Comment se porte l’apron en Suisse ?

Connaissez-vous le roi du Doubs ? C’est le nom donné localement à l’apron. Ce poisson très menacé est endémique du bassin du Rhône et de ses affluents. Il n’occupe actuellement que 15 % de sa répartition historique. Malgré toute l’attention dont il fait l’objet en Suisse, son avenir n’est pas encore assuré. Etat des lieux.

Connaissez-vous le roi du Doubs ? C’est le nom donné localement à l’apron. Ce poisson très menacé est endémique du bassin du Rhône et de ses affluents. Il n’occupe actuellement que 15 % de sa répartition historique. Malgré toute l’attention dont il fait l’objet en Suisse, son avenir n’est pas encore assuré. Etat des lieux.

Apron Suisse
© Stéphanie Wauters

3 questions à Jérôme Plomb

Ingénieur Aquarius, environnement et sciences aquatiques, Neuchâtel.

Apron Suisse
Jérôme Plomb

Quelle est la situation de l’apron en Suisse ?

Dans les années 1980, des aprons occupaient la boucle jurassienne du Doubs et environ 6 km du Doubs franco-suisse, soit plus de 36 km de cours d’eau. Puis seulement 20 km en 2010-2012. Entre 2016 et 2019, on ne dénombre plus que trois sites avec des aprons répartis sur une dizaine de kilomètres. Un seul individu a pu être observé en 2019, ce qui place ce poisson parmi les vertébrés les plus menacés du pays.

Des projets de réintroduction sont-ils envisagés comme en France ?

Les autorités ne l’envisagent pas pour l’instant. D’abord parce que la population d’aprons du Doubs est génétiquement distincte de celles connues en France. Et puis, avant de projeter toute réintroduction, il faut s’assurer que les menaces ayant conduit au déclin ont pu être écartées et que les mesures d’amélioration prévues ont des effets.

Quelles mesures de conservation sont mises en place en Suisse pour sauver l’apron ?

Le Doubs fait l’objet d’un plan d’action national centré sur l’apron. Les variations de débit provoquées par l’exploitation hydroélectrique ont été atténuées. Une rivière a été construite pour permettre le contournement du seuil de Saint-Ursanne (JU). La qualité des eaux sera quant à elle plus longue à garantir car elle doit suivre des processus complexes impliquant beaucoup d’acteurs. Le jeune apron trouvé en 2019 prouve qu’une reproduction naturelle a encore eu lieu en 2018. Mais la partie est loin d’être gagnée.

Création infographique : Stéphanie Wauters

Couverture de La Salamandre n°257

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 257  Avril - Mai 2020
Catégorie

Infographies

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Agenda de la nature au jardin 2023

12.00 €

Le guide nature Les oiseaux, 2e édition

19.90 €

Zéro déchet – Le guide inspiré de la nature

19.90 €

L’enquête sauvage, pourquoi et comment renouer avec le vivant ?

19.90 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur