© Jean-Philippe Paul

Un castor comme voisin – étape#100

La rivière qui coule en contrebas du jardin cache bien des trésors de nature. Parmi eux, le spectaculaire castor s'est enfin montré.

La rivière qui coule en contrebas du jardin cache bien des trésors de nature. Parmi eux, le spectaculaire castor s'est enfin montré.

Pendant le fameux confinement de mars et avril, j'avais pris davantage de temps pour contempler la vallée. J'avais fini par découvrir quelques vues insoupçonnées sur la rivière avant que le feuillage ne pousse trop. C'est incroyable mais je n'avais jamais remarqué auparavant que je peux admirer le cincle, le martin-pêcheur, le chevalier guignette, la bergeronnette des ruisseaux ou encore le harle bièvre depuis le jardin. A l'aide d'une longue-vue, bien sûr.

C'est durant cette période très spèciale que j'ai pu observer des branches vertes de saules et d'érables descendre le courant. Certaines s'accumulaient sur le petit barrage du moulin, d'autres le franchissaient. Lors des rares montées des eaux, tout était embarqué. J'ai d'abord pensé à un riverain qui coupait des arbres mais une telle pratique était interdite. Assez vite, j'ai soupçonné le plus farceur des bûcherons : le castor. L'avenir me l'a confirmé courant mai lorsque j'ai découvert de nombreux indices indéniables, dont un terrier hutte consolidé avec des rameaux frais.

En cette mi-juin, les jours longs offrent du temps d'observation à la fois diurne et tardif, une aubaine pour le naturaliste. Je décide donc de partir en quête du célèbre rongeur de troncs. Je me positionne à l'affût contre un vieux peuplier vers 21 heures. Pas le temps de prendre mes repères qu'une silhouette presque totalement immergée surgit de la rive d'en face. Le castor ! Il se déplace à vive allure sans en donner l'impression. C'est tout juste si je distingue des mouvements de pattes arrières et une oscillation de la queue. Très vite, l'animal dodu et robuste grimpe sur une des rares portions de berge offrant une pente douce. Il s'assied puis se toilette. Il doit faire 20 kg. Et hop, il repart dans la rivière où il semble tellement plus léger. Sa tête arrondie et sa truffe noire sont bien visibles. Tout en levant sa queue si particulière hors de l'eau, comme pour s'équilibrer, il grignote de la végétation qui flotte. Puis il replonge calmement, avec un léger effort pour courber son dos.

Merci pour ce cadeau, cher castor, à une prochaine fois j'espère.

Le 13 juin 2020 - étape#100

Merci pour ces 100 instants partagés avec tous les lecteurs de salamandre.org et de la newsletter de La Salamandre.

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Carnet d’un peintre naturaliste confiné

12.90 €

Le guide nature Les petites bêtes, 2ème édition

17.00 €

Vers la beauté, toujours!

19.00 €

Le guide nature A la montagne

17.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur