© Hank - stock.adobe.com

INFOGRAPHIE : Le juteux commerce du vivant

La Convention de Washington (Cites) réglemente le marché florissant des espèces à travers le monde. Une menace majeure pour la biodiversité, aggravée par un trafic illégal important.

La Convention de Washington (Cites) réglemente le marché florissant des espèces à travers le monde. Une menace majeure pour la biodiversité, aggravée par un trafic illégal important.

3 questions à…

Josef Senn : Biologiste au WSL et membre de la commission scientifique qui conseille la Convention de Washington (Cites).

Josef Senn
Josef Senn

Comment expliquer que la Suisse, un petit pays, compte parmi les plus gros importateurs d’espèces menacées au monde ? La Suisse importe beaucoup de produits issus d’animaux pour alimenter son industrie horlogère de luxe. Les bracelets de montres sont en effet fréquemment confectionnés à partir de cuir de reptile. Cette offre semble en recul, peut-être parce que les consommateurs sont de plus en plus soucieux de la condition animale. Le siège de la Cites étant à Berne, la Suisse veut être un exemple en la matière. Il s’agit du premier pays qui a mis au point un comptage automatique très fiable des demandes de permis et des importations, alors qu’avant tout était compté manuellement.

Pourquoi des animaux classés sur l’annexe I de la Cites, au bord de l’extinction, peuvent-ils tout de même faire l’objet d’importation ?

Les espèces de l’annexe I sont très menacées et ne peuvent pas faire l’objet de commerce. Mais il existe des dérogations. Un léopard peut par exemple être abattu légalement en Afrique – de rares permis sont délivrés chaque année – et un chasseur suisse qui aura déboursé 100 000 francs pourra ensuite importer son trophée chez lui. Mais les articles ou spécimens vivants de l’annexe I ne peuvent en aucun cas faire l’objet de commerce.

Il existe aussi un commerce illégal des espèces menacées, comme le trafic d’anguilles, pêchées en France et envoyées en Asie. Y a-t-il une lutte contre ce fléau ?

Ce trafic des civelles, le nom des alevins d’anguilles, ce sont des milliards de dollars de recettes chaque année. Tout cela vient du fait que l’élevage d’anguilles est quasi impossible, et que c’est un poisson très apprécié en Asie. Des trafiquants viennent donc sur les plages de l’Atlantique ou au bord de rivières pendant la nuit pour attraper les civelles et les envoyer ensuite en Asie où elles seront nourries. Plus généralement à l’échelle mondiale, Interpol assume désormais mener le même niveau de lutte contre les trafics d’espèces animales que contre les trafics d’êtres humains ou de drogue.

Infographie : le commerce du vivant
Couverture de La Salamandre n°280

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 280  Février - Mars 2024, article initialement paru sous le titre "Le commerce du vivant"
Catégorie

Infographies

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Le grand livre de la nature

69.00 €

Les plantes sauvages

49.00 €

Agenda de la nature au jardin 2024

6.00 €

ALPES 2e édition

42.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur