Les perles des cavernes vus par les spéléologues photographes Philippe Crochet et Annie Guiraud
Perles des cavernes, appelées aussi pisolites.  / © Philippe Crochet et Annie Guiraud

Le trésor géologique des perles des cavernes

En s’engouffrant dans les plus obscures cavernes de France, les spéléologues photographes Philippe Crochet et Annie Guiraud mettent en lumière de véritables trésors intraterrestres.

Auteur

Jean-Philippe Paul



En s’engouffrant dans les plus obscures cavernes de France, les spéléologues photographes Philippe Crochet et Annie Guiraud mettent en lumière de véritables trésors intraterrestres.

Les perles des cavernes vus par les spéléologues photographes Philippe Crochet et Annie Guiraud
Les perles des cavernes sont le fruit de l’accumulation de fines couches de calcaire sur un débris solide – petit morceau de roche ou grain de sable – tournant sous l’action de l’eau. Il en résulte une forme généralement sphérique dont la taille peut atteindre quelques centimètres de diamètre. Ces bijoux sont fréquemment regroupés en nids situés au fond des gours, à la base des cascades ou à l’aplomb de chutes de gouttelettes. / © Philippe Crochet et Annie Guiraud

Les perles des cavernes sont le fruit de l’accumulation de fines couches de calcaire sur un débris solide – petit morceau de roche ou grain de sable – tournant sous l’action de l’eau. Il en résulte une forme généralement sphérique dont la taille peut atteindre quelques centimètres de diamètre. Ces bijoux sont fréquemment regroupés en nids situés au fond des gours, à la base des cascades ou à l’aplomb de chutes de gouttelettes.

Les perles des cavernes vus par les spéléologues photographes Philippe Crochet et Annie Guiraud
La couleur de ces formes naît des minéraux éventuellement associés aux carbonates dissous dans l’eau. Le rouge est en principe lié à la présence de fer et le gris au manganèse. Le bleu traduit la présence probable de cuivre, mais nous n’avons sacrifié aucune perle pour le vérifier. Parfois, l’action de bactéries vient compléter ces phénomènes.  / © Philippe Crochet et Annie Guiraud

La couleur de ces formes naît des minéraux éventuellement associés aux carbonates dissous dans l’eau. Le rouge est en principe lié à la présence de fer et le gris au manganèse. Le bleu traduit la présence probable de cuivre, mais nous n’avons sacrifié aucune perle pour le vérifier. Parfois, l’action de bactéries vient compléter ces phénomènes.

Les perles des cavernes vus par les spéléologues photographes Philippe Crochet et Annie Guiraud
Toutes ces prises de vue ont été effectuées dans les départements de l’Hérault, du Gard et de l’Aveyron, dans des localités parfois non protégées que nous préférons garder secrètes pour éviter les pillages. 

Toutes ces prises de vue ont été effectuées dans les départements de l’Hérault, du Gard et de l’Aveyron, dans des localités parfois non protégées que nous préférons garder secrètes pour éviter les pillages.

Les perles des cavernes vus par les spéléologues photographes Philippe Crochet et Annie Guiraud
Les perles des cavernes vus par les spéléologues photographes Philippe Crochet et Annie Guiraud

Philippe Crochet et Annie Guiraud

Spéléologues photographes, Montpellier (France)

philippe-crochet.com

Philippe débute la spéléologie à l’âge de 16 ans alors qu’il est déjà féru de photo. Jumeler ses deux passions est vite devenu une évidence. La beauté des mondes enfouis lui a donné envie de les comprendre et il a suivi des études d’hydrogéologie.
Paysages minéraux, déserts et volcans le fascinent. Ces dernières années il s’est surtout consacré à la photographie dans les cavités du monde entier.

Son épouse Annie partage le même engouement. Elle a cependant davantage tendance à se tourner vers l’esthétique de l’image et lui vers la technique. Finalement, le couple vit une bonne partie de l’année sous terre. En 2018 par exemple, ils ont passé 71 journées à photographier les cavernes de 7 pays différents.
Le monde souterrain les captive car il est l’un des derniers refuges vraiment naturels préservés.

Article initialement publié dans la revue Salamandre sous le titre "Dans le coffre à bijoux"

Couverture de La Salamandre n°252

Cet article est extrait de la Salamandre

n° 252  Juin - Jullet 2019
Catégorie

Photos

Ces produits pourraient vous intéresser

Zéro déchet à la manière d’un lombric

19.00 €

Histoires d’images : L’odyssée du renard

29.00 €

Le guide nature Traces et indices

17.00 €

Le lac aux oiseaux

49.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique