© WWF Suisse / Estela Esteban Gonzalez

Ilot de vie en vallée du Rhône

En Valais, le WWF œuvre à la renaturation d’un ancien verger intensif. Plongée dans un projet de plantation entre golf et autoroute.

En Valais, le WWF œuvre à la renaturation d’un ancien verger intensif. Plongée dans un projet de plantation entre golf et autoroute.

Malgré la grisaille qui couvre la vallée en ce matin de décembre, une vingtaine de bénévoles se retrouvent pour prêter main-forte à l’équipe du WWF Valais. Thé et café sont les bienvenus, car la matinée s’annonce chargée : plus de 500 plants de viornes, églantiers, nerpruns et autres arbustes indigènes doivent être mis en terre sur un terrain situé entre le Rhône et la Borgne, à 2 km à l’est de Sion.

Cette parcelle d’un hectare représente une oasis inespérée pour la faune et la flore des alentours. Autoroute, agriculture, zones industrielles, urbanisation… La pression est très forte sur les milieux naturels dans la vallée du Rhône, d’où l’importance de créer de tels refuges. « Auparavant, c’était un verger intensif, précise Christine Pustel, responsable du projet. Nous en avons obtenu la propriété au début des années 2000, dans le cadre des compensations écologiques du golf de Sion. »

L’association décide alors de mener des actions de renaturation pour transformer ce terrain agricole en havre de biodiversité. Le lieu a un bon potentiel, à proximité du corridor écologique de la Borgne et entouré de vergers bio. En 2012, une prairie fleurie riche en espèces est semée afin d’attirer les insectes pollinisateurs. Puis, en 2014, des plantations d’arbustes diversifient les habitats disponibles pour la faune. Hélas, en 2019, ces plantations sont victimes d’un acte de malveillance. Cela ne décourage pas l’équipe, comme le prouvent les travaux actuels, plus ambitieux encore.

« Nous avons préparé ce projet avec la station ornitho­logique de Sempach et un agriculteur local, et il se réalise grâce aux bénévoles, explique Marie-Thérèse Sangra, secrétaire cantonale de l’association. Notre but est d’impliquer de nombreux acteurs afin de faire de ce terrain un exemple de coopération pour la biodiversité, mais aussi pour l’agriculture et le grand public. »

L’entretien du site est assuré par un agriculteur bio

En début d’après-midi, tout est planté et le ciel se dégage un peu, comme pour couronner les efforts des participants. C’est fini pour aujourd’hui, mais le projet ne s’arrête pas là pour autant. Ce printemps, plusieurs arbres fruitiers haute-tige de variétés anciennes vont être installés entre les arbustes afin d’attirer certains oiseaux rares comme la huppe fasciée, le torcol fourmilier et le hibou petit-duc. « Aucun doute, nous allons encore avoir besoin de bénévoles ! », lance Christine Pustel.
A bon entendeur !

Retrouvez les actions du WWF Valais.

Couverture de La Salamandre n°262

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 262  Février - Mars 2021, article initialement paru sous le titre "Ilot de vie en vallée du Rhône"
Catégorie

Écologie

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Agir pour la nature au jardin

24.00 €

Le grand livre de la nature

69.00 €

Les plantes sauvages

49.00 €

Agenda de la nature au jardin 2024

6.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Salamandre newsletter
Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur