© Alberto Ghizzi Panizza

Mille et une lucioles

En début d’été, les petites lanternes des lucioles enchantent la campagne méridionale. Le photographe italien Alberto Ghizzi Panizza les immortalise avec une poésie rare.

En début d’été, les petites lanternes des lucioles enchantent la campagne méridionale. Le photographe italien Alberto Ghizzi Panizza les immortalise avec une poésie rare.

Quand j’étais gamin, notre petit jardin familial, pourtant situé en ville, s’animait d’un grand nombre de lucioles au crépuscule. Hélas, au fil des années, leurs lueurs dorées se sont progressivement éteintes, m’abandonnant à la nostalgie de mes souvenirs d’enfance.

Lucioles
Lucioles sous le château de Torrechiara. / © Alberto Ghizzi Panizza

Le travail de photographe naturaliste me pousse souvent à me balader de nuit, en quête de rencontres et d’ambiances à capturer avec mon appareil. Un soir de juin voilà quelques années, alors que je photographiais le château de Torrechiara parmi les collines de Parme, j’ai repéré quelques lucioles dans un vignoble. Sans hésiter, j’ai sauté sur l’occasion pour tenter de saisir cette scène de rêve. A ma grande surprise, les petits lampions de ces coléoptères bioluminescents ressortaient à merveille sur les images. Grâce à des poses longues, les traînées lumineuses sublimaient la magie du moment, créant des clichés originaux.

Lucioles
Le photographe et les lucioles. / © Alberto Ghizzi Panizza

Depuis, je consacre plusieurs nuits chaque été à cette fête des lumières. J’ai l’impression qu’après des années de déclin, les lucioles sont localement en augmentation. On peut par exemple les observer près des zones urbaines, à condition qu’il n’y ait pas d’éclairages artificiels. Elles brillent de préférence le long des rives, des fossés et dans les sous-bois sombres et humides.

Lucioles
Mante religieuse et lucioles. / © Alberto Ghizzi Panizza

Personnellement, j’aime leur rendre visite loin des agglomérations, dans les forêts alluviales et parmi les collines de ma région. Pour ajouter une touche de singularité à mes images, j’ai repéré de bons coins à lucioles près d’églises et de châteaux. Chaque fois que je retourne les photographier dans ces lieux sacrés sous la voûte étoilée, le conte de fées atteint son paroxysme. Je m’oublie alors complètement au milieu de ces créatures clignotant de leur propre lumière.

Féru de macro, j’ai également tenté des portraits très rapprochés pour saisir les détails de la luciole et de son abdomen en feu. Un exercice complexe dans l’obscurité. L’été dernier, j’ai eu la chance de pouvoir tester un 58 mm ouvrant à f/0.95 : un objectif très lumineux ! Grâce à cette optique, j’ai pu retranscrire en image le spectacle qui animait mes nuits d’enfance. Seul bémol venant gâcher ce songe étincelant ? Les moustiques assoiffés de sang attaquent la motivation du photographe de leurs innombrables coups de stylets, parfois au point de compromettre la sortie.

Lucioles
Lucioles en sous-bois. / © Alberto Ghizzi Panizza

Illuminations

Les lucioles sont des coléoptères de la famille des lampyridés, qui compte environ 2 000 espèces dans le monde, dont une petite vingtaine en Italie, une douzaine en France et quatre en Suisse. Ces créatures bioluminescentes possèdent des organes particuliers au bout de leur abdomen : les photophores, qui s’éclairent grâce à une réaction chimique. Chez le genre Luciola, les mâles volent à la tombée de la nuit en clignotant pour attirer l’attention des femelles postées dans la végétation. On peut assister à ce spectacle dans le sud-est de la France, en Corse et au Tessin. Chez leurs cousins les vers luisants, plus largement répartis dans nos contrées, seules les femelles, dépourvues d’ailes, émettent de la lumière.

Saisir les mouches de feu

Photographier les lucioles demande quelques astuces. Il est conseillé de privilégier les nuits sans lune et d’employer un objectif à grande ouverture, laissant passer un maximum de lumière. Selon l’optique, le temps d’exposition et l’espèce, les mouches de feu, comme les appellent les Anglais, apparaîtront sous forme de petits points, de grosses bulles ou de traînées lumineuses. La couleur et la fréquence d’émission des signaux varient d’un lampyridé à un autre, mais leur identification demeure très complexe.

Alberto Ghizzi Panizza lucioles
Alberto Ghizzi Panizza

Alberto Ghizzi Panizza

Alberto Ghizzi Panizza, photographe professionnel, est né à Parme en 1975. Primés plus de 50 fois dans des concours nationaux et internationaux, ses clichés ont fait le tour du monde et ont été publiés dans National Geographic Magazine, Times ou encore The Guardian.

Couverture de La Salamandre n°264

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 264  Juin-Juillet 2021, article initialement paru sous le titre "Mille et une fées"

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Un tour de roue

19.00 €

Le faucon de l’espoir

34.00 €

La forêt hyperconnectée

19.90 €

Histoires surnaturelles. Alliances, ruses et stratagèmes entre plantes et insectes

39.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur