Cerf élaphe mâle Ardenne belge, le 10 septembre 2018 à 8 h 42. / © Michel ...

L’appel du brame pour le photographe Michel d’Oultremont

Du bruit dans les feuilles, quelques branches qui craquent, et le douze-cors monte sur scène. Le photographe belge Michel d’Oultremont raconte le brame du cerf depuis son affût.

Du bruit dans les feuilles, quelques branches qui craquent, et le douze-cors monte sur scène. Le photographe belge Michel d’Oultremont raconte le brame du cerf depuis son affût.

Je n’ai pas eu la chance de grandir à proximité d’une forêt habitée par les cerfs. L’initiation au brame s’est faite sur le tard, mon premier raire, je ne l’ai entendu qu’à l’âge de 16 ans, sans voir l’animal. Mais quel moment ! Deux ans plus tard, je découvre réellement le rut du cerf chez Christophe Salin, un ami photographe qui m’invite chez lui en Sarthe. Il m’injecte les premières doses de cette douce drogue qu’est le brame. Il m’apprend tout : les biches, les coulées, les souilles, les différentes attitudes.

Je vis bien sûr des déceptions, mais surtout la grande joie d’observer de majestueux mâles à quelques dizaines de mètres seulement. Il m’enseigne aussi le respect de la forêt, où la plus importante des règles est de ne jamais, jamais déranger. Ici, le cerf est roi.
Quatre années de suite, je passe le mois de septembre dans ces bois en ratant mon premier mois de cours. La passion est trop forte pour rester assis sur les bancs de l’université.

Combat entre deux cerfs / © Michel d’Oultremont

En 2014, à l’âge de 22 ans, je décide de photographier le brame dans mon pays, dans les forêts de l’Ardenne belge. Une nouvelle rencontre m’ouvre les portes d’un massif forestier fabuleux. Les espaces sont sauvages et d’un esthétisme exceptionnel. Depuis, tous les ans, j’y passe la fin de l’été, en oubliant tout et me consacrant uniquement à la forêt et à ses hôtes. C’est devenu essentiel, vital.

Vieux mâle / © Michel d’Oultremont

Tout pour plaire

Les bois sont l’apanage du mâle. Bien qu’ils lui servent aussi d’arme de défense contre des prédateurs ou pour se gratter, ces imposants trophées sont avant tout des caractères sexuels secondaires voués à impressionner les rivaux et les biches lors du rut. A cette période, qui va selon les régions de fin août à mi-octobre, les cerfs poussent des appels sauvages nommés raires et marquent leur territoire en frottant leurs bois contre la végétation et le sol. Il arrive que ces joutes vocales dégénèrent dans des combats, parfois même violents. Les blessures graves sont néanmoins rares.

Je prépare mon affût de branches et de fougères en août, plusieurs semaines avant les amours du cerf. Début septembre, je rejoins ma cachette très discrètement, durant la nuit, en traversant les clairières perlées de rosée. A ces heures précoces, les frissons de l’automne se font déjà sentir.
Ce matin, je suis en position, dans l’obscurité totale, bercé par les raires des grands ongulés. Au loin, des bois claquent, signe que deux mâles se jaugent et se battent au cœur du massif. A l’heure bleue, les silhouettes et les ombres se précisent de plus en plus. Quelques biches paissent dans la grande clairière près de mon affût. De temps en temps, elles relèvent la tête pour contrôler les alentours, puis replongent leur museau dans les hautes herbes encore vertes.

Rencontre dans la brume / © Michel d’Oultremont

Il fait de plus en plus clair. Un appel profond et sonore déchire les brumes. Il est plus proche que les autres, à une centaine de mètres seulement. Des branches cassent. Silence. Les feuilles commencent à bouger en lisière… Et le grand cerf sort de l’ombre. L’émotion est telle que mes mains tremblent.

Le douze-cors fait des allers et retours dans la clairière en bramant de tout son cœur. Il se rapproche des femelles et la danse s’ouvre : course-poursuite, confrontations, accalmie… Encore et encore. Le maître des lieux est infatigable. Il est désormais 9 h. Les biches regagnent le sous-bois, le mâle les suit quelques minutes plus tard. Et la forêt se tait. Rendez-vous est pris pour demain à l’aube.

Biche sous la pluie / © Michel d’Oultremont

Brame éthique

La période d’ovulation chez la biche ne dure qu’un jour. Sans fécondation, l’œstrus suivant n’a lieu que dix-neuf jours plus tard. Il est donc capital de ne pas déranger les animaux au risque de compromettre leur reproduction. Pour les admirer et les photographier de manière responsable, demander les autorisations nécessaires, se renseigner sur la biologie de l’espèce et garder toujours les distances en privilégiant l’affût à l’approche. Se positionner à bon vent, avec des vêtements sombres et se fondre dans l’environnement, voilà comment se donner les plus belles chances d’entendre ou de voir ce grand spectacle.

Michel d’Oultremont

Depuis son enfance, il parcourt sa campagne belge en quête d’oiseaux et de mammifères sauvages. Talentueux et renommé photographe naturaliste de 28 ans, il a déjà gagné de nombreux prix dans des concours internationaux. Ses clichés illustrent souvent l’animal dans son décor et dans des lumières féeriques.

Article initialement publié dans la revue Salamandre sous le titre "L’appel du brame"

Couverture de La Salamandre n°259

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 259  Août-Septembre 2020
Catégorie

Photos

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Chasseur d’orages

39.00 €

Le lièvre invisible

34.00 €

Agenda de la nature au jardin 2021

12.00 €

Le guide nature en forêt, 2ème édition

17.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur