Attention arbre innocent !

Dans son édito de la Salamandre n°234, Julien Perrot se désole devant la place que tient la sécurité dans les rapport entre l'homme et la nature. Une exigence qui passe souvent devant d'autres valeurs.

Dans son édito de la Salamandre n°234, Julien Perrot se désole devant la place que tient la sécurité dans les rapport entre l'homme et la nature. Une exigence qui passe souvent devant d'autres valeurs.

C’est l’histoire d’une plage fréquentée… magnifiquement ombragée depuis des décennies par plusieurs rangées de frênes aux larges branches. Hélas, un champignon asiatique est en train de faire crever à petit feu de plus en plus de frênes en Suisse comme en France. Alors évidemment, ces arbres potentiellement malades, ça commence à inquiéter les autorités. On ne va quand même pas attendre l’été qu’une branche peut-être dépérissante assomme mortellement un touriste en costume de bain. Vous imaginez la suite ? Les assurances, le procès… Mieux vaut faire place nette et tout tronçonner au printemps avec le même respect que mon voisin qui voici quelques semaines fracassait au ras du sol une haie vénérable un matin d’avril.
Les arbres seraient-ils plus dangereux que les voitures que nul ne songe pourtant à interdire ou que certaines vieilles centrales nucléaires qu’on rechigne à débrancher ? Dans les parcs urbains, au bord des routes ou même parfois au cœur des forêts, on préfère abattre pour éviter tout risque d’accident. Le réflexe est devenu systématique. La beauté d’un être séculaire, la faramineuse biodiversité que représente un vieil arbre, tout cela ne compte plus. On veut de la nature zéro risque s’il vous plaît. D’ailleurs, pour éviter toute complication juridique, les enseignants feraient mieux de n’y plus emmener leurs élèves.
C’est du vrai délire. Un faible risque naturel devient intolérable… et en même temps, que faisons-nous face aux vraies menaces écologiques ? C’est qu’au lieu de sauver la planète, il est plus facile de couper quelques innocents. Surtout que ceux-ci se paient rarement de bons avocats.

Couverture de La Salamandre n°234

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 234  Juin - Juillet 2016
Catégorie

Julien Perrot

Tags

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Chasseur d’orages

39.00 €

Le lièvre invisible

34.00 €

Agenda de la nature au jardin 2021

12.00 €

Le guide nature en forêt, 2ème édition

17.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur