© Adobestock.com Zarina Lukash

INFOGRAPHIE. Le sol abrite une biodiversité bien plus large que ce qui était estimé

Mystérieux, le sol a longtemps eu mauvaise presse dans nos esprits occidentaux. Piétiné, retourné et encore trop peu connu, il fourmille pourtant de vie et joue un rôle capital dans l’équilibre des écosystèmes. Une nouvelle étude scientifique révèle que la biodiversité qui le peuple est bien plus importante que ce que les scientifiques pensaient jusqu'alors.

Mystérieux, le sol a longtemps eu mauvaise presse dans nos esprits occidentaux. Piétiné, retourné et encore trop peu connu, il fourmille pourtant de vie et joue un rôle capital dans l’équilibre des écosystèmes. Une nouvelle étude scientifique révèle que la biodiversité qui le peuple est bien plus importante que ce que les scientifiques pensaient jusqu'alors.

3 questions à…

Mark Anthony Chercheur à l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL).

Dans votre étude, vous estimez que 59 % des espèces vivent dans les sols. C’est bien plus que les estimations précédentes !
En effet, on estimait jusqu’ici cette proportion à 25 %. C’était le chiffre de référence. Mais cette mesure était fondée sur le résultat d’une seule étude scientifique concentrée uniquement sur les animaux. Nous avons choisi de traiter bien plus de données et d’englober dans nos recherches des groupes d’êtres vivants plus larges. Nous y avons par exemple incorporé les bactéries ou les virus. Il faut cependant souligner que pour ces minuscules formes de vie, la science manque encore de données. Selon différentes études sur lesquelles nous nous sommes basés, entre 22 % et 89 % des bactéries de notre planète seraient dans les sols ! À l’inverse, on sait avec précision que seuls 3,8 % des mammifères vivent dans ce milieu. Au total, même avec une marge d’erreur, nous estimons que le sol est l’habitat avec
la biodiversité la plus variée sur Terre.

Comment expliquer que la diversité d’espèces dans les sols soit si importante ?
On peut se demander qui est venu en premier, le sol ou les espèces qui le peuplent ? La science n’a pas percé ce mystère, mais on sait qu’un nombre incroyable de formes de vie a évolué dans le sol et que le sol a évolué avec elles. Il y a sous la surface des conditions très variées selon les régions et même des environnements très différents à plus petite échelle, à quelques mètres d’écart. D’innombrables espèces ont coévolué avec les différents types de sols, créant de fait une biodiversité extrêmement riche.

Les sols ont-ils une influence sur le climat ?
Les sols sont le plus grand piège à carbone sur notre planète. Donc le moindre impact sur ces milieux libère du carbone dans l’atmosphère, ce qui a une forte influence sur notre climat. Je suis originaire d’Amérique du Nord. Sur ce continent, on estime que les sols contiennent aujourd’hui dix fois moins de carbone qu’avant l’industrialisation de l’agriculture. Cela contribue au réchauffement climatique.

Marc-André Selosse Professeur et auteur au Muséum national d’histoire naturelle de Paris et spécialiste des symbioses impliquant les champignons.

Selon une nouvelle étude, les sols abriteraient 59 % des espèces de la planète. Cela semble énorme !
Oui, les études estimaient auparavant que 25 % du vivant se trouvait dans ce milieu. Une valeur qui sous-estimait son potentiel et s’intéressait surtout aux espèces animales. On connaît peu ce biotope, et les extrapolations basées sur la littérature peuvent surestimer cette valeur. À l’inverse, les auteurs montrent que les virus sont peu abondants dans les sols : c’est certainement une sous-estimation, car il est compliqué d’étudier la génétique de ces organismes. Une chose est sûre, le sol est bien plus diversifié qu’on ne le pensait.

En quoi cette nouvelle information est-elle importante ?
Ce chiffre peut avoir la vertu de convaincre à agir pour mieux respecter les sols, et de financer la recherche sur leur diversité fonctionnelle. Cette approche est plus importante encore que la biodiversité des espèces. C’est le sol qui rend le plus de services écosystémiques dans la nature grâce à ses fonctionnalités en rapport avec le cycle de l’eau et la genèse de biodiversité. Il contribue au climat et à la fertilisation des océans via les fleuves. L‘agroécologie est une pratique respectueuse à promouvoir pour favoriser ces écosystèmes.

Pourquoi le sol abrite-t-il tant de biodiversité ?

Cela fait 400 millions d’années que la vie a peuplé le sol, elle a donc eu le temps de se diversifier. De plus, quand on passe d’un milieu à l’autre, il y a des variations. Le long d’un gradient où les conditions changent très vite sur des petites distances, on retrouve des espèces adaptées à chaque condition, on parle alors d’écotone. Le sol en est un, il est très hétérogène avec des strates et faciès nombreux qui sont autant de niches écologiques.

Couverture de La Salamandre n°279

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 279  Décembre 2023 - Janvier 2024, article initialement paru sous le titre "L’épiderme de la Terre"
Catégorie

Infographies

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Le grand livre de la nature

69.00 €

Les plantes sauvages

49.00 €

Agenda de la nature au jardin 2024

6.00 €

ALPES 2e édition

42.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur