Vol de niverolles alpines au-dessus d'une pleine enneigée / © Eric Alibert

Ecritures hivernales

Blanc, bleu ou noir. La nature dessine des motifs où parfois se cache une vie sauvage.

Blanc, bleu ou noir. La nature dessine des motifs où parfois se cache une vie sauvage.

Eric Alibert

Chercheur de lumière

Comment devient-on peintre ? La question poursuivait depuis toujours le petit Eric Alibert. Ses parents n'avaient pas de sensibilité artistique particulière. Le jeune homme commence la fac de médecine à Paris – toujours en dessinant – puis devient instituteur et s'improvise conférencier nature. Et cette peinture qui le passionne, pourra-t-il un jour en vivre ?

Eric fait ses armes comme illustrateur scientifique, notamment pour le Muséum National d'histoire naturelle. Puis il développe des projets plus personnels qui lui permettront d'enchaîner voyages, livres et expositions et de faire enfin de sa passion un métier.

Etabli depuis six ans à Genève, ce Suisse d'adoption s'intéresse de plus en plus à des sujets simples et modestes. Il nourrit son inspiration avec l'art oriental, mais aussi avec l'école des peintres et photographes scandinaves qui replacent les animaux dans l'immensité de leur environnement.

Eric Alibert propose des cours de peinture à Genève et organise chaque année des stages en montagne à Arolla:

eric-alibert.com

J'ai voulu que la danse des tétras ait la forme d'une lyre. Notre regard voit d'abord les deux mâles qui paradent, puis il suit la courbe de l'instrument pour découvrir les femelles. J'aime dissimuler les bêtes dans mes peintures. Comme une ponctuation dans une phrase, le petit animal révèle le grand sauvage. / © Eric Alibert Les niverolles passent en criant et déjà disparaissent dans les immensités glacées. Ces ailes insaisissables donnent une échelle au paysage. Dans le ciel, la lumière. Par terre, l'ombre bleue. Et les oiseaux suspendus entre les deux. / © Eric Alibert Les animaux sont des signatures. Leurs formes des calligraphies vivantes. d'ailleurs, la calligraphie est née de l'observation de la nature. Le chamois en mouvement devient une tache qui coule sur une feuille de papier, un geste décrit par le pinceau. Il arrive que les bêtes se cachent si bien qu'on ne les voit plus. Que reste-t-il ? Des petits riens. Un nuage, une branche, un creux dans la neige, peut-être aussi précieux si on les regarde bien qu'un oiseau dans le ciel. Eux aussi sont sauvages. Eux aussi peuvent nous toucher au cœur.E.A. / © Eric Alibert
Couverture de La Salamandre n°214

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 214  Février - Mars 2013
Catégorie

Dessins Nature

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Chasseur d’orages

39.00 €

Le lièvre invisible

34.00 €

Agenda de la nature au jardin 2021

12.00 €

Le guide nature en forêt, 2ème édition

17.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur