La migration du vulcain en Suisse

Un papillon noir, blanc et rouge file au-dessus de la campagne, cap au sud. C’est un vulcain ! Cet insecte de nos jardins est un grand voyageur qui rallie l’Europe méridionale et la Scandinavie en trois générations, avant de redescendre d’une traite à l’automne. Un périple qui n’a rien à envier à celui de l’illustre monarque américain.

Un papillon noir, blanc et rouge file au-dessus de la campagne, cap au sud. C’est un vulcain ! Cet insecte de nos jardins est un grand voyageur qui rallie l’Europe méridionale et la Scandinavie en trois générations, avant de redescendre d’une traite à l’automne. Un périple qui n’a rien à envier à celui de l’illustre monarque américain.

Migration du vulcain
© Stéphanie Wauters

4 questions à Michel Baudraz

Entomologiste, cocréateur du site lepido.ch

Michel Baudraz

Pourquoi le vulcain migre-t-il ?

Pour s’adapter aux différentes saisons et survivre à l’hiver. En migrant, le vulcain offre au fil des générations les meilleures conditions de développement à ses chenilles. Leur plante hôte, l’ortie, n’est pas présente au même moment dans le Sud de l’Europe et en Scandinavie. La quasi-totalité des vulcains de Suisse effectue des déplacements. En montagne, certains individus réalisent une migration altitudinale.

Comment s’oriente-t-il ?

Cette question n’est pas encore clairement élucidée. Les vulcains pourraient utiliser la position du soleil et le magnétisme terrestre. Sur le terrain, on constate qu’ils naviguent à vue pour s’orienter et choisir les trajets optimaux, éviter les obstacles ou viser les cols en montagne.

Le bouleversement climatique change-t-il la donne ?

Oui, on observe déjà de plus en plus de vulcains qui se reproduisent durant l’hiver en Suisse ou dans le nord de la France, évitant ainsi une migration plus au sud. L’espèce est désormais observée tous les mois de l’année dans ces régions. Il est probable aussi que des individus pourront se reproduire de plus en plus dans le Grand Nord durant l’été.

Que peut-on faire pour aider le vulcain chez soi ?

Facile ! Plantez, ou laissez se développer un petit massif d’orties dans un endroit assez ensoleillé. Il existe des gîtes artificiels dans lesquels ils peuvent passer l’hiver mais aménager un tas de bois aura le même effet et sera en plus favorable à beaucoup d’autres espèces.

Création infographique : Stéphanie Wauters

Couverture de La Salamandre n°266

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 266  Octobre - Novembre 2021
Catégorie

Infographies

Tags

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Un tour de roue

19.00 €

La forêt hyperconnectée

19.90 €

Histoires surnaturelles. Alliances, ruses et stratagèmes entre plantes et insectes

39.00 €

Le grand livre de la nature

69.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur