Tourbe voyageuse
Utilisation de tourbe pour combler des fossés de drainage / © P. Staubli, Beck & Staubli

Tourbe voyageuse

En 2010, 60m3 de tourbe ont été transférés depuis les Gouilles de Rathvel, en Gruyère, au haut marais du Niremont (FR). L'extraction de la tourbe, interdite par l'initiative de Rothenturm (1987), se poursuivrait-elle ? Eclairage avec Philippe Grosvernier, biologiste mandaté par l'OFEV pour le « soutien technique en matière de protection des marais en Suisse ».

Auteur

Karine Poitrineau



En 2010, 60m3 de tourbe ont été transférés depuis les Gouilles de Rathvel, en Gruyère, au haut marais du Niremont (FR). L'extraction de la tourbe, interdite par l'initiative de Rothenturm (1987), se poursuivrait-elle ? Eclairage avec Philippe Grosvernier, biologiste mandaté par l'OFEV pour le « soutien technique en matière de protection des marais en Suisse ».

Tourbe voyageuse
Philippe Grosvernier

D'où provient cette tourbe ?

Le sol des Gouilles de Rathvel a dû être creusé dans le cadre de la renaturation du lieu et de la création d'un sentier. La matière tourbeuse prélevée devait être évacuée. Non utilisée, elle aurait fini dans une décharge.

A quoi a servi le transfert ?

Comme beaucoup d'autres tourbières, celle du Niremont a été asséchée au milieu du XXe siècle. Pour la restaurer, il a fallu combler les fossés de drainage avec un substrat imperméable. La tourbe est le matériau idéal et le plus naturel remplissant au mieux cette condition.

Comment organiser de tels recyclages ?

Une « bourse à la tourbe » a été initiée par le bureau d’études Beck&Staubli, de Zoug. Elle recense les besoins des gestionnaires de milieux naturels et de ceux qui effectuent des travaux produisant de la matière tourbeuse. Même s’il n’est pas évident de coordonner des opérations entre sites, le système a permis de beaux succès.

Un progrès important pour les milieux humides ?

C’est un bon outil. Mais la protection légale des marais en Suisse n’est pas suivie de résultats suffisants. Détruire est plus facile que restaurer . Le budget consacré à la protection de la nature est une goutte d’eau face aux montants qui ont permis l'assèchement et la destruction de plus des trois quarts des milieux marécageux du pays. On a encore du pain sur la planche .

Plus d'informations:

Pro Natura qui s'engage pour la conservation des tourbières.

Présentation des sites naturels et parcours de découverte.

Couverture de La Salamandre n°202

Cet article est extrait de la Salamandre

n° 202  Février - Mars 2011
Catégorie

Écologie

Ces produits pourraient vous intéresser

Le guide nature Les petites bêtes

17.00 €

Tous dehors ! en bord de mer

19.00 €

La nature en question – L’univers infini des planètes… et des étoiles

12.90 €

Le comportement des oiseaux d’Europe

49.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique