Le renard est aussi un citadin
Renard en quête de déchets / © Laurent Geslin

Cet article fait partie du dossier

Qui es-tu renard ?

Pourquoi le renard arrive-t-il dans les villes

Le renard est-il venu à la ville ? Ou bien est-ce la ville qui est venue au renard ?

Auteur

Julien Perrot



Le renard est-il venu à la ville ? Ou bien est-ce la ville qui est venue au renard ?

Où au monde y a-t-il le plus de renards ? Record absolu mesuré à Cheltenham, au centre de l’Angleterre. Dans cette honorable ville comparable en taille à celle de Berne, le biologiste Harris a compté 52 familles sur 23 km2. En rajoutant les jeunes de l’année, cela représente pas moins de 16 individus au km2. Pas de doute ! C’est en ville que les renards atteignent les plus fortes densités. Car il y a abondance à manger… mais aussi abondance de dangers. Deux tiers à trois quarts des citadins à fourrure rousse meurent avant leur premier anniversaire. Ces pertes sont compensées par des portées nombreuses. Malgré l’exiguïté de leur territoire, les groupes familiaux peuvent compter jusqu’à dix adultes.
Si goupil a adopté cet habitat artificiel, c’est aussi que les zones construites se sont largement étendues sur ses anciens territoires agricoles. En Grande-Bretagne, son arrivée en ville coïncide avec le développement de grands quartiers résidentiels entre les deux guerres. A Londres, il apparaît tout d’abord dans la banlieue sud avant de conquérir toute la capitale en 25 ans.
En France et en Suisse, le phénomène a pris de l’ampleur il y a une vingtaine d’années. L’éradication de la rage a permis aux effectifs de renards de se reconstituer. Le carnivore est apparu d’abord en banlieue, puis dans la plupart des centres-villes. Paris, Lyon, Dijon, Genève, Lausanne… A Zurich, sa population est passée de 90 individus en 1984 à 500 en 1999. Aujourd’hui, ils sont très certainement plusieurs milliers, tant la ville riche en espaces verts a grandi. Ils vivent là, nocturnes, malins, à deux pas de nous.

Jeux urbains

En ville, les renards font la tournée des poubelles et leur menu comporte 75 % de nourriture d’origine humaine. Ils s’habituent à faire leurs siestes par exemple sur des échafaudages. Leurs jeunes jouent avec des vieilles chaussures, des ballons ou des jouets en plastique.

Terriers de fortune pour renard des villes

En ville, les renards ne trouvent pas de terriers de blaireaux, de lapins ou de marmottes qu’ils squattent volontiers dans la nature. Comme ils ne sont pas équipés correctement pour creuser, ils installent leurs portées dans toutes sortes d’abris de fortune : cabanes de jardin, canalisations ou vieux containers.

Article initialement publié dans la revue Salamandre sous le titre "Citadin ?"

Cet article fait partie du dossier

Qui es-tu renard ?

Couverture de La Salamandre n°231

Cet article est extrait de la Salamandre

n° 231  Décembre 2015 - Janvier 2016
Catégorie

Photos

Ces produits pourraient vous intéresser

Zéro déchet à la manière d’un lombric

19.00 €

Histoires d’images : L’odyssée du renard

29.00 €

Le guide nature Traces et indices

17.00 €

Le lac aux oiseaux

49.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique