Les superpouvoirs du sapin blanc

Apprenez-en plus sur le sapin blanc, découvrez un des arbres les plus hauts d'Europe, et plongez dans les coulisses d'un dossier passionnant de la Revue Salamandre.

Apprenez-en plus sur le sapin blanc, découvrez un des arbres les plus hauts d'Europe, et plongez dans les coulisses d'un dossier passionnant de la Revue Salamandre.

C'est bientôt Noël, le parfait moment pour découvrir les superpouvoirs du sapin au pied d'un des arbres les plus hauts d'Europe.

Retrouvons Julien Perrot dans une magnifique forêt jurassienne.

"On va apprendre à reconnaître le sapin blanc, notre héros du jour. Puis, on va découvrir ses cinq superpouvoirs. Et enfin, on va découvrir les coulisses de la dernière Revue Salamandre, justement consacrée à cet arbre avec mon invitée, Sophia Matos."

Sapin rouge et sapin blanc

Parmi nos conifères, il y a les pins avec des aiguilles longues groupées par deux ou parfois par cinq, les mélèzes avec des aiguilles qui poussent en petites touffes et qui tombent en automne. Et nos deux sapins indigènes avec des aiguilles relativement courtes qui sont une par une.

Le sapin blanc, nommé ainsi parce qu'il a une écorce claire, grise, un peu crevassée quand il prend de l'âge. Ses aiguilles qui poussent des deux côtés de la tige, sont molles et ne piquent pas. En plus, elles ont deux petites lignes de points blancs caractéristiques sur le dessous, d'où son nom de sapin blanc. Il a des cônes, des pives, qui poussent à la verticale vers le haut et qui se désagrègent à maturité.

L'autre sapin est l'épicéa ou sapin rouge parce qu'il a l'écorce rougeâtre.Ses aiguilles sont plus courtes et piquantes et poussent tout autour du rameau. Les cônes de l'épicéa poussent vers le bas. Souvent, on les trouve par terre entiers plus ou moins grignotés par l'écureuil.

Les cinq superpouvoirs du sapin blanc

1- Se moquer de l'hiver

Un grand sapin blanc peut comporter des millions d'aiguilles. Chacune d'entre elles est une feuille miniature.

C'est un panneau solaire high-tech biodégradable parfaitement adapté pour fonctionner en hiver parce qu'ils sont bardés d'antigels et recouverts d'une cire protectrice.

Une aiguille est tellement résistante qu'elle peut vivre 10 ans.

Elles tombent petit à petit, à toutes les saisons. C'est pour ça que les sapins sont verts toute l'année.

2 - Calmer les humains

Les substances volatiles responsables de l'odeur du sapin diminueraient le rythme cardiaque et calmeraient le stress. Et ces odeurs auraient même un effet anti-inflammatoire. Comme quoi, aller se promener en forêt, ça fait vraiment du bien.

3 - Toucher le ciel

Le sapin blanc est l'arbre d'Europe qui peut monter le plus haut.

Le plus haut sapin blanc de Suisse et le deuxième plus haut sapin blanc d'Europe mesure 58 mètres de haut.

Ce sapin est en pleine forme et va bientôt avoir 300 ans.

Il continue même à pousser et grandit de 20 centimètres chaque année.

4- Voler avec le vent

Ce n’est pas bête de pousser très haut, quand on a des graines qui vont s'envoler et voyager avec le vent.

Le sapin blanc produit de nombreux cônes femelles. En octobre, ils se désagrègent et toutes les écailles tombent et libèrent des petites graines ailées qui s'envolent loin dans les bourrasques d'automne.

Et tout ce qui reste sur la branche, c'est ça, on dirait que c'est des bougies...

5 - Attendre à l'ombre

Cette petite graine va voler, emportée par le vent et a de fortes chances de tomber quelque part en forêt, très probablement à l'ombre sous d'autres sapins.

Heureusement, un petit sapin blanc arrive à pousser lentement avec seulement 1 % de lumière du soleil.

Et il peut végéter pendant 50 à 100 ans, en attendant d'avoir de la lumière.

Mon beau sapin, un dossier de la Revue Salamandre

Julien retrouve Sofia Matos, rédactrice à la Revue Salamandre

Sofia, tu signes un très beau dossier."Mes beaux sapins" qui paraît dans le dernier numéro, qui est sorti début décembre, de la Revue Salamandre pour tout savoir sur le sapin blanc et sur l'épicéa, le sapin rouge. Je crois que c'est un projet de longue haleine qui t'a occupée un bout de temps?

"Ouin il a duré une année. Parce que l'idée, c'est de présenter des sujets de saison et avec un vécu authentique sur le terrain. Et c'est pour ça que je suis venu déjà ici en décembre, l'année passée pour pouvoir avoir des impressions de la saison. Et on a aussi mandaté un jeune peintre naturaliste qui a aussi passé quelques jours ici sur place.

Quelques jours ? Il a dormi là ?

"Oui, il a dormi là. Il s'est fait un bivouac."

Donc ses aquarelles, ces croquis illustrent ton reportage ?

"Oui. Et puis, il y a eu aussi tout un travail de documentation, de contacter des scientifiques... Tout le travail après de mise en page avec les dessins de Gaël et avec les photos.

Il faut aussi travailler à plusieurs.

"Oui, alors ça, c'est une grosse partie du travail. C'est en fait un travail d'équipe. On travaille donc avec le graphiste qui met en page tout ça. Il y a beaucoup d'allers-retours, de discussions."

Donc ce beau dossier dans lequel tu as, je crois que tu appris plein de choses que tu ne soupçonnais pas sur les sapins... Qu'est-ce qui t'a le plus le plus touché, personnellement ?

"C'est vraiment la partie terrain. C'est toujours le fait d'être immergé en pleine nature. Et puis être dans l'environnement de ce sapin... Un peu me fondre dans le décor. C'est toujours ce qu'il y a de plus touchant, je trouve. Et puis c'est la magie qu'on essaie de transmettre dans notre revue.

Oui, c'est ça. Avec des mots. Et puis, dis-moi, bon, ça va bientôt être Noël ? Alors qu'est-ce qu'il faut faire, Sofia pour Noël avec ses sapins ?

"Eh ben, on peut s'en passer, je crois. C'est pas obligé, mais c'est vrai que si on se pose la question et puis on se demande : "est-ce que je veux vraiment inviter chez moi, un sapin mourant pour ensuite le mettre sur le trottoir en janvier ?" "Est-ce que j'ai vraiment envie de faire ça ?" Moi personnellement, plutôt pas. Ça fait plusieurs années que je fête sans sapin de Noël. Et c'est un Noël tout autant magique et convivial et joyeux ! Et puis, si on veut vraiment un sapin, un vrai sapin, je conseillerais plutôt de l'acheter dans une culture qui soit locale de petite taille. Et puis surtout avec le label bio, qui est le label le plus sérieux avec un cahier des charges vraiment respectueux de l'environnement.

Catégorie

La Minute Nature

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Le grand livre de la nature

69.00 €

Les plantes sauvages

49.00 €

Agenda de la nature au jardin 2024

6.00 €

ALPES 2e édition

42.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur