© Lucas Michelot

A la découverte de la Combe Grède

Un siècle et demi après les dernières coupes rases, la Combe Grède est redevenue un écrin sauvage. Immersion entre vallon et pâturages, à la découverte de ce havre jurassien et de ses habitants.

Un siècle et demi après les dernières coupes rases, la Combe Grède est redevenue un écrin sauvage. Immersion entre vallon et pâturages, à la découverte de ce havre jurassien et de ses habitants.

A la découverte de la Combe Grède
Avec Anatole Gerber, chargé de mission au parc naturel Chasseral

L’air est humide et les nuages volent bas au-dessus de Saint-Imier, dans le Jura bernois. Dans l’ombre des hêtres de la Combe Grède, on pourrait presque se croire plongé dans une contrée inexplorée. Pourtant, il n’en est rien. « Il y a 150 ans, il ne restait presque plus un arbre debout dans ce secteur, révèle Anatole Gerber, responsable espèces et habitats au parc Chasseral. Ils étaient utilisés dans les fonderies et les usines de pâte à papier de la vallée. »

Malgré tout, le potentiel sauvage du lieu ne passe pas inaperçu. En 1932, la combe est classée réserve naturelle et les défrichements cessent. Neuf décennies plus tard, la végétation a repoussé, mais il reste des traces de ce passé mouvementé. « On voit peu de très vieux arbres, fait remarquer le forestier, presque aucun ne dépasse 100 ans. Mais il y a de plus en plus de troncs et de branches mortes, c’est bon signe ! » De récentes prospections ont dévoilé la présence de coléoptères rares liés au bois en décomposition, tels que Dendrophagus crenatus ou Litargus connexus.

A la découverte de la Combe Grède
Le rare coléoptère Litargus connexus vit sous l’écorce des arbres morts.

Le retour des proies

En surplomb du chemin, une soudaine cavalcade se fait entendre. Un petit groupe de chamois s’éloigne rapidement en faisant bruisser la couche de feuilles mortes puis s’éclipse derrière une vire rocheuse. Après avoir disparu du Jura à cause de la chasse, ces ongulés ont été réintroduits dans la région entre 1956 et 1962 et se sont vite multipliés, ce qui a attiré l’attention des prédateurs. « Ces ongulés sont un peu moins nombreux depuis le retour du lynx, remarque le naturaliste. Le félin est maintenant bien présent ici. » Une bonne nouvelle pour la forêt, car l’appétit d’herbivores trop nombreux pourrait compliquer la croissance des jeunes pousses.

Tronc sculpté par les scolytes
Tronc sculpté par les scolytes / © pixarno/stock.adobe.com

Anatole pointe ses jumelles vers un arbre. « Cette sorte de feuille verte accrochée au tronc, c’est un lichen pulmonaire, explique-t-il. Une espèce peu courante en Suisse, mais abondante dans la combe. » Mi-champignon, mi-algue, cet être vivant au développement lent se plaît dans les vieilles futaies.

La roche et l’eau

Le sentier se fait plus escarpé et les cailloux roulent sous les chaussures. La roche est omniprésente, des hautes falaises jusqu’au ruisseau en contrebas. Dans son lit de pierres, le cours d’eau semble presque tari. C’est pourtant lui qui, au fil des millénaires, a creusé le profond canyon.

Fougère langue-de-cerf
Fougère langue-de-cerf / © pixarno/stock.adobe.com

Marquant une croisée de chemins, une source claire s’écoule en glougloutant dans un bassin. Elles sont nombreuses à surgir des flancs de la combe, vrai trésor dans le Jura où la moindre goutte s’infiltre d’habitude à toute vitesse dans les profondeurs du sol. Ces résurgences font l’objet d’une attention soutenue de la part du parc Chasseral. Non seulement elles abritent une faune et une flore foisonnantes, mais elles sont aussi très convoitées pour abreuver le bétail sur les alpages voisins.

Riches pâtures

Belette
Belette / © Erni/stock.adobe.com

Si le site a retrouvé son aspect sauvage, l’humain ne l’a pas déserté pour autant. L’été, les prairies qui s’étendent de part et d’autre de la combe sont parcourues par les troupeaux et leurs gardiens. Une cohabitation intéressante pour la biodiversité. « L’alpage des Limes est un super coin pour les alouettes lulus et les pipits des arbres, deux oiseaux peu courants, note l’ornithologue. Ils sont liés aux espaces maintenus ouverts par le pâturage. » Et ils ne sont pas les seuls, de nombreuses plantes et insectes apprécient ces zones d’herbe régulièrement raccourcie par les dents des ruminants. Parsemés çà et là, de grands tas de branches mortes témoignent d’anciennes coupes de bois. Des cachettes idéales pour les passereaux ou les petits mammifères comme la belette.

Alouette lulu
Alouette lulu / © AGAMI/stock.adobe.com

Sentier débattu

De hauts et fins piquets de bois sont alignés dans les herbages. « Ce sont les marquages des sentiers pour les raquettes et skis de randonnée, explique Anatole. Ils viennent d’être installés en prévision de l’hiver. » Dès que la neige sera tombée, il sera interdit de sortir des itinéraires indiqués par ces balises. Un compromis plutôt bien accepté par le public entre l’accessibilité et la tranquillité des animaux.

Il arrive toutefois que la gestion du site ne soit pas aussi consensuelle. « Récemment, la commune de Villeret a mené de gros travaux autour du début du sentier et du ruisseau, beaucoup d’arbres ont été coupés et ça a créé une petite polémique », témoigne Anatole. Un des objectifs de l’opération était d’améliorer l’état du cours d’eau pour la faune, mais il est difficile de faire comprendre qu’on peut parfois favoriser la biodiversité en abattant des arbres. « Et puis, le chantier avait aussi pour but de protéger le village en aval des inondations. Ce projet, porté par la commune de Villeret, est à l’image de la mission du parc Chasseral, qui cherche à trouver un équilibre entre les activités humaines et la nature », conclut Anatole alors que les premières gouttes de pluie crépitent sur les feuilles des hêtres.

Couverture de La Salamandre n°271

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 271  Août - septembre 2022, article initialement paru sous le titre "Chassez le naturel…"
Catégorie

Récit des balades

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Zéro déchet – Le guide inspiré de la nature

19.90 €

L’enquête sauvage, pourquoi et comment renouer avec le vivant ?

19.90 €

Le guide nature Les oiseaux, 2e édition

19.90 €

Le guide nature En forêt, 2e édition

17.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur