parents doivent fournir à chacun d’entre eux trois kilos de nourriture par semaine. / © Fabrice Cahez Juillet
Leurs excursions les mènent toujours plus loin. C’est une période dangereuse durant laquelle beaucoup de jeunes finissent écrasés sous des voitures. / © Fabrice Cahez Septembre:
Bientôt, ils vont partir à la recherche d’un nouveau territoire. Dans la campagne anglaise, les mâles s’établissent en moyenne à 14 km de leur lieu de naissance, les femelles à 2 km. Rares sont ceux qui atteindront l’âge de 5 ans. / © Fabrice Cahez
Pas si solitaire que ça, le renard...

Alpha dominant

Son aide est indispensable pour ravitailler la portée au minimum pendant les deux premières semaines de vie des renardeaux. Car ceux-ci ont alors besoin de la présence continue de la mère renard pour maintenir leur température corporelle.

Alpha dominante Elle met au monde en général entre 3 et 6 jeunes. La taille de la portée dépend de la quantité de nourriture disponible.

Pas si solitaire que ça, le renard...

Adultes bêta

S’il y a assez de ressources, le groupe inclut plusieurs autres adultes, majoritairement des femelles. Soit des jeunes des années précédentes qui restent sur place, soit parfois un vieux parent. Au-delà de cinq adultes au total, un groupe a tendance à se scinder en deux.

Pas si solitaire que ça, le renard...

Portée mixte

Des analyses génétiques montrent que les jeunes d’une même portée ont souvent des pères différents. Car une femelle alpha en chaleur peut s’accoupler avec plusieurs partenaires à la suite... et pas seulement avec le dominant.

Pas si solitaire que ça, le renard...

Renardeaux incertains

Les femelles dominées parviennent rarement à se reproduire. Elles ont moins de nourriture et subissent une forte pression sociale : la plupart de leurs accouplements n’aboutissent à rien. S’il y a des jeunes, ils sont souvent tués à la naissance. Quand leur mère inexpérimentée tente de les élever en cachette, cela tourne généralement mal. Seul espoir ? Que sa portée soit réunie à celle de la femelle dominante et que tous les renardeaux soient élevés ensemble.

Pas si solitaire que ça, le renard...

Itinérants

Jusqu’à 15% de la population des renards est composée d’individus solitaires qui n’ont pas de territoire fixe. Ces nomades se déplacent entre les domaines vitaux des groupes familiaux, peut-être en attendant qu’une place se libère.

Cet article fait partie du dossier

Qui es-tu renard ?

Couverture de La Salamandre n°231

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 231  Décembre 2015 - Janvier 2016
Catégorie

Photos

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Carnet d’un peintre naturaliste confiné

12.90 €

Le guide nature Les petites bêtes, 2ème édition

17.00 €

Vers la beauté, toujours!

19.00 €

Le guide nature Les oiseaux

17.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur