© Manuel Ruedi

À la recherche de la première genette aperçue en Suisse

Historiquement cantonnée au sud de l’Europe, la genette a été aperçue pour la première fois en Suisse en 2019. Mais retrouver sa trace s’apparente à une véritable enquête. Le chercheur Manuel Ruedi nous raconte en exclusivité son long pistage de l'esthétique animal.

Historiquement cantonnée au sud de l’Europe, la genette a été aperçue pour la première fois en Suisse en 2019. Mais retrouver sa trace s’apparente à une véritable enquête. Le chercheur Manuel Ruedi nous raconte en exclusivité son long pistage de l'esthétique animal.

En 1985, j’ai arrêté mes études et je suis parti quatre mois en Espagne pour voir plein de bêtes mythiques : ours, loup, lynx et... genette. Ce petit carnivore est un animal très difficile à observer. Sachant cela, j’étais déjà heureux d’avoir simplement vu son empreinte en Andalousie. C’était mon premier contact avec la genette. Je comptais sur le hasard pour recroiser un jour sa trace lors de mes pérégrinations naturalistes. Mais plus rien, à l’exception d’un individu, malheureusement écrasé, sur une route en Catalogne.

Puis, une grosse surprise est arrivée en juin 2019. Un étudiant en biologie, qui partage avec moi sa passion pour l’observation des blaireaux, débarque un matin dans mon bureau au Muséum d’histoire naturelle de Genève. « J’ai une bête trop bizarre sur un piège photo, je n’arrive pas à l’identifier. » On regarde ensemble deux courtes vidéos prises à six jours d’intervalle, au même endroit sur la commune de Bernex (GE). Sur les images, l’animal passe rapidement. Mais avec sa tête de chat et son immense queue annelée, impos­sible de se tromper, c’est une genette ! J’ai sauté de joie. Il s’agissait peut-être d’un premier spécimen sauvage en Suisse. C’était le début d’une enquête naturaliste.

Au début du XXe siècle, deux genettes avaient été tuées sur le territoire suisse (> Une étrange apparition). Les spécialistes ont considéré que ces animaux avaient une origine captive. Après le vision­nage de ces vidéos toutes fraîches, j’ai d’abord cherché à savoir s’il ne s’agissait pas d’un individu échappé d’un zoo ou de chez un particulier. On a mené notre enquête en croisant nos données avec les observations faites en France, à quelques kilomètres de la frontière.

© Manuel Ruedi

Notre équipe a pu conclure que le spécimen filmé était bien sauvage. Cette information a suscité une grosse émotion dans le canton de Genève. Avec le service des gardes-faune, nous avons posé 20 pièges photo pendant deux mois dans la région de Bernex. Mais nous n’avons plus jamais eu de signe de présence du mammifère jusqu’à ce jour.

Après cette découverte, je suis allé plusieurs fois dans le sud de la France entre 2019 et 2022 pour tenter d’observer ses congénères, plus nombreux autour de la Méditerranée. J’ai vu des crottiers, mais aucun animal en chair et en os.

Puis, la chance m’a enfin souri. J’ai appris qu’un groupe de photographes basé en Catalogne a établi depuis plusieurs années un affût autour d’un point d’eau où des genettes ont leurs habitudes. Cela se situe dans une montagne très sauvage, couverte de chênes verts, dans l’arrière-pays. La faune y est réputée très riche et le massif très sec. Les animaux se concentrent donc souvent en de rares sites pour boire.

Les Pyrénées catalanes / © Manuel Ruedi

Un soir de janvier 2023, je m’installe dans l’affût. Des rougegorges viennent se désaltérer. Tout est tranquille quand, au bout de dix minutes, une genette déboule avec ses deux jeunes. Il est 18 heures, il fait encore un peu jour. Je suis totalement pris au dépourvu, car je pensais passer des heures sans bouger. C’est alors qu’un autre adulte arrive. Les genettes sont restées trois heures au bord du point d’eau. À un moment donné, l’une d’elles vient tout près, sur une branche moussue. Je la photo­graphie à l’instant où elle se tourne pour redescendre au sol. La distance d’observation est tellement réduite que je n’ai pas besoin de téléobjectif. C’est mon cliché préféré de cette soirée magique.

Grande migratrice

La genette commune est originaire du continent africain sur lequel l’espèce est largement répandue. La façon dont ce petit carnivore a colonisé l’Europe est encore débattue par les spécialistes. Initialement, certains experts pensaient qu’elle avait été introduite sur le vieux continent par les Romains ou les Maures pour chasser les populations de rongeurs autour des habitations. Mais des études moléculaires récentes suggèrent que l’arrivée de la genette serait plus ancienne et daterait de 3 000 ans. L’animal aurait pu voyager dans les navires des Phéniciens à travers la Méditerranée.

Une étrange apparition

Les premières observations de genettes en Suisse datent de plus d’un siècle. En 1919, un mâle est attrapé dans un poulailler dans le Jura. Un autre spécimen est capturé dans les mêmes conditions, en 1926, sur la commune de La Tour-de-Peilz, au bord du lac Léman. Ces deux pionnières ont été découvertes si loin de l’aire de répartition à l’époque qu’elles ont été considérées comme des animaux échappés de captivité. L’une de ces genettes est visible au musée de zoologie de Lausanne.

Une genette perchée sur une branche au crépuscule. Catalogne, le 3 janvier 2023 à 17 h 10. / © Manuel Ruedi

Manuel Ruedi

Né à La Chaux-de-Fonds (NE) dans le Jura,
Manuel Ruedi est mammalogiste au Muséum d’histoire naturelle de Genève. Il a notamment longuement étudié les chauves-souris. Depuis peu, ce chercheur scrute de près l’arrivée de la genette en Suisse.

Couverture de La Salamandre n°279

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 279  Décembre 2023 - Janvier 2024, article initialement paru sous le titre "Discrète genette"

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Agir pour la nature au jardin

24.00 €

Le grand livre de la nature

69.00 €

Les plantes sauvages

49.00 €

Agenda de la nature au jardin 2024

6.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur