Culex pipiens, un moustique très commun / © Gilbert Hayoz

Cet article fait partie du dossier

Moustique, ennemi public?

Moustiques au labo photo

Du 5 décembre 2009 au 25 mai 2010, notre photographe Gilbert Hayoz a dirigé un élevage de moustiques. Son but ? Réaliser pour vous une collection inédite de clichés en suivant le cycle de vie de Culex pipiens, l’espèce la plus commune. Voici le résultat de son travail, accompagné d’extraits de son journal.

Auteur

Nicolas Sauthier



Du 5 décembre 2009 au 25 mai 2010, notre photographe Gilbert Hayoz a dirigé un élevage de moustiques. Son but ? Réaliser pour vous une collection inédite de clichés en suivant le cycle de vie de Culex pipiens, l’espèce la plus commune. Voici le résultat de son travail, accompagné d’extraits de son journal.

© Gilbert Hayoz

15 septembre 2009 « Allongé devant mon petit étang, je m’émeus devant l’émergence d’un adulte à la surface de l’eau. Premier souffle avant l’envol. Entrer dans la connaissance de l’autre, fût-il moustique, nous rend responsable de son sort. J’ai encore tué des moustiques depuis cette expérience, mais pas avec la même désinvolture. »

9 novembre : « Ces « affreux » insectes m’ont toujours choisi pour cible. Et maintenant, incroyable ! Voilà que pour La Salamandre je transforme ma pièce de travail en labo pour suivre leur vie dans le détail à travers l’objectif de mon appareil… »

© Gilbert Hayoz

Amours libres

Les premiers adultes volettent à peine que notre photographe-éleveur observe déjà des accouplements.

7 décembre : « La génération initiale a tourné la page, laissant un grand nombre de petits œufs, puis des larves aussi fines que des cheveux. Celles-ci ont mué quatre fois en une semaine. Une première volée d’adultes s’agite dans sa cage de Plexiglas».

8 décembre : « L’heure des ébats. Un mâle tente de se poser sur le dos d’une femelle au repos. Elle le désarçonne à l’aide de sa dernière paire de pattes, courbées vers l’arrière. Un autre se faufile sous une femelle posée. Ventre contre ventre, il cherche à accoler l’extrémité de son abdomen à celui de sa partenaire. L’union est rapide. Parfois, les deux s’envolent puis se séparent. »

© Gilbert Hayoz

Dons de sang

Elever des moustiques nécessite de multiples dons de sang. Deux collègues viennent en renfort.

4 janvier : « Les larves diminuent à vue d’œil. Malgré mes soins, je n’en aurai pas assez pour assurer la pérennité de l’élevage. Une seule solution : de nouvelles pontes. Le bras à travers le manchon, je laisse s’arrimer cinq ou six femelles et dissuade les autres de me piquer par des mouvements du bras. »

11 janvier : « Après de nouveaux dons de sang, grosses réactions cutanées. Pour être clair, c’est assez désagréable. »

25 janvier : « Deux de mes collègues sont venus prêter main-forte. Malgré toute sa bonne volonté, Marie-Eve n’est pas piquée. Nicolas a par contre plus de succès. »

21 février : « L’élevage va bien. Face à une nymphe toute claire, je me suis demandé s’il y a des albinos chez les moustiques ? La nymphe a fini par foncer un peu, et un petit mâle en est sorti tout frais et coloré quatre jours plus tard. »

© Gilbert Hayoz

Péclotements

Des réussites, des couacs aussi. L’eau de certains bacs devient putride. Trop de nourriture ?

8 mars : « Plusieurs nymphes ont amorcé leur éclosion, puis le processus s’est bloqué. Elles ne parviennent pas à l’âge adulte. Ces cas restent très isolés, ils représentent peut-être un sur cent tout au plus. »

10 mars : « Tous les jours des pontes, puis, trois jours après, les larves. Treize bacs sont occupés. »

13 mars : « Récupération à la pipette de toutes les larves écloses entre le 18 et le 27 février. Un des bacs avait tourné et les larves étaient mortes. Pourquoi l’eau devient-elle soudain opaque et gélatineuse ? »

© Gilbert Hayoz

Le peuple de l’ombre

A la recherche des Culex hivernants, Gilbert Hayoz découvre d’autres hôtes cavernicoles.

20 décembre 2009 : « Les grottes du Vully sont tapissées d’innombrables araignées, de papillons de nuit, recouverts de gouttelettes, parfois comme des momies. Les femelles moustiques sont là aussi, engourdies par le froid. La buée de ma respiration les réveille un peu. Je fais quelques photos, et prélève un individu pour détermination. »

Découvrez un autre insecte star des labos, la mouche drosophile.

Cet article fait partie du dossier

Moustique, ennemi public?

Couverture de La Salamandre n°199

Cet article est extrait de la Salamandre

n° 199  Août - Septembre 2010
Catégorie

Coulisses

Tags

Ces produits pourraient vous intéresser

Le guide nature Les petites bêtes

17.00 €

Tous dehors ! en bord de mer

19.00 €

La nature en question – L’univers infini des planètes… et des étoiles

12.90 €

Le comportement des oiseaux d’Europe

49.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique